Mois: novembre 2014

Entretien avec Philippe Gardent

« Avant de parler de franchise quarterback, il faudrait déjà parler de quarterback compétitif »

J’ai eu le privilège de discuter quelques minutes avec Philippe Gardent, seul français à être passé par les Redskins de Washington. C’était en 2006. Actuellement il occupe notamment le poste de consultant NFL pour la chaine BeIn Sport. En exclusivité pour Bourgogne et Or, il a accepté de parler de ce passage à Washington, ainsi que de l’actualité de la franchise.

Bourgogne et Or : Bonjour Philippe Gardent, pouvez vous commencer par nous rappeler votre parcours dans le football américain, jusqu’à votre arrivée en NFL ?

Philippe Gardent : Je suis parti du niveau junior français, où je jouais à Grenoble. J’ai passé toutes les étapes du cursus français et européen : club de première division avec les Argonautes où j’ai gagné deux titres de champion de France en 2001 et 2002. Dans l’équipe de France junior, j’ai participé aux championnats d’Europe junior en 1998, on termine vice-champion d’Europe derrière l’Allemagne. Puis qualification avec l’équipe de France senior pour la Coupe du monde 2003 après les qualifications de 2002, ce qui m’a permis d’être repéré par des recruteurs de NFL Europe. J’ai donc fait les camps d’entrainement en NFL Europe, j’ai été pris en 2003 et j’ai fait 5 saisons. En 2006 après avoir été élu meilleur joueur et meilleur plaqueur de la ligue, j’ai eu une chance de pouvoir intégrer les Washington Redskins.

B&O : En tant qu’européen, fallait-il en faire plus pour se faire remarquer et s’imposer ?

PG : La NFL Europe c’était clairement une ligue de développement pour les américains, les Européens c’était plus le côté marketing, pour dire « on joue chez vous, on vous fait plaisir on en met quelques uns ». En fait les Européens qui marchaient bien dans la ligue, c’était plus une surprise pour eux et pour nous effectivement il fallait plus qu’on prouve auprès des entraîneurs qu’on était pas là juste pour le côté marketing, qu’on était là aussi parce qu’on pouvait jouer et produire. Donc oui il fallait montrer plus, que ce soit que soit en NFL Europe ou même en NFL.

B&O : Certains joueurs ou coachs vous ont-ils marqué plus que d’autres en NFL ?

PG : Oui bien sûr, moi j’ai été énormément marqué par le coordinateur défensif de l’époque qui était Gregg Williams, actuel coordinateur défensif des Saint Louis Rams. On en pense ce qu’on veut de Gregg pour ceux qui connaissent un peu il y a un historique*, mais moi c’est au niveau tactique où je le trouve juste exceptionnel . Il pense différemment des autres entraîneurs. J’ai aussi eu la chance d’être coaché par Joe Gibbs, Hall of Famer qui était sorti de sa retraite pour revenir à l’époque, et ça a été un véritable honneur pour moi. Je passe d’autres des coachs qui m’ont marqué,  coach Lindsey qui était mon coach linebacker, Greg Blache, le coach DLine qui était également marquant. Tous ces coachs m’ont beaucoup marqué pour la suite de ma carrière, j’ai appris énormément avant d’aller en Caroline aux Panthers et puis en CFL aux Alouettes de Montreal. En tant que joueur, les joueurs qui m’on marqué il y en a deux ou trois. Andre Carter, un DLine qui a joué la majeure partie de sa carrière à  San Francisco et qui venait d’arriver aux Redskins quand j’y étais. C’est un gars avec qui j’ai passé énormément de temps. Mark Sellers, le pro-bowler fullback avec qui je m’entendais très bien également. Et puis niveau linebacker il y a Marcus Washington avec qui j’étais un peu plus proche qu’avec les autres.

B&O : De l’effectif actuel, je crois que vous avez dû croiser Kedric Golston et Santana Moss ?

PG : Oui Kedric Golston et Santana Moss je pense qu’aujourd’hui ça ne doit pas être loin des deux seuls rescapés de l’équipe dans laquelle moi je faisais partie.

Philippe Gardent

Philippe Gardent

B&O : Gardez vous un œil particulier sur les Redskins et Panthers du fait de votre passage, ou bien les regardez vous comme n’importe quelle autre franchise ?

PG : Non, c’est évidemment deux équipes que je suis particulièrement de par l’historique que j’ai avec elles. Ce sont des équipes qui m’ont donné ma chance, c’est comme ça que je le vois. Etant donné que ces équipes m’ont fait confiance à un moment, moi ça me donne envie de suivre l’actualité, qui est plus ou moins bonne selon les périodes. Je suis particulièrement ces deux équipes même si je suis en général l’actualité de toutes les équipes.

B&O : Justement, que pensez vous des difficultés actuelles de la franchise de Washington ?

PG : C’est un chaos. C’est un chaos qui va prendre un moment avant d’être réglé, parce qu’il n’ y a pas que des problèmes de quarterback, même si depuis 6h du matin (mercredi 26/11, ndlr) les Redskins ont annoncé qu’ils allaient titulariser Colt McCoy au moins pour une semaine. Il n’y a pas que ça qu’il faut changer. Il y a une véritable sérénité à retrouver, à la fois dans les vestiaires et à la fois dans l’organisation qui passera uniquement par les victoires.

