WEEK 6 : Redskins at Cardinals

Washington Redskins 2030 Arizona Cardinals

En voilà une qui met sans doute un terme à notre saison. Evidemment plus grand monde ne se faisait d’illusions sur une éventuelle participation aux playoffs, mais maintenir l’espoir et le groupe concerné aurait quand même été une bonne chose. Avec une victoire et cinq défaites, la tâche semble désormais impossible, compte tenu des performances et de l’infirmerie. On notera particulièrement la blessure très tôt dans le match de David Amerson (commotion). Avec DeAngelo Hall et Tracy Porter déjà à l’infirmerie, les choses devenaient compliquées au sein de la secondary.

Quand ils ont annoncé une nouvelle blessure dans la secondary.

Quand ils ont annoncé une nouvelle blessure dans la secondary.

Le match a malgré tout longtemps été indécis, et les Redskins ne sont pas passés loin de la surprise. Malheureusement les trois interceptions de Kirk Cousins (24/38, 354 yards, 2 TDs, 3 Ints) en fin de match (un classique désormais) ont coûté très cher.

Les Cardinals ont été les premiers à frapper, après quelques minutes où les défenses prenaient nettement le dessus. Carlson Palmer – tout juste de retour de blessure – trouve Michael Floyd dans la endzone, 7-0 pour les locaux. On sent l’attaque des Redskins patiner, pourtant Cousins trouve Desean Jackson (3 réceptions, 115 yards, 1 TD) qui prend la défense de vitesse pour un touchdown de 64 yards. Puis rebelote, Cousins pour Djax et un gros gain, malheureusement le receveur trébuche peut avant la endzone, se heurtant à… Chris Chester. L’attaque ne parvient pas ensuite à convertir cela en touchdown et on se contente de trois points. Les Cards répliquent par un touchdown de l’inévitable Larry Fitzgerald, en balade dans une secondary en manque de leader.

Desean Jackson en action.

Desean Jackson en action.

Juste avant la pause les Redskins parviennent tout de même à assurer un drive rapide et efficace qui donne l’opportunité à Kai Forbath de ramener le score à 13-14, ce qu’il ne manque pas.

A la reprise, l’attaque de Washington est totalement amorphe et Arizona reprend le contrôle des débats. Il faut dire qu’en plus les Redskins ont très rarement une bonne position de départ sur le terrain, comme cela avait été le cas contre les Seahawks. La défense limite cependant les dégâts, ne concédant aucun touchdown en seconde mi-temps. Les joueurs de Phoenix accumulent tout de même les field goals et portent le score à 13-23 dans le dernier quart-temps. Cousins a alors une chance de retourner la situation, mais vous connaissez la fin de l’histoire. En plus des trois balles rendus par Cousins, Andre Roberts (5 réceptions, 55 yards) échappe la balle pour un fumble litigieux (son genou semblait au sol). Au milieu de ces quatre turnovers, Cousins parvient tout de même à trouver Pierre Garçon (4 réceptions, 31 yards, 1 TD) dans la endzone, ramenant alors le score à 20-23. Mais l’onside kick est manqué, et quand les visiteurs récupèrent une dernière fois le cuir avec quelques secondes à jouer, le quarterback lance sa troisième et dernière interception de la soirée, retournée pour 6 points. Le bouquet final.

Kirk Cousins a la tête dans le cul.

Kirk Cousins a la tête dans le cul.

Si Cousins n’a clairement pas été assez bon, il n’est pas le seul responsable. La ligne offensive a encore été à la peine, que ce soit en protection de passe ou pour la course. Alfred Morris (13 courses, 41 yards) a d’ailleurs une nouvelle fois été très discret. Et sans jeu au sol, Cousins n’a pas les épaules pour porter toute l’attaque.

Au niveau des bons points on notera quand même le retour très remarqué du prometteur Jordan Reed (8 réceptions, 92 yards) et le match encore très consistant de Ryan Kerrigan. Keenan Robinson a aussi fait son match et son compère Will Compton n’a pas semblé être très en dessous de Perry Riley, qu’il remplaçait.

Pour se donner de l’optimisme, on peut aussi remarquer qu’on a gagné plus de yards au total (407 contre 317) que nos adversaires. Si on parvient à faire pencher la balance des turnovers en notre faveur, les résultats pourraient être tout autre.

Prochain match à domicile face aux Titans, je ne pourrais pas voir le match en direct.

Publicités

4 commentaires

  1. Ce qui est rageant , c’est que sans tout ces turnovers on pourrait être à 3-3.Quand la défense arrive à stopper l’adversaire, l’attaque se charge de lui rendre le cuir : deux pas en avant trois pas en arrière.Inutile de dire que gagner contre les Titans serait une bonne idée , et pour se faire Gruden doit parvenir à remettre la course dans le droit chemin.
    HTTH

    1. Complètement d’accord, quand on arrive à corriger quelque chose, on rechute ailleurs. Très frustrant…
      Il n’y a jamais tout qui marche en même temps.

      1. Beaucoup pensait que RGlll avait de la chance d’avoir Morris comme coéquipier , mais quand on voit les stats du RB depuis qu’il est associé à un pocket passer il parait évident que le jeu de course est bien plus efficace quand Griffin peut faire peser une double menace sur la défense adverse . Sur un des blogs anglophones il y a un comparatif entre Orakpo et Kerrigan , au premier abord on pourrait penser qu’il n’y a pas photo entre les deux tant Kerrigan semble être le moteur de cette défense , mais il y a une réflexion que j’ai trouvé très pertinente: Kerrigan est opposé au RT(en général le moins bon , genre Polumbus) Orakpo est opposé au LT(le meilleur homme de ligne , genre Trent Williams) , ce qui a forcément une incidence sur son rendement.Certes il est putôt sujet aux blessures , mais il est aussi très souvent « victime » de holding non signalé.Conclusion de l’article : les stats sont bien plus flatteuses pour Kerrigan , mais Orakpo va au charbon .
        HTTH
        PS :ce qui est chiant avec burgundy c’est que peu importe comment tu le traduis (bordeaux ou bourgogne ) tu passes pour un alcoolique.

      2. J’ai vu pour ces stats, sur Hogs Haven je crois, en effet c’est à souligner !
        Pour Morris en effet, même si il n’est pas aidé par la ligne non plus il est clair qu’il profitait de la menace RGIII.

        Concernant Burgundy en effet, foutues couleurs de vins. 😀
        J’ai choisi la traduction littéraire la plus juste, même si en France on dit plus souvent bordeaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s