Entretien

Entretien avec Ty Long

Il y a quelques mois j’avais eu le plaisir de discuter avec Philippe Gardent, ancien joueur de la franchise, cette fois ci j’ai eu la chance de poser quelques questions à un joueur sous contrat. Il s’agit de Ty Long, kicker rookie qui vient de signer un contrat UDFA. Il a eu la gentillesse de me répondre pour ce petit entretien exclusif. Il nous parle de son université (Univesity of Alabama-Birmingham), de la draft, de son poste et évidemment des Redskins. Exceptionnellement je publie également la version originale de l’entretien (en fin d’article). Orginal interview is at the end of the article.

Bourgogne et Or : Salut Ty ! Tout d’abord, merci beaucoup de prendre le temps de répondre à mes questions. Commençons avec un rappel de ton parcours. Où as tu grandi, et quand as tu commencé le football ?

Ty Long : J’ai grandi à Roswell en Géorgie et dans le sud le football est simplement quelque chose que tout le monde fait, donc la question de commencer à jouer ne se posait même pas. Mais j’ai commencé à jouer quand j’avais cinq ans.

B&O : Pourquoi as tu choisi UAB après le lycée ?

Ty : J’ai choisi UAB car je suis tombé amoureux de la ville. J’adorais tout de l’équipe et de l’environnement familial. Je me sentais juste chez moi et je suis heureux d’y avoir passé les quatre plus belles années de ma vie jusqu’à maintenant.

Ty Long, #2

Ty Long, #2

B&O : Depuis novembre dernier, tu es devenu le meilleur kicker de l’Histoire de UAB. A quel point est-ce important pour toi ? Était-ce le plus grand moment de ta carrière ?

Ty : C’était important car je voulais laisser ma marque à UAB et je voulais être reconnu comme l’un des meilleurs dans ce domaine avec quelques autres comme Swazy Waters (actuel kicker/punter pour les Argonauts de Toronto en CFL, ndlr) et Jake Arians (fils de Bruce Arians, passé furtivement chez les Bills, ndlr).

B&O : Comment as tu réagi quand tu as appris que le programme de football allait être fermé ?*

Ty : Ça a été difficile. C’est dingue de penser que c’est vraiment arrivé. C’est compliqué de mettre des mots dessus, mon dernier semestre a été étrange car tous mes coéquipiers étaient partis et je restais à m’entraîner pour la NFL avec le reste des seniors. C’était assurément différent.

B&O : Aucun kicker n’a été drafté cette année, et certains « experts » ont dit que c’était une année faible à ce poste. J’imagine que tu es prêt à leur prouver l’inverse ?

Ty : J’ai été surpris de voir qu’aucun kicker n’a été drafté. Mais les gens disent ce qu’ils veulent, ils ont le droit et c’est leur propre opinion. J’ai évidemment une opinion différente là dessus et je suis prêt à venir et rentrer dans la compétition.

B&O : Quel était ton ressenti quand les Redskins vous ont appelé ? Ça a dû être un processus stressant, d’autres équipes t-ont elles contacté ?

Ty : C’était une expérience génial mais également très stressante. Durant le processus je parlais à huit ou neuf équipes mais je suis gonflé à bloc à l’idée d’être un Redskin.

B&O : Quelles sont tes meilleurs qualités en tant que kicker ? Te projettes-tu dans la compétition avec Kai Forbath durant cette offseason ?

Ty : J’ai le sentiment que mon mental est parmi les meilleures qualités de mon jeu. Mais je suis impatient de concurrencer Kai. C’est un bon kicker et la compétition ne fera que nous rendre meilleurs tous les deux.

B&O : Quel est le planning avec les Redskins maintenant ?

Ty : Je me rendrai là bas le dimanche 10. Prêt à m’y mettre !

B&O : A part le football, quels sont tes loisirs, qu’est ce que tu apprécies dans la vie ?

Ty : J’aime bien pêcher et jouer au basket. Juste traîner avec les amis. Je suis un type relax.

B&O : Le football américain se développe doucement en France et il y a une petite (mais passionnée !) communauté de fan des Redskins. Tu as un mot pour eux ?

Ty : Le football est un jeu génial et je suis content d’entendre que ça grandit là bas ! HTTR !

On souhaite évidemment tout le meilleur à Ty Long, et nous suivrons plus particulièrement sa progression cet été !

*La saison 2014 des Blazers de UAB a été la dernière. L’université a décidé de fermé le programme de football pour raisons financières. Décision assez houleuse qui a entraîné de vives réactions et beaucoup de mécontentement.


Bourgogne et Or : Hello Ty ! First, thank you very much for taking the time to answer my questions. Let’s start with a reminder of your path. Where did you grow up? When did you start football?

Ty Long : I grew up in Roswell Georgia and in the south Football is something that just everyone does so there was no question I was going to start playing. But I started playing when I was 5 years old.