B&O : Pensez vous que Jay Gruden peut ramener la franchise vers le succès à moyen terme ? Et Robert Griffin III a-t-il ce qu’il faut pour être le franchise quarterback attendu depuis environ 20 ans à Washington ?

PG : Très clairement je ne pense pas qu’aujourd’hui RGIII soit capable de rejouer au niveau auquel il a joué sa première année aux Redskins. Je pense que le système de Shanahan, même si il a été critiqué par beaucoup, lui permettait de s’exprimer et d’exprimer ses qualités athlétiques dans la read-option. Ça a été une grande partie de la réussite des Redskins avec un Morris qui était exceptionnel au sol, de par la menace de RGIII. Depuis qu’il s’est blessé c’est moins une menace, et au niveau de sa technique de lancer, ce n’est pas ça. Avant de parler de franchise quarterback, il faudrait déjà parler de quarterback compétitif. Aujourd’hui il ne l’est pas, c’est bien la raison pour laquelle on va le mettre sur le banc, non pas à cause de blessures, mais pour la première fois de sa carrière pour raison de niveau. Donc non je ne pense pas que ce soit la solution du futur. Et même pour lui il va falloir du temps pour digérer ce qu’il vient de se passer avec Jay Gruden qui l’a complètement démonté devant les médias. Pour répondre à la première partie de la question que vous m’avez posé sur Jay Gruden et sa capacité à remettre la franchise sur de bons rails, ce n’est pas impossible, le fait de prendre la décision qu’il prend maintenant pour la suite de la franchise c’est une bonne décision à mon avis mais je pense qu’il en a déjà pris des mauvaises et il va falloir accumuler les bonnes pour pouvoir aller dans le bon sens.

B&O : Dan Snyder n’est pas le propriétaire le plus populaire de NFL, pensez-vous qu’il est un frein à cette franchise ?

PG : Je ne pense pas que Dan Snyder soit un frein à Washington. Je pense qu’il est attaché à des valeurs. C’est un propriétaire et c’est sa franchise. C’est lui qui décide qui il met à la tête. Je pense qu’aujourd’hui il a fait les choix qu’il fallait en donnant l’autorisation à Jay Gruden de faire ce qu’il voulait avec RGIII. C’est bien la preuve qu’aujourd’hui il a donné les  rênes à un entraîneur auquel il laisse les décisions pour le bien de la franchise. Donc non je ne vois pas d’objection à Snyder.

B&O : Parlons de choses plus positives. Keenan Robinson, un linebacker comme vous, réalise une grosse saison après deux ans à galérer avec les blessures. Que pensez vous de lui ?

PG : Keenan Robinson c’est un très bon linebacker qui a un bon instinct. La défense des Redskins elle n’est pas catastrophique, au contraire elle a vraiment de la gueule. Le problème c’est qu’il y a eu beaucoup de turnovers offensifs avec des positions sur le terrain largement favorables à l’adversaire, et c’est ça qui a fait que c’est plus compliqué. Mais pour en revenir à ce joueur là particulièrement, il a de grosses capacités athlétiques, il sent le ballon et c’est important maintenant pour lui de rester en pleine forme, c’est capital.

B&O : Toujours sur le plan défensif, Jim Haslett essuie beaucoup de critiques. Sont elles justifiées ? Il semble capable du meilleur, comme contre les Cowboys, et du pire, comme contre Vikings.

PG : Oui mais contre les Vikings il y a eu combien d’interceptions ? Ça veut dire qu’il y a eu des positions sur le terrain à l’avantage de l’adversaire et quand on défend un terrain court c’est quand même différent que de défendre un terrain long. Donc moi je ne suis pas anti-Haslett. A mon avis c’est un coordinateur qui fait avec ce qu’il a à sa disposition . Et ce qu’il a à sa disposition c’est souvent des situations délicates à gérer.

B&O : Il n’y aura toujours pas de match des Redskins à Londres en 2015. Pensez que cela va venir dans les prochaines années ? La polémique autour du nom contribuerait-elle à empêcher cela ?

PG : C’est vrai qu’il n’y a toujours pas de Redskins. Le nom à mon avis ça ne doit pas bloquer étant donné qu’aujourd’hui les Redskins ont le droit de garder leur nom, il n’est simplement plus protégé. C’est quand même une nuance qui est importante. La volonté de la ligue c’est de promouvoir le plus grand nombre d’équipes possible à travers le logo NFL. Il y a une équipe, les Jacksonville Jaguars, qui était assurée de jouer trois saisons d’affilé, ça a été le cas, et après il y a des équipes qui sont déjà venues et qui reviennent. Pour le coup ça n’a pas encore été le cas des Redskins. De mémoire si il n’y a pas d’équipes volontaires, c’est la ligue qui choisit. la ligue n’a pas encore choisi les Redskins, à mon avis ça ne va pas tarder.

B&O : Pour terminer, un pronostic pour le match contre les Colts ?

PG : Ça va être un dur challenge mais souvent quand il y a un quarterback qui remplace un autre, qui a eu une semaine complète de préparation, qui a la confiance de ses entraîneurs, il peut y avoir des choses sympas qui peuvent arriver. Je pense que ça va être un match serré. Les Colts ne sont pas en pleine bourre, ils ont perdu un gros match contre les Patriots il y a deux semaines. Ils ont gagné contre Jacksonville, mais sans être péjoratif, ça reste les Jaguars. Je pense qu’il y a moyen de les prendre mais il va falloir être très bon sur la défense contre la passe.

