Destin Bourgogne et Or (4) – Santana Moss

Destin Bourgogne et Or

4 : Santana Moss, Cowboy Killer

 

Quatrième épisode de « Destin Bourgogne et Or », l’occasion de revenir sur la carrière d’un joueur qui a marqué la franchise ces dernières années et qui vient de lui dire adieu. J’ai nommé Santana Moss. malgré ses presque 36 ans il a assuré pouvoir encore jouer une saison, il n’est donc pas encore officiellement retraité mais selon toute vraisemblance les Redskins ne feront pas appel à lui (à moins peut être de blessures en cours de saison). Dans tous les cas Moss est un joueur marquant de la franchise, et en pas moins de 10 saisons à Washington DC, ce joueur passionné aura pu laisser son empreinte dans la capitale.

Né en Floride, à Miami, c’est tout naturellement dans l’université de la ville qu’il fait ses armes, ouvrant la voie à un certain Sean Taylor. Il est un de ces exemples qui confirment que la Floride est la plus grosse terre de Football aux USA et une grosse ressource en talents. Excellent receveur, Moss est également un bon athlète universitaire, performant sur le saut en longueur.

Si il n’avait plus cette image à la fin de sa carrière, c’est comme un joueur avant tout capable de big plays grâce à sa vitesse (4’31 » au 40yds du combine) qu’il débarque dans la ligue en 2001 après avoir été sélectionné par les Jets en 16ème position.

Santana Moss

Santana Moss

Difficile de se faire un prénom en NFL quand on est receveur et qu’on s’appelle Moss au début des des années 2000. Randy Moss surclasse la ligue, mais Santana, si il n’est pas au niveau du précédant cité, reste un receveur très productif. Et après quatre saisons à New York, les Redskins vont le chercher en procédant à un échange. Il arrive dons à Washington pour la saison 2005 et va enchaîner 6 saisons pleines où il s’impose comme un leader de l’équipe.

Sa première saison dans la capitale est la meilleure, il réceptionne pour 1483 yards et 9 touchdowns. C’est tout simplement le plus gros total de yards jamais enregistré par un receveur de la franchise en saison régulière. Malheureusement, les résultats collectifs ne suivent pas forcément durant son séjour chez nous.

Son moment de grâce arrive le 2 décembre 2005 face aux Cowboys lors du Monday Night Miracle. Les Redskins, en grosse difficulté dans la rencontre sont menés 13-0 par Dallas jusque dans les dernières minutes où le quarterback Mark Brunell trouve par deux fois son receveur pour offrir la victoire à son équipe 14-13 dans ce match de rivalité. Tel un Desean Jackson, il prend par deux fois la défense de vitesse et assomme les texans.

A partir de 2011 son rôle est de moins en moins important, il est relégué dans le slot puis encore plus loin dans la hiérarchie.

En plus de sont talent de joueur, Moss est aussi un joueur ultra-passionné, le genre de joueur adulé par les fans, et il l’a prouvé à plusieurs reprises. Ainsi même si son rôle purement sportif n’est plus aussi important il reste un leader essentiel du vestiaire. On se souvient notamment la saison dernière quand il se met complètement hors de lui après qu’un touchdown litigieux soit refusé à RGIII.

Finalement Moss n’aura jamais connu la consécration collective avec les Redskins mais c’est une vraie page qui se tourne, il faisait partie du paysage. Il se retire en étant assurément dans le top 10 historique des receveurs de la franchise.

Eastcast – Episode 1. Le nouveau podcast de la NFC East !

Il est là, il est tout neuf, c’est un beau bébé, le EASTCAST !

Qu’est ce que c’est ? C’est un nouveau podcast lancé en collaboration avec les représentants français des trois autres franchises de la meilleure division de NFL, j’ai bien entendu nommé la NFC East.

On a rassemblé un casting de rêve avec tout d’abord Baptiste qui représente Big Blue Blog. C’est lui qui a mené tout ça et qui s’est occupé de la technique.

David représente Dallas Cowboys France.

Loïc représente les Eagles, que vous pouvez retrouver sur compte twitter @EaglesFR.

Et bien sûr moi même Martin, pour vous servir.

Pour ce premier épisode du Eastcast, nous reviendrons sur la free agency et la draft pour les quatre franchises, ce qui fait déjà pas mal de matière.

C’est une première, donc il y a évidemment pas mal de trucs à améliorer, soyez indulgents et surtout n’hésitez pas à faire vos remarques et suggestions dans les commentaires, ça ne peut que nous aider à progresser pour les prochains épisodes. En espérant que vous apprécierez autant l’écouter que nous avons apprécié le réaliser !

Première prédiction des 53

La draft et la free agency sont passées, je vais me lancer dans une première prédiction du roster à 53 qu’on connaîtra définitivement début septembre. Evidemment beaucoup de choses peuvent arriver entre temps, mais ce sera toujours drôle de comparer cette prédiction avec la réalité.

Quarterback (3)

Robert Griffin III, Kirk Cousins, Colt McCoy

Pas de difficulté ici, Connor Halliday vient d’annoncer qu’il renonçait, et honnêtement même si il avait insister je l’imaginais mal prendre la position d’un de ces trois joueurs.

Running Back (4)

Alfred Morris, Matt Jones, Chris Thompson, Darrel Young (FB)

Beaucoup plus compliqué à prédire ici. Morris et Young y seront sauf blessures, mais la compétition s’annonce serrée entre Jones, Thompson, Redd et Williams. J’ai beaucoup hésité entre Thompson et Redd, mais j’ai choisi le premier qui peut apporter plus, à condition qu’il ne se blesse pas évidemment, c’est toujours la question avec ce joueur. Sinon Redd me semble le mieux placé pour prendre sa place, Williams devra vraiment faire une pré-saison de folie pour faire partie des 53.

Tight End (3)

Jordan Reed, Niles Paul, Logan Paulsen 

Le seul joueur en danger ici pourrait être Logan Paulsen, mais aucun joueur pouvant réellement prendre sa place n’a été ajouté pendant cette offseason, ce qui m’a d’ailleurs un peu surpris. Jordan Reed a de gros problèmes de commotions, et ce ne sont pas des choses qui vont en s’arrangeant en général. Quant à Niles Paul c’est un joueur de special team avant tout, bon receveur mais piètre bloqueur. C’est ce qu’il manque réellement à cette escouade, un tight end solide bloqueur.

Wide Receiver (6)

Pierre Garçon, DeSean Jackson, Andre Roberts, Jamison Crowder, Ryan Grant, Evan Spencer

Il faudra surveiller les quelques UDFA apportés, mais je pense que c’est ce groupe qui davantage de chances de se constituer. Et je pense même que Ryan Grant est plus en danger que Evan Spencer, les quatre premiers sont quant eux indiscutables, sauf blessure évidemment.

Offensive Line (9)

Trent Williams, Shaun Lauvao, Kory Lichstensteiger, Spencer Long, Brandon Scherff, Tom Compton, Morgan Moses, Chris Chester, Arie Kouandjio

Pas évident de prédire les heureux élus ici. Williams, Lauvao, Lichtensteiger et Scherff me semblent assurer de leurs palces de starter. Je vois bien Long passer devant Chester, et alors ce dernier serait même en danger pour sa place. J’aurais pu mettre Reiter à la place, le rookie serait la doublure de Steiger au poste de centre, car il n’y en a pas vraiment dans les neuf que j’ai sélectionné. Mais je pense que Reiter passera sa première année en practice squad, il va devoir gagner en puissance pour s’imposer en NFL. LeRibeus est décevant depuis que nous l’avons drafté, je pense que cette année il n’échappera pas au cut. Les UDFA Cofield et Cook pourraient aussi pourquoi pas créer la surprise. Il se peut aussi que seuls huit linemen soient gardés.