Un grand merci à Philippe Gardent pour sa disponibilité et son amabilité.

* Gregg Williams a été suspendu par la ligue 2012 après une affaire de « prime à la blessure » qu’il aurait mis en place avec les New Orleans Saints. Les joueurs auraient toucher des primes si ils parvenaient à blesser un joueur adverse. 

WEEK 12 : Redskins at 49ers

Washington Redskins 1317 San Francisco 49ers 

Un peu mieux, mais à la clé, une nouvelle défaite. Honnêtement, on s’attendait à pire. Heureusement l’attaque des 49ers était en petite forme et, il faut le dire aussi, la défense des Redskins a livré un match plutôt bon, et ce malgré une avalanche de blessure.

En effet la secondary a été décimé, à Deangelo Hall déjà blessé de longue date, on ajoute aussi David Amerson qui était inactif d’entrée de match. Puis Tracy Porter s’est blessé à l’épaule. Restaient donc Bashaud Breeland et… Greg Ducre. Récupéré il y a peu de la practice squad des Chargers, cet ancien des Huskies de Washington a joué son premier match en NFL et a même réussi une interception ! Mais une blessure de plus et on était vraiment mal. Will Compton s’en est même amusé sur twitter, précisant qu’il n’était pas loin de rentrer pour jouer safety, poste qu’il n’avait plus occupé depuis le lycée !

Quand les blessures se sont accumulées encore et encore en défense

Quand les blessures se sont accumulées encore et encore en défense

Au niveau du pass rush, Ryan Kerrigan a ajouté un sack à son compteur, tout comme Jason Hatcher.

Bref, la défense a bien limité les dégâts, provoquant 3 turnovers, mais l’attaque n’a pas su bonifier cela, inscrivant trois malheureux points de ces turnovers. Si Robert Griffin III (11/19, 106 yards) n’a pas rendu la balle (jusqu’a son fumble sur l’ultime possession) il n’a pas non plus pesé comme il le devrait. Sa fiche est assez ridicule. Au sol, Alfred Morris (21 courses, 125 yards, 1 TD) réussit lui un de ses meilleurs matchs. Mais cela est resté insuffisant. Les difficultés en conversion de third downs a notamment été très problématique. La question de savoir si le futur de la franchise au poste de quarterback est dans l’effectif se pose plus que jamais.

Quand RGIII réussissait à compléter une passe

Quand RGIII réussissait à compléter une passe

Finalement, quand on regarde notre effectif en attaque, on se rend compte qu’on a de bons running back et de bons receveurs. Mais la réalité c’est que la base d’une bonne attaque c’est un bon quarterback derrière une bonne ligne offensive et nous n’avons ni l’un ni l’autre. On pourra amener tous les meilleurs receveurs de la planète, on ne changera pas cela.

La ligne offensive n’a en effet vraiment pas aidé RGIII. L’absence de Trent Williams s’est fait sentir, Morgan Moses n’est pas encore au niveau. En tout la ligne a encore concédé 5 sacks, si certains auraient pu être évités par Griffin, cela reste beaucoup trop.

La DLine des 49ers, face à RGIII

La DLine des 49ers, face à RGIII

Pour ce qui est du déroulement du match, on bien cru à une grosse déroute quand Kaepernick a rapidement trouvé Boldin dans la endzone au milieu d’une secondary à la dérive, mais finalement la défense s’est réveillée après cela. L’attaque elle a donc tourné au ralenti comme on a déjà dit, mais elle a grappillé petit à petit le retard, si bien que dans le dernier quart-temps, un field goal de Kai Forbath (2/2) a permis aux Redskins de passer devant, 13-10. Mais la défense a à nouveau connu un coup de mou dans la foulée, concédant un deuxième touchdown. Et quand RGIII a eu une dernière opportunité pour la victoire, il n’a pas été capable d’être décisif. Une défaite finale 13-17. Du mieux en défense, mais rien en attaque.

Au niveau individuel on notera les bonnes performances de Keenan Robinson (7 placages) et Trent Murphy (1 fumble forcé).

Prochain rendez-vous dimanche contre les Colts. Vivement l’année prochaine !

WEEK 11 : Buccaneers at Redskins

Tampa Bay Buccaneers 277 Washington Redskins

 

Je n’ai pas pu voir le match, et je n’ai pas eu le courage de le regarder ensuite. Je me suis donc contenté d’un résumé et je ferais court. Cela semble être notre pire prestation de la saison. Robert Griffin III (23/32, 207 yards, 1TD, 2INTs) a livré ce qui ressemble à un mauvais match. Desean Jackson (4 réceptions, 35 yards) n’a pas été trouvé dans la profondeur. Les deux running back sont les deux avec le plus de yards à la réception. Roy Helu (6 réceptions, 57 yards, 1TD) aurait pu faire un bon match si il n’avait pas relâché le cuir. Alfred Morris (20 courses, 96 yards et 2 réceptions, 36 yards) s’en tire correctement.

Une fois de plus les turnovers font mal. Deux interceptions, un fumble contre un seul turnover pour les visiteurs.