Defensive Line (7)

Stephen Paea, Terrance Knighton, Chris Baker, Ricky Jean François, Jason Hatcher, Frank Kearse, Kedric Golston

Je choisis de conserver sept joueurs, c’est beaucoup mais c’est aussi à ce poste qu’il y a le plus de turnover pendant un match. On peut cependant s’attendre à ne voir que six joueurs conservés, et alors je pense que ce serait la fin pour Kedric Golston. Golston et Moss, les deux plus anciens de la franchises, qui s’en iraient lors de cette inter-saison, ce serait clairement une page qui se tourne. Mais c’est loin d’être impossible puisque le rookie Preston Smith peut aussi joueur à l’intérieur de la ligne.

Outside Linebacker (4)

Ryan Kerrigan, Trent Murphy, Preston Smith, Jackson Jeffcoat

Sauf blessures j’ai du mal à imaginer quelque chose d’autre. Si seulement six defensive linemen sont conservés et que Joe Barry veut parfois aligner Kerrigan, Murphy et Smith en même temps, alors peut être qu’on aura un cinquième joueur. Corey Crawford, de Clemson, est pourquoi pas un UDFA qui pourrait créer la surprise.

Inside Linebacker (4)

Keenan Robinson, Perry Riley, Adam Hayward, Will Compton

Je choisis d’écarter Martrell Spaight mais c’est un choix difficile. Là encore, si seulement six defensive linemen sont conservés, on pourrait avoir 5 inside linebackers. Spaight serait alors sans doute ce cinquième, mais attention également à l’UDFA Terrance Plummer.

Cornerback (5)

DeAngello Hall, Chris Culliver, Bashaud Breeland, David Amerson, Tracy Porter

Si Hall est forme, il sera de la partie. Culliver et Breeland ne sont pas en danger, Amerson devrait également pouvoir décrocher un spot. Je garde Porter pour l’instant mais sa place est loin d’être acquise et sa santé est fragile. Attention au rookie Tevin Mitchell.

Safety (5)

Dashaun Golsdon, Jeron Johnson, Trenton Robinson, Duke Ihenacho, Kyshoen Jarrett

Les deux premiers auront leur place sans soucis, ensuite la compétition est vraiment ouverte. Philipp Thomas et Akeem Davis ne sont vraiment pas loin, et Cromartie Smith n’est pas hors jeu non plus, même si il me semble avoir moins de chance de faire partie des 53.

Special Team (3)

Kai Forbath, Tress Way, Nick Sundberg

Je ne vois pas de surprise ici, même si je souhaite à Ty Long de bien mettre Kai Forbath sous pression cet été !

Entretien avec Ty Long

Il y a quelques mois j’avais eu le plaisir de discuter avec Philippe Gardent, ancien joueur de la franchise, cette fois ci j’ai eu la chance de poser quelques questions à un joueur sous contrat. Il s’agit de Ty Long, kicker rookie qui vient de signer un contrat UDFA. Il a eu la gentillesse de me répondre pour ce petit entretien exclusif. Il nous parle de son université (Univesity of Alabama-Birmingham), de la draft, de son poste et évidemment des Redskins. Exceptionnellement je publie également la version originale de l’entretien (en fin d’article). Orginal interview is at the end of the article.

Bourgogne et Or : Salut Ty ! Tout d’abord, merci beaucoup de prendre le temps de répondre à mes questions. Commençons avec un rappel de ton parcours. Où as tu grandi, et quand as tu commencé le football ?

Ty Long : J’ai grandi à Roswell en Géorgie et dans le sud le football est simplement quelque chose que tout le monde fait, donc la question de commencer à jouer ne se posait même pas. Mais j’ai commencé à jouer quand j’avais cinq ans.

B&O : Pourquoi as tu choisi UAB après le lycée ?