La ligne offensive n’a pas aidé, concédant 6 sacks (même si certains semblent être davantage la responsabilité de RGIII). Trent Williams est même sorti blessé au genou.

La défense n’a quant à elle pas jugé nécessaire de couvrir Mike Evans qui n’a eu aucune difficulté à cumuler plus de 200 yards. Le pass rush n’est pas encore assez bon pour limiter les dégâts dans les lignes arrières de la défense.

En plus de cela le vestiaire semble se désunir, bien loin des images qu’on pouvait voir après la victoire face aux Cowboys.

On va désormais voir si Gruden a les épaules pour tenir cette équipe entre un propriétaire bornée et une équipe en pleine déconfiture. Va-t-il réussir à commencer à construire quelque chose sur les derniers matchs ou l’équipe va-t-elle tout simplement imploser ? On le saura dans les prochaines semaines.

Prochain match face aux 49ers, difficile d’imaginer autre chose qu’une défaite.

NFC Eastory : Les Années 1970 (5)

NFC Eastory : Les Années 1970

Retour vers les sommets avec Allen

                Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moments incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.

               Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Bourgogne et Or, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

                 La décennie 1970 est donc la première de l’après Preston-Marshall. C’est aussi, sur le plan sportif, un retour sur le devant de la scène.

                Mais l’année 1970 n’est pas encore dans cette dynamique, c’est tragiquement qu’elle commence. En effet, avant même le début de la saison, Vince Lombardi (qui avait ramené les Redskins à un bilan positif l’année précédente) décède. C’est le coach de la ligne offensive, Bill Austin, qui prend le relais. La saison est décevante, avec un bilan final de 6 victoires pour 8 défaites, la faute à un mois de novembre catastrophique. Après une éphémère séparation en 1969, les quatre équipes de la NFC East actuelle sont à nouveau rassemblées dans une division à cinq franchise qui comprend également les Cardinals de Saint Louis. Les Redskins perdent leurs rencontres contre les Cowboys et Giants mais s’imposent deux fois contre les Eagles. Il s’agit aussi de la dernière année où Sonny Jurgensen est titulaire sur une saison complète. Il lance pour 2323 yards et 23 touchdowns, soit le deuxième meilleur total de la ligue. Il domine également la ligue en pourcentage de passes complétées (59.9%). L’autre star de l’équipe, c’est le joueur de deuxième année Larry Brown, déjà très en vue lors de sa saison rookie. En 1970 il est tout simplement le meilleur coureur de la ligue en gain de yards (1125). Il devient aussi le premier running back à courir plus de 1000 yards dans l’Histoire de la franchise et remporte le titre de meilleur coureur de la NFL, que seul Cliff Battles avait remporté avant lui pour les Redskins. Dans les airs, WR Charley Taylor et TE Jerry Smith restent les meilleures armes de Jurgensen avec 17 touchdowns réceptionnés à eux deux.

Jerry Smith

Jerry Smith

                Cette année 1970 est donc dans la continuité de la dernière décennie, et c’est réellement en 1971 que la franchise va prendre un virage important. La franchise engage George Allen en tant que head coach et general manager. La philosophie de Allen est de faire joueur des joueurs confirmés plutôt que des jeunes. Il trade par exemple bon nombre de ses choix de draft. L’équipe devint donc sous son ère la plus vieille de la ligue. Celui-ci va redresser la franchise et en faire une des valeurs sûres des années 1970.

                En effet, dès la première saison, les Redskins se qualifient pour les playoffs. Allen débute avec cinq victoires consécutives. La deuxième moitié de saison est moins dominante et les Redskins laissent échapper de peu le titre de division à leurs meilleurs ennemis, les Cowboys de Tom Landry, futurs vainqueurs du Superbowl. Les Redskins échouent eux de peu        au premier tour des playoffs en s’inclinant 20-24 face aux 49ers. Washington avait pris le dessus en première mi-temps avant de se faire dépasser en seconde. Au poste de quarterback, Allen fait confiance à Billy Kilmer qui restera son quarterback titulaire durant sa présence à Washington. Sa meilleure cible durant cette année sera Roy Jefferson, receveur en provenance des voisins de Baltimore. Au sol, Brown amasse encore 948 yards. On notera aussi que le kicker Curt Knight mène la ligue en nombre de field goal réussis (29). Le defensive back Mike Bass réussit lui 8 interceptions (troisième total de la NFL).

Mike Bass (numéro 41)

Mike Bass (numéro 41)

                En 1972, au sommet de la rivalité, Redskins et Cowboys se disputent encore la tête de la division. Cette fois ci les Redskins prennent le meilleur, avec un bilan de 11 victoires pour 3 défaites. Au premier tour des playoffs, les Redskins affrontent les Packers et leur duo de running backs (Brockington et MacArthur) redoutable dans une saison déjà résolument tournée vers l’attaque au sol et le combat des tranchées. Pour stopper ce jeu de course, Allen aligne 5 joueurs sur sa ligne défensive, ce qui est une réussite puisque les Redskins éteignent l’attaque de Green Bay et s’imposent 16 à 3. La finale de conférence se joue alors… face aux Cowboys ! Un des matchs qui a marqué la rivalité. Les deux équipes l’ont emporté chacune à domicile lors de matchs serrés pendant la saison régulière. Mais cette fois ci, les Redskins ne laissent aucune chance aux Cowboys et s’imposent 26 à 3 au RFK stadium. Comme contre les Packers, le kicker Knight est parfait, à 4/4. Offensivement, le trio Kilmer, Taylor et Brown fonctionne à plein régime. Washington remporte surtout le duel physique, asphyxiant totalement l’attaque de Dallas. Retour sur match marquant dans la vidéo ci dessous. 