Ty : J’ai choisi UAB car je suis tombé amoureux de la ville. J’adorais tout de l’équipe et de l’environnement familial. Je me sentais juste chez moi et je suis heureux d’y avoir passé les quatre plus belles années de ma vie jusqu’à maintenant.

Ty Long, #2

Ty Long, #2

B&O : Depuis novembre dernier, tu es devenu le meilleur kicker de l’Histoire de UAB. A quel point est-ce important pour toi ? Était-ce le plus grand moment de ta carrière ?

Ty : C’était important car je voulais laisser ma marque à UAB et je voulais être reconnu comme l’un des meilleurs dans ce domaine avec quelques autres comme Swazy Waters (actuel kicker/punter pour les Argonauts de Toronto en CFL, ndlr) et Jake Arians (fils de Bruce Arians, passé furtivement chez les Bills, ndlr).

B&O : Comment as tu réagi quand tu as appris que le programme de football allait être fermé ?*

Ty : Ça a été difficile. C’est dingue de penser que c’est vraiment arrivé. C’est compliqué de mettre des mots dessus, mon dernier semestre a été étrange car tous mes coéquipiers étaient partis et je restais à m’entraîner pour la NFL avec le reste des seniors. C’était assurément différent.

B&O : Aucun kicker n’a été drafté cette année, et certains « experts » ont dit que c’était une année faible à ce poste. J’imagine que tu es prêt à leur prouver l’inverse ?

Ty : J’ai été surpris de voir qu’aucun kicker n’a été drafté. Mais les gens disent ce qu’ils veulent, ils ont le droit et c’est leur propre opinion. J’ai évidemment une opinion différente là dessus et je suis prêt à venir et rentrer dans la compétition.

B&O : Quel était ton ressenti quand les Redskins vous ont appelé ? Ça a dû être un processus stressant, d’autres équipes t-ont elles contacté ?

Ty : C’était une expérience génial mais également très stressante. Durant le processus je parlais à huit ou neuf équipes mais je suis gonflé à bloc à l’idée d’être un Redskin.

B&O : Quelles sont tes meilleurs qualités en tant que kicker ? Te projettes-tu dans la compétition avec Kai Forbath durant cette offseason ?

Ty : J’ai le sentiment que mon mental est parmi les meilleures qualités de mon jeu. Mais je suis impatient de concurrencer Kai. C’est un bon kicker et la compétition ne fera que nous rendre meilleurs tous les deux.

B&O : Quel est le planning avec les Redskins maintenant ?

Ty : Je me rendrai là bas le dimanche 10. Prêt à m’y mettre !

B&O : A part le football, quels sont tes loisirs, qu’est ce que tu apprécies dans la vie ?

Ty : J’aime bien pêcher et jouer au basket. Juste traîner avec les amis. Je suis un type relax.

B&O : Le football américain se développe doucement en France et il y a une petite (mais passionnée !) communauté de fan des Redskins. Tu as un mot pour eux ?

Ty : Le football est un jeu génial et je suis content d’entendre que ça grandit là bas ! HTTR !

On souhaite évidemment tout le meilleur à Ty Long, et nous suivrons plus particulièrement sa progression cet été !

*La saison 2014 des Blazers de UAB a été la dernière. L’université a décidé de fermé le programme de football pour raisons financières. Décision assez houleuse qui a entraîné de vives réactions et beaucoup de mécontentement.


Bourgogne et Or : Hello Ty ! First, thank you very much for taking the time to answer my questions. Let’s start with a reminder of your path. Where did you grow up? When did you start football?

Ty Long : I grew up in Roswell Georgia and in the south Football is something that just everyone does so there was no question I was going to start playing. But I started playing when I was 5 years old.

B&O : Why did you choose UAB after highschool?

Ty : I chose UAB because I fell in love with the City. I loved everything about the team and the family environment. It just felt like home and I’m glad I did best 4 years of my life so far.

B&O : Since last November, you’re the all time leader in kicking at UAB. How much is this important for you ? Was it the biggest moment of your career ?