                La franchise tient donc sa première opportunité de remporter un Superbowl. Il s’agit du Superbowl VII qui se dispute à Los Angeles face aux Dolphins de Miami le 14 janvier 1973. Les Dolphins qui arrivent d’ailleurs invaincus à ce rendez-vous. Les Redskins n’arrêteront pas cette série, s’inclinant 14-7, dans un match où l’attaque a été complètement réduite au silence, le seul touchdown de Washington étant à mettre au crédit de Mike Bass, sur un fumble recouvert suivant un fieldgoal manqué par Miami. Il permet alors à l’équipe de revenir à 7-14 alors qu’il ne reste que quelques minutes à jouer dans le quatrième quart-temps.  Les Redskins récupèrent une dernière fois le cuir avec un peu moins de deux minutes à jouer, mais Billy Killmer ne trouve pas ses receveurs et finit par se faire sacker sur le 4th down.

             1             2             3             4             Total
MIA       7             7             0             0             14
WAS      0             0             0             7             7

                Sur le plan individuel, Larry Brown est tout de même élu MVP de la saison. Il cumule 1216 yards, soit son meilleur total en  carrière et le deuxième de la saison, derrière un certain OJ Simpson. Killmer domine quant à lui la NFL en touchdowns lancés, avec un total de 19. Le linebacker Chris Hanburger réalise lui une grosse saison du côté de la défense et se pose comme le successeur de Sam Huff. Il est d’ailleurs désormais entré au Hall of Fame.                La franchise manque donc le titre, qui revient à Don Shula, lui qui avait terminé sa carrière de joueur à washington.

                En 1973, Allen mène les Redskins en playoffs pour la troisième année consécutive. Encore une fois, les Cowboys sont les principaux rivaux. Les deux franchises terminent avec un bilan identique de 10 victoires pour 4 défaites et une nouvelle chaque équipe a remporté la confrontation à domicile. En playoffs, les Redskins se frottent aux Vikings, et ils s’y piquent. Défaite 27 à 20 face à Fran Tarkenton et ses compères. Au niveau individuel, pas de grosses révélations. Le kick-returner Herbert Felton Mul-Key est tout de même sélectionné pour le pro-bowl grâce à ses 1114 yards retournés.

Le look très funky de Herbert Felton Mul-Key

Le très funky Herb Mul-Key

                La saison 1974 est presque une copie conforme de la précédente, à l’exception que cette fois les Cowboys laissent filer les playoffs. Les Redskins terminent une nouvelle fois avec un bilan de 10 victoires et 4 défaites, soit le même que les Cardinals qui remportent toutefois la division grâce à leurs victoires sur les deux confrontations. En playoffs la franchise se déplace en Californie pour y affronter les Los Angeles Rams. Défaite 19-10 au bout d’un gros combat défensif ponctué par une interception retourné en touchdown de Isiah Robertson qui assoie la victoire de son équipe. A l’instar des Bengals ces dernières années, les Redskins se posent en losers des playoffs. Juste pour l’anecdote, un certain Joe Theismann menait les statistiques de l’équipe pour les retours de punt. Et à l’issu cette saison, Sonny Jurgensen prend sa retraite après 11 saison à Washington.

                Pour la première fois depuis son arrivée dans la capitale, Allen ne parvient pas à qualifier la franchise pour les playoffs en 1975, la faute à deux défaites pour conclure la saison. Les Redskins terminent troisième de la division avec une fiche de 8 victoires et 6 défaites. Cardinals et Cowboys vont en playoffs. Billy Kilmer réalise quand même une bonne saison avec 2440 yards et 23 touchdowns et fait ainsi partie du top 5 des quarterbacks de la NFL. Il fait notamment briller un jeune receveur, en la personne de Frank Grant qui cumule 776 yards et 8 touchdowns. Au sol un autre jeune s’illustre, le rookie Mike Thomas, sélectionné en 108ème position de la dernière draft, qui avec ses 919 yards remporte le titre de rookie offensif de l’année. Ces deux jeunes joueurs poussent doucement Larry Brown et Charley Taylor vers la sortie. Malgré tout, ce dernier devient le leader pour les réceptions en NFL lors du dernier match de la saison face aux Eagles. Il totalise alors 634 réceptions.

Mike Thomas

Mike Thomas, rookie offensif en 1975

                Malgré l’éclosion de jeunes talents comme Thomas, George Allen continue de compter sur des joueurs d’expériences et lors de l’inter-saison 1976 il fait signer le fullback John Riggins, 27 ans, en provenance des New York Jets. Il ne savait pas encore qu’il allait écrire les plus belles pages de l’Histoire de la franchise. Lors de cette saison 1976 on retrouve les trois franchises en forme de la NFC east, c’est-à-dire les Cowboys, Cardinals et Redskins. La première place revient aux Cowboys, alors que les Redskins et Cardinals sont à égalité avec un bilan de 10 victoires pour 4 défaites. C’est finalement la franchise de Washington qui retrouve les playoffs après une petite année d’abstinence, grâce à un meilleur bilan dans la division et notamment deux victoires contre Saint Louis. Mais comme à leur habitude, les protégés de George Allen se loupent en playoffs, éliminés 35 à 20 par les Vikings. A l’entrée du dernier quart-temps, le match était déjà plié avec un score de 35 à 6. L’ultime sursaut des Redskins n’y change rien. Foreman et McClanahan, deux running backs des Vikings ont largement contribué à la victoire des leurs avec chacun plus de 100 yards au compteur.

                A titre individuel, Frank Grant est le seul à se démarquer en tant que receveur. Il gagne en tout 818 yards. Il faut dire que le futur hall-of-famer Charley Taylor ne participe pas à cette saison. Au lancé, Billy Kilmer laisse progressivement sa place à Joe Theismann. Les deux quarterbacks se partagent les snaps. Au sol, Mike Thomas réalise encore une très bonne saison avec 1101 yards. John Riggins court quant à lui pour 572 yards. En défense, pour sa première saison dans l’équipe, Joe Lavender se distingue avec pas moins de 8 interceptions (troisième meilleur total de la ligue). Eddie Brown domine lui la NFL en punt returns, il y cumule 646 yards et un touchdown.

                L’année 1977 est la dernière de George Allen à la tête de l’équipe. Avec un bilan de 9 victoires pour 5 défaites, les Redskins manquent de peu les playoffs. Ils s’inclinent par deux fois contre les Cowboys, qui remportent la division. Le contrat du head coach ne sera alors pas renouvelé. Deux autres grandes figures de la franchise font leurs adieux cette année-là, il s’agit de Charley Taylor et Jerry Smith. Après une année sans jouer, Taylor revient pour une ultime saison discrète, avec seulement 18 yards. Il reste tout de même à ce moment le meilleur receveur de la NFL avec 649 réceptions pour 9110 yards et 79 touchdowns. 10 803 yards combinés et 540 points inscrits en tout. Jerry Smith aussi est très peu utilisé pour sa dernière saison, mais il quitte la ligue en tant que meilleur tight en end au niveau des touchdowns réceptionnés, avec 60 au total.  Ils doivent leurs statistiques monstrueuses à la longévité de leur carrière ainsi qu’à un passeur comme Sonny Jurgensen qui a su les gaver de bons ballons. Témoignage d’une attaque en manque de solutions, la meilleure arme des Redskins se trouvait en 1977 au sein de l’équipe spéciale, avec Eddie Brown qui réalise encore une grosse saison avec 1304 yards en punt et kick return.

Eddie Brown

Eddie Brown

                Un nouveau coach débarque donc en 1978, en la personne de Jack Pardee qui entrainait jusque-là les Bears. Il est bien connu de la franchise puisqu’il y a joué en tant que linebacker entre 1971 et 1973. Il s’agit de la première saison à 16 matchs. Il mène l’équipe à un début de saison canon avec 6 victoires et aucune défaite, puis c’est la dégringolade. Cinq défaites consécutives pour terminer, un bilan neutre de 8-8 et pas de playoffs. Ce sont les Cowboys et Eagles qui se qualifient. L’arrive de Pardee correspond aussi à l’avènement de Joe Theismann qui devient définitivement le quarterback titulaire de la franchise à 29 ans, poste qu’il ne lâchera plus  pendant huit ans. Cette année-là, l’équipe reste tout de même davantage tournée vers la course, avec une grosse saison de John Riggins, qui court pour 1014 yards. Et toujours dans cette grande tradition à Washington, un grand kick et punt returner sévit dans l’équipe. Il s’agit cette fois du rookie Tony Green qui cumule en tout 1484 yards. En défense, le vétéran safety de 33 ans Jake Scott termine sa carrière en réussissant 7 interceptions. Une sortie réussie.

Jack Pardee, joueur puis coach des Redskins

Jack Pardee, joueur puis coach des Redskins

                L’ultime saison de la décennie sera cruelle pour les Redskins. La NFC East s’affirme encore une fois comme l’une des plus relevées. Les Cowboys sont toujours au rendez-vous et les Eagles confirment leur saison précédente. Avant la dernière journée les Redskins affichent un bilan de 10 victoires et 5 défaites. Le même que les Eagles et Cowboys, ces derniers chez qui ils se déplacent pour cette dernière journée aux allures de playoffs. Encore un match historique plein de rebondissements qui a renforcé cette rivalité.