Ty : It was important because I wanted to leave my mark on UAB and I wanted to be thought of as one of the best to do it with some of the others like Swazy Waters and Jake Arians.

B&O : How did you react when you heard the the football program was going to close ?

Ty : It was hard. Crazy to actually think it happened. It’s hard to put into words my last semester was strange because all my team mates were gone and I was left training for the NFL with the rest of the seniors it was different for sure.

B&O : No kicker has been drafted this year, and some “experts” have been saying it was a weak year at this position. I guess you’re ready to prove them wrong ?

Ty : I was surprised to see that no one was drafted. But people are going to say what they want and they have the right to their own opinion. I obviously have a different opinion on that and I’m ready to come in and compete.

B&O : What was your feeling when the Redskins called you ? It must has been a stressfull process, did another team call you after the Draft ?

Ty : It was an awesome experience but also very stressful. During the process I was talking to about 8 or 9 different teams but I’m fired up to be a Redskin!

B&O : What are your best qualities as a kicker ? Do you look forward to competing against Kai Forbath during the offseason ?

Ty : I feel my mental game is one of my best qualities in my game. But I am excited to compete against Kai. He’s a good kicker and competing will only make us both better.

B&O : What’s the schedule with the Redskins now? When do you start training with the team ?

Ty : I head up there Sunday the 10th. Ready to get there!

B&O : Except football, what are your hobbies, what do you enjoy in life ?

Ty : I like to fish and shoot hoops. Just hanging out with friends. I’m a laid back guy.

B&O : American Football is slowly growing in France, and there is a little (but passionate!) Redskins fanbase. Do you have a word for them ?

Ty : Football is a great game and I’m glad to hear it’s starting to get big over there! HTTR!!

12 UDFA signés

La draft à peine terminée, les équipes n’en ont pas pour autant fini de rechercher de nouveaux talents, ou au moins du personnel solide pour les camps d’entrainement.

Voici la liste des 12 agents libres non draftés signés par la franchise :

Reggie Bell, WR, San Diego

Takoby Cofield, OL, Duke

Brey Cook, OL, Arkansas

Corey Crawford, DE, Clemson

Dyshawn Davis, LB/S, Syracuse

Connor Halliday, QB, Washington State

Tony Jones, WR, Northwestern

Ty Long, K, UAB

Terrance Plummer, LB, Central Florida

Tyler Rutenbeck, WR, Dubuque

Trey Williams,  RB, Texas A&M

En parallère, OL Xavier Nixon a été libéré.

Parmi ces 12 noms, Cofield et Williams sont peut être les plus importants à retenir. Deux joueurs qu’on pouvait imaginer être draftés. Alors évidemment, si ils ne l’ont pas été il y a une raison, mais ils ont leur chance d’intégrer l’effectif. Silas Reed l’a prouvé l’an passé. Cofield aura tout de même fort à faire avec une grosse concurrence au poste d’OT. Trey Williams, running back très explosif, rapide et avec des changements de direction impressionnants, tentera d’apporter quelque chose de différent des joueurs déjà en place. Sa capacité à retourner les coups de pieds pourrait aussi jouer en sa faveur. Avec beaucoup de joueurs issus des grosses conférences NCAA, Scot McCloughan a en tout cas continué dans sa logique de la draft.

Retour sur la Draft

Le week end dernier, la draft 2015 a eu lieu, et les Redskins ont pu sélectionner les nouveaux jeunes joueurs qui vont intégrer leur effectif. Comme il le voulait, Scot McCloughan a réussi à obtenir 10 picks grâce à des trades, les voici.

Round 1, Pick 5 – Brandon Scherff (OL, Iowa)

Scott McCloughan a avoué qu’il aurait préféré descendre dans ce premier tour, mais les seules offres de trade étaient pour acquérir Dante Fowler et il est finalement parti dès le troisième choix. Les Redskins ont donc pris le meilleur joueur disponible à leur goût, et il s’agissait de Brandon Scherff, le lineman d’Iowa. 1,96m pour environ 145 kgs, voici un joueur qui correspond aux promesses de McCloughan de bâtir avec Bill Callahan une ligne offensive impressionnante et puissante, en s’éloignant doucement du système de zone-blocking scheme qui privilégiait des linemen plus mobiles. Cet ancien QB lycéen reste tout même plutôt explosif pour son gabarit. Il devrait logiquement prendre la place de RT, au moins dans un premier temps. Il peut aussi assurer une position de guard. Très complet, il saura défendre notre quarterback et ouvrir des brèches pour Alfred Morris.

Round 2, Pick 38 – Preston Smith (EDGE, Mississippi State)

On s’attendait presque automatiquement à un pass rusher dans les deux premiers tours, il est arrivé au second, en la personne de Preston Smith. Joueur très polyvalent, il devrait essentiellement être utilisé en tant que outside linebacker dans notre système défensif, mais en formation nickel il sera pour revenir au poste de DE. Lui et Trent Murphy seront en concurrence pour un rôle de titulaire.

Round 3, Pick 95 – Matt Jones (RB, Florida)

Choix un peu surprenant pour pas mal de monde, tant on ne s’attendait pas trop à voir ce running back partir dès le deuxième jour. Ceci dit, avec du recul, ce pick ne parait pas si horrible. Matt Jones n’est pas le plus rapide ou le plus félin, mais à l’instar d’Alfred Morris c’est une machine sur laquelle on peut toujours compter pour aller chercher les quelques yards nécessaires. Un gros gabarit pour le poste qui semble aussi avoir de meilleures mains que Morris et qui bloque très bien. Il serait donc utile en de multiples occasions, que ce soit pour faire souffler Morris ou sur les situations de third down.

Round 4, Pick 105 – Jamison Crowder (WR, Duke)

Pour ce début de quatrième tour, le staff a opté pour un receveur, mais pas que ! En effet, Jamison Crowder semble être un très bon spécialiste de retour de punt, ce qui pourrait faire beaucoup de bien à l’équipe et lui permettre de s’assurer une place dans les 53. Il a l’air de quelqu’un de très sérieux, avec un bon tempérament. Il pourrait aussi concurrencer Andre Roberts dans le slot. Je suis tout de même surpris que McCloughan n’ai pas privilégié un receveur de plus grande taille.

Round 4, Pick 112 – Arie Kouandjio (OG, Alabama)

Quelques choix plus tard, c’est le guard Arie Kouandjio qui a été appelé. Ce Camerounais, le frère de Cyrus, sélectionné l’an passé par les Bills, présente quelques inquiétudes physiques, notamment au niveau de ses genoux qui sont fragiles. Il est cependant un très bon joueur quand il s’agit d’ouvrir des brèches pour la course. Si il fait des progrès en protection de passe il pourrait pourquoi pas bousculer la hiérarchie.

Round 5, Pick 141 – Martrell Spaight (LB, Arkansas)

Outside linebacker à Arkansas, Spaight sera replacé ILB dans notre système. Il parait difficile de l’imaginer déloger Riley ou Robinson, il devrait donc jouer sa place de backup en concurrence avec Compton et Hayward. Il menait la SEC en placage la saison dernière, c’est un excellent joueur contre la course, entre les tackles. Il est plus limité quand il faut remplir des tâches plus larges mais présente une vraie passion et un leadership naturel. C’est aussi un fou de la salle de musculation, espérons qu’il ne finisse pas comme Laron Landry.

Round 6, Pick 181 – Kyshoen Jarrett (S, Virginia Tech)

C’est le prospect qui aura le moins de chemin à faire. Il devrait lutter pour un poste de backup strong safety et ses qualités en équipe spéciale pourraient lui permettre de faire partie des 53.