                Les Redskins démarrent fort avec un 17-0. Joe Theismann inscrit un touchdown à la course et en lance un autre pour Benny Malone, tout cela après que le kicker Mark Poseley a montré la voie avec un field goal en début de match. Mais les Cowboys se relancent totalement dans le deuxième quart-temps en inscrivant deux touchdowns et rentrent aux vestiaires avec seulement trois petits points de retard. Au retour des vestiaires, l’attaque des Redskins n’avance plus et ce sont les Cowboys qui reprennent la tête. 21-17 c’est le score à l’entrée du dernier quart temps, qui va être totalement fou. Washington se réveille, un field goal d’abord, puis deux touchdowns au sol par Riggins, dont un de 66 yards. Le score est alors de 34-21 à quelques minutes de la fin de la partie. Mais Roger Staubach n’a pas dit son dernier mot. Il trouve la endzone avec encore un peu plus de deux minutes à jouer. 34-28. Les Redskins doivent grignoter ce qu’il reste du chrono, mais leur attaque, si performante jusque-là, n’y parvient pas. Staubach récupère le cuire avec plus d’une minute et parvient à faire passer son équipe devant avec un nouveau touchdown. Theismann a une dernière chance avec une trentaine de seconde à jouer. Il pense pouvoir donner une opportunité à son kicker, mais après un moment de confusion les arbitres décident que l’ultime time-out a été appelé après que le chrono ait expiré. Les Redskins s’inclinent 35-34. Les Eagles l’emportent aussi, et dans la NFC Central les Bears écrasent leurs adversaires, ce qui leur permet d’atteindre les playoffs (grâce au tie-breaker de l’époque qui privilégie la différence de point) au dépend des Redskins avec le même bilan. Un énorme coup dur résumé dans la vidéo qui suit.

                Personne ne voyait vraiment les Redskins réussir une grande saison cette année-là, mais ils sont passés tout près de l’exploit. Jack Pardee reçoit d’ailleurs le titre de coach de l’année. Ceci notamment grâce aux progrès de Theismann qui a grandement limité ses interceptions, jusque-là son point faible. Il lance pour 2797 yards et 20 touchdowns malgré l’absence de cibles de prestige, la franchise n’ayant toujours pas trouvé le successeur de Charley Taylor. Le patron de l’attaque, c’est John Riggins, qui dépasse encore les 1000 yards. 1153 et 9 touchdowns (ainsi que 3 par les airs) pour être précis.

Theismann confie le cuir à Riggins

Theismann confie le cuir à Riggins

                C’est ainsi que s’achève cette décennie des années 1970, profondément marqué par George Allen et la rivalité avec les Cowboys. Après deux décennies plutôt médiocres, les Redskins ont retrouvé le devant de la scène. Il y aurait de quoi en écrire des pages. Seul manque un titre pour couronner le travail d’Allen. Mais Theismann et Riggins sont les nouveaux leaders d’une franchise qui ne compte pas s’arrêter en si  bon chemin.


 

Focus sur… George Allen

                Beaucoup de joueurs ont marqué les années 1970 des Redskins. On pourrait parler des defensive back comme Pat Fischer ou Mike Bass, des linebackers Chris Hanburger,  Harold McLinton ou Rusty Tillman. On pourrait aussi parler des joueurs de ligne offensive comme George Stark ou Len Hauss ou de ligne défensive comme Bill Brundige ou Diron Talbert. En attaque Larry Brown a également marqué cette décennie, et comment ne pas mentionner l’immense Charley Taylor. Mais c’est finalement sur le coach George Allen que j’ai décidé de m’arrêter, tant cette décennie ne peut être dissociée de lui.

George Allen

George Allen

                George Allen est né le 29 avril 1918 en Virginie. Il n’a pas eu une carrière de joueur de football de haut niveau, il a par contre passé des diplômes d’éducateur physique et a commencé à coacher des équipes  universitaires mineures. Il entre dans le monde de la NFL en 1957 avec les Rams de Los Angeles. Puis dès 1958 il rejoint les Bears de Chicago, en tant que scout, coordinateur défensif.

                Très populaire et plein de succès à Chicago, il aspire à un poste de head coach, mais pour cela il doit aller voir ailleurs. Il revient alors chez les Rams en 1966 avec qui il aura toujours un bilan nettement positif, mais il ne parvient pas à remporter le moindre match de playoffs (deux apparitions en cinq ans). En 1967 il est élu coach de l’année mais il est viré après la saison 1968 suite à des désaccords avec le propriétaire de la franchise, Dan Reeves. Mais les joueurs font pression sur ce dernier, et Reeves finit par céder, proposant à Allen un nouveau contrat de deux ans. Il ne parvient pas à donner le titre tant espéré aux Rams mais il quitte tout de même la franchise avec un meilleur bilan que n’importe quel autre head coach avant lui ici.

Allen en discussion avec ses cadres, Pardee et Hanburger

Allen en discussion avec ses cadres, Pardee et Hanburger

                C’est donc chez les Redskins qu’il rebondit. Après le décès soudain de Lombardi, la franchise cherchait un head coach de gros calibre, et c’est vers Allen qu’ils se sont tournés. On ne reviendra pas en détail sur son parcours à Washington, nous l’avons détaillé plus haut. Allen est un coach qui a maintenu la franchise à un haut niveau pendant toute sa présence, n’ayant jamais un bilan négatif. Seul lui manque ce titre. Il reste aujourd’hui le coach le plus influent que la franchise a connu derrière les deux titrés que sont Ray Flaherty et Joe Gibbs. Son mandat est aussi marqué par une très forte rivalité avec les Cowboys de Landry.

                Après son départ de la capitale, Allen n’occupera plus de fonction importante dans la ligue. Il décède en 1990 à l’âge de 72 ans et est introduit au Hall of Fame en 2002. L’actuel general manager des Redskins, Bruce Allen, est son fils. 