Round 6, Pick 182 – Tevin Mitchel (CB, Arkansas)

C’est le deuxième joueur en provenance de cette université. Un bon gabarit qui peut gêner pas mal de receveurs. Mais il n’a pas été un titulaire régulier, gêné notamment par des blessures qui l’ont aussi fait chuter dans cette draft. C’est un pari sur un potentiel. Typiquement le genre de joueur qu’on peut s’attendre à voir passer la première année en practice squad. Si il veut une chance d’être dans les 53, il lui faudra être excellent en équipe spéciale.

Round 6, Pick 187 – Evan Spencer (WR, Ohio State)

Tout juste titré avec Les Buckeyes, on espère qu’il amènera ce côté gagneur à l’équipe. Pas le receveur le plus ciblé dans son équipe mais sans doute le meilleur bloqueur à son poste dans toute cette classe. C’était un capitaine de l’équipe et le MVP selon Urban Meyer, excusez du peu. Un vrai leader et un comportement comme on attend dans un vestiaire. Comme Mitchel, si il veut avoir une chance d’être dans les 53 il devra prouver ses capacités en équipe spéciale. Autrement il fera un joueur de choix pou la practice squad. A noter que son frère fait partie de l’équipe des scouts de la franchise, mais McCloughan l’a promis, cela n’a influencé en rien le choix.

Round 7, Pick 222 – Austin Reiter (C, South Florida)

Comme le premier choix, le dernier concerne la ligne offensive. Il s’agit du center Austin Reiter. Grand inconnu de mon côté et je crois que peu de gens imaginaient le voir drafter. Toujours est il qu’il est là, à lui maintenant de prouver qu’il mérite sa place, c’est loin d’être un poste fort de l’équipe.

D’autres joueurs non draftés ont signé ou vont signé avec les Redskins, mais je ferais un récapitulatif complet quand tout sera officiel.

TOP 5 : Les first round picks

La draft arrive, et nous allons avoir un choix de premier tour, ça faisait longtemps ! L’occasion de partager mon deuxième TOP 5. Voici cette fois les cinq meilleurs choix du premier tour des Redskins, depuis la création de la draft, en 1936. On espère que celui qui va être sélectionné cette semaine sera du calibre des cinq ci dessous.

#5

Sean Taylor, le Regretté

Sean Taylor

Sean Taylor

Draft 2004 – Pick 5 (de Miami).

Après une carrière universitaire à Miami remarquée et remarquable, Sean Taylor est sélectionné au premier tour de la draft 2004 par un certain Joe Gibbs. A une position où le talent est rare ces temps-ci, et où il est difficile de trouver des joueurs complets, Sean Taylor surnageait. En plus d’être un athlète rapide, grand et costaud, il avait une excellente lecture et compréhension du jeu. Que ce soit contre la course ou la passe, il excellait. Gibbs a même dit de lui qu’il était le joueur le plus talentueux qu’il ai eu à entraîner, alors que Gibbs à été à la tête de 3 équipes victorieuses du superbowl. Malheureusement, Taylor n’a pas pu exprimer son talent assez longtemps, en novembre 2007 il reçoit une balle dans la jambe suite à un cambriolage, et décède peu après. Mais sa trace est indélébile, non seulement au sein de la franchise, mais également dans toute la ligue. Demandez à n’importe quel safety aujourd’hui qui est son idole, ou modèle de jeu, il y a fort à parier qu’il répondra Sean Taylor.

#4

Charley Taylor, le Converti

91UJV104XML._SL1500_

Charley Taylor

Draft 1964 – Pick 3 (de Arizona State).

Running back star dans sa fac d’Arizona State, il est sélectionné avec le troisième choix de la draft 1964 par les Redskins. Mais à Washington, il va rapidement effectuer la transition vers le poste de receveur avec une réussite exceptionnelle. Il vole progressivement la vedette au receveur Bobby Mitchell. Le plus souvent associé au génial quarterback Sonny Jurgensen, les deux font partie d’un attaque aérienne qui donne bien du mal à toutes les défenses de la ligue. De plus, sa longévité lui permet de battre tous les records et quand il prend finalement sa retraite à l’issu de la saison 1977, il est statistiquement le meilleur receveur de l’Histoire, avec 9110 yards en 649 réceptions, ainsi que 79 touchdowns. Il a aussi été sélectionné pas moins de huit fois au Pro-Bowl et il est évidemment inclus au Hall of Fame de la NFL.

 

#3

Art Monk, le Sacré

Art Monk

Art Monk

Draft 1980 – Pick 18 (de Syracuse).

A Washington, on ne pensait pas revoir un receveur de la trempe de Taylor avant un long moment. Pourtant, seulement trois ans après la retraite de Taylor, les Redskins draftent Art Monk. Le moine succède au converti. Comme son aîné, sa carrière est marquée par une incroyable longévité qui lui permet de briser de nombreux records. Il devient notamment le premier joueur à réceptionner au moins un touchdown pendant 15 saisons consécutives ! Un des meilleurs receveurs de l’Histoire de la NFL, qui constituait avec Gary Clark et Ricky Sanders une triplette de receveurs redoutable du milieu des années 1980 jusqu’au début des années 1990. Monk a fait son entrée au Hall of Fame en 2008, après une carrière qui lui aura permis d’être sacré trois fois champion NFL.

#2

Darrell Green, l’Infatigable

Darrell Green

Darrell Green

Draft 1983 – Pick 28 (Texas A&M–Kingsville)

A la suite de leur titre, les Redskins se retrouvent donc avec le dernier choix du premier tour de la draft 1983, mais ils savent en faire bon usage ! En effet, juste après que les Dolphins ont choisi un certain Dan Marino, Joe Gibbs fait le choix de Darrell Green. Et clairement, le staff avait flairé là un bon coup. Ce cornerback n’avait pas le physique du standard d’aujourd’hui avec les Sherman et compagnie, mais c’était un excellent joueur de football avec notamment une pointe de vitesse légendaire. Si Monk a réussi 15 saisons consécutives avec au moins un touchdown, lui a réussi pas moins de 19 saisons consécutives avec au moins une interception. Record jamais égalé et qui est probablement bien installé. A presque 42 ans, en 2001, il réussit sa dernière interception pour les Redskins, seule franchise pour la quelle il a joué, pendant 20 saisons. C’est également, avec 295 matchs, le joueur défensif qui a joué le plus grand nombre de matchs dans sa carrière. Il est sélectionné pas moins de sept fois au Pro-Bowl, remporte deux Superbowls et entre au Hall of Fame dès 2008.

#1

Sammy Baugh, la Star

Sammy Baugh

Sammy Baugh

Draft 1937 – Pick 6 (de Texas Christian).

Le plus grand joueur des Redskins est né au Texas, c’est un comble. Mais ce natif du de l’Etat à l’étoile unique est rapidement devenu la première et unique star de la ligue. A une époque où le sportif n’était pas encore tant starifié, il fut l’un des pionniers, profitant de la politique de George Preston Marshall et des premières retransmissions télévisées. Mais c’est avant tout grâce à son immense talent qu’il est arrivé à ce statut. Ce quarterback, enfin quand il n’était pas defensive back ou punter, a révolutionné le jeu de passe, grâce également au génie du coach Ray Flaherty. Jusqu’alors une arme désespérée, la passe était eux une véritable arme. Il a remporté deux titres avec la franchise, le premier dès son année rookie, le second en 1942. Il fait partie des premiers joueurs à entrer au Hall of Fame, à la création de celui ci en 1963. Son numéro 33 a été retiré. Énumérer ses records prendrait une éternité, mais il faut savoir qu’il en a établi aux trois positions auxquelles il a joué, ce qui en fait indéniablement un des meilleurs joueurs de tous les temps.

Mentions honorables : Andy Farkas, Dan Bosseler, Mark May. Et pourquoi pas dans quelques années Trent Williams et Ryan Kerrigan.