Les années 30 : Giants | Redskins | Eagles |

Les années 40 : Giants | Redskins | Eagles |

Les années 50 : Giants | Redskins | Eagles |

Les années 60 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Les années 70 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Les années 80 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Les années 90 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Les années 2000 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Les années 2010 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Statistiques via http://www.pro-football-reference.com/

WEEK 9 : Redskins at Vikings

Washington Redskins 2629 Minnesota Vikings 

 

Oooooh qu’elle est moche ! Et oui c’est une habitude pour les supporters de la franchise, les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Après une excellente performance collective contre les Cowboys, les Redskins ont livré une de leurs pires prestations de la saison. Et le plus frustrant dans cette histoire c’est que même malgré cela la victoire était proche…

Si l’attaque a manqué à plusieurs reprises d’enfoncer le clou (interception de Griffin juste avant la mi-temps, drive qui échoue dans les 10 yards…) la défense semble tout de même être le principal responsable. Le niveau de jeu affiché, surtout en seconde mi-temps, a été inadmissible, et Jay Gruden n’a pas manqué de le rappeler.

Face à la prestation des Redskins, boire ou prier sont les seuls choix

Face à la prestation des Redskins, boire ou prier sont les seuls choix

Le match a plutôt bien démarré. Robert Griffin III (18/28, 251 yards, 1TD, 1Int) était mis en confiance avec des passes-écran et des passes courtes et Alfred Morris (19 courses, 92 yards) prouvait qu’il était une menace plus importante associé à RGIII. Les Redskins mènent 10-0 avec notamment une course de 14 yards de Morris et on se dit que c’est reparti comme en 2012 ! La défense jusque là est correcte. Mais c’est c’est dans cette fin de deuxième quart temps que Griffin lance une sale interception et à partir de là la défense n’y est plus. Les receveurs des Vikings ont des boulevards et Bridgewater peut s’amuser. Ceci dit quand les équipes rentrent aux vestiaires à la pause, les Redskins sont toujours devant (10-7) et les espoirs restent entier. Mais la défense ne ressortira jamais des vestiaires. Et si notre attaque continue à marquer des points, avec notamment une nouvelle grosse performance de Desean Jackson (4 réceptions, 120 yards, 1 TD), la défense elle ne ralentit à aucun moment l’attaque des Vikings.  Ces derniers avancent comme dans du beurre, ou comme un drakar porté par le vent sur la mer du nord !

DJax a encore fait parler son accélération !

DJax a encore fait parler son explosivité et sa vitesse !

La défense ne parvient pas à mettre suffisamment de pression sur le quarterback rookie du Minnesota et la couverture aérienne est horrible, alors que la secondary sortait d’un gros match. Ryan Clark a particulièrement été en difficulté. Au niveau du pass rush, Trent Murphy a tout de même réussi son premier sack en NFL, et Jason Hatcher en a ajouté un à sa collection. Aucun turnover provoqué par cette défense, ce qui a plusieurs moment aurait vraiment pu soulager l’équipe. Félicitons tout de même les Vikings, qui sans être flamboyants, ont su prendre soin du ballon et prendre tout ce qu’on leur donnait.

La deuxième mi-temps a donc été un échange de coups, les Vikings frappant simplement un peu plus fort et plus souvent. Avec trois touchdowns et une conversion à deux points, Matt Asiata nous aura fait très mal. Il inscrit 20 des 29 points des locaux, alors qu’il n’a couru que 26 yards (57 yards cumulé) !

Notre attaque livre un match correct, mais insuffisant pour contre-balancer les points encaissés par la défense. RGIII réalise un retour honnête, mais son interception, ainsi que la passe manqué sur une quatrième tentative en fin de match coûtent chers. C’est sur cette dernière passe que les visiteurs laissent échapper le match, rendant la balle aux Vikings avec très peu de temps. Les médias nous redisent que RGIII ne fait pas l’unanimité dans le vestiaire. Je pense que c’est le cas pour très peu de joueurs et je pense surtout que c’est du blabla de journaliste.

A chaque fois  que le pass rush atteignait RGIII (souvent)

A chaque fois que le pass rush atteignait RGIII (souvent)

L’attaque pourra aussi se mordre les doigts pour cette possession dans le troisième quart temps où elle se retrouve sur les 6 yards adverses en 2e & 1. Mais les deux tentatives sont mal exécutées et les Redskins se contente de 3 points pour mener 20 à 14. Avec 10 points d’avance à c moment, les choses auraient pu être différentes. La ligne offensive ne cesse quant à elle de confirmer qu’elle est le principal point faible de cette équipe. Griffin a été sacké pas moins de cinq fois et on a déjà eu peur pour sa santé.

Gruden s'adresse à Zimmer à la fin du match

Gruden s’adresse à Zimmer à la fin du match

Au final il s’agit donc d’une piètre prestation collective. Le seul motif d’espoir étant que malgré cette piètre prestation on ne passe pas loin de la victoire. Les retrouvailles l’ancien coordinateur offensif des Bengals (Gruden) et l’ancien coordinateur défensif de cette même franchise (Zimmer) auront tourné à l’avantage du second. Maintenant l’équipe va avoir tout le temps de réfléchir à ses défauts puisque c’est une bye week qui arrive. Puis un match contre Tampa Bay, où une défaite serait inexcusable.