B&O : Why did you choose UAB after highschool?

Ty : I chose UAB because I fell in love with the City. I loved everything about the team and the family environment. It just felt like home and I’m glad I did best 4 years of my life so far.

B&O : Since last November, you’re the all time leader in kicking at UAB. How much is this important for you ? Was it the biggest moment of your career ?

Ty : It was important because I wanted to leave my mark on UAB and I wanted to be thought of as one of the best to do it with some of the others like Swazy Waters and Jake Arians.

B&O : How did you react when you heard the the football program was going to close ?

Ty : It was hard. Crazy to actually think it happened. It’s hard to put into words my last semester was strange because all my team mates were gone and I was left training for the NFL with the rest of the seniors it was different for sure.

B&O : No kicker has been drafted this year, and some “experts” have been saying it was a weak year at this position. I guess you’re ready to prove them wrong ?

Ty : I was surprised to see that no one was drafted. But people are going to say what they want and they have the right to their own opinion. I obviously have a different opinion on that and I’m ready to come in and compete.

B&O : What was your feeling when the Redskins called you ? It must has been a stressfull process, did another team call you after the Draft ?

Ty : It was an awesome experience but also very stressful. During the process I was talking to about 8 or 9 different teams but I’m fired up to be a Redskin!

B&O : What are your best qualities as a kicker ? Do you look forward to competing against Kai Forbath during the offseason ?

Ty : I feel my mental game is one of my best qualities in my game. But I am excited to compete against Kai. He’s a good kicker and competing will only make us both better.

B&O : What’s the schedule with the Redskins now? When do you start training with the team ?

Ty : I head up there Sunday the 10th. Ready to get there!

B&O : Except football, what are your hobbies, what do you enjoy in life ?

Ty : I like to fish and shoot hoops. Just hanging out with friends. I’m a laid back guy.

B&O : American Football is slowly growing in France, and there is a little (but passionate!) Redskins fanbase. Do you have a word for them ?

Ty : Football is a great game and I’m glad to hear it’s starting to get big over there! HTTR!!

Entretien avec Philippe Gardent

« Avant de parler de franchise quarterback, il faudrait déjà parler de quarterback compétitif »

J’ai eu le privilège de discuter quelques minutes avec Philippe Gardent, seul français à être passé par les Redskins de Washington. C’était en 2006. Actuellement il occupe notamment le poste de consultant NFL pour la chaine BeIn Sport. En exclusivité pour Bourgogne et Or, il a accepté de parler de ce passage à Washington, ainsi que de l’actualité de la franchise.

Bourgogne et Or : Bonjour Philippe Gardent, pouvez vous commencer par nous rappeler votre parcours dans le football américain, jusqu’à votre arrivée en NFL ?

Philippe Gardent : Je suis parti du niveau junior français, où je jouais à Grenoble. J’ai passé toutes les étapes du cursus français et européen : club de première division avec les Argonautes où j’ai gagné deux titres de champion de France en 2001 et 2002. Dans l’équipe de France junior, j’ai participé aux championnats d’Europe junior en 1998, on termine vice-champion d’Europe derrière l’Allemagne. Puis qualification avec l’équipe de France senior pour la Coupe du monde 2003 après les qualifications de 2002, ce qui m’a permis d’être repéré par des recruteurs de NFL Europe. J’ai donc fait les camps d’entrainement en NFL Europe, j’ai été pris en 2003 et j’ai fait 5 saisons. En 2006 après avoir été élu meilleur joueur et meilleur plaqueur de la ligue, j’ai eu une chance de pouvoir intégrer les Washington Redskins.

B&O : En tant qu’européen, fallait-il en faire plus pour se faire remarquer et s’imposer ?

PG : La NFL Europe c’était clairement une ligue de développement pour les américains, les Européens c’était plus le côté marketing, pour dire « on joue chez vous, on vous fait plaisir on en met quelques uns ». En fait les Européens qui marchaient bien dans la ligue, c’était plus une surprise pour eux et pour nous effectivement il fallait plus qu’on prouve auprès des entraîneurs qu’on était pas là juste pour le côté marketing, qu’on était là aussi parce qu’on pouvait jouer et produire. Donc oui il fallait montrer plus, que ce soit que soit en NFL Europe ou même en NFL.

B&O : Certains joueurs ou coachs vous ont-ils marqué plus que d’autres en NFL ?

PG : Oui bien sûr, moi j’ai été énormément marqué par le coordinateur défensif de l’époque qui était Gregg Williams, actuel coordinateur défensif des Saint Louis Rams. On en pense ce qu’on veut de Gregg pour ceux qui connaissent un peu il y a un historique*, mais moi c’est au niveau tactique où je le trouve juste exceptionnel . Il pense différemment des autres entraîneurs. J’ai aussi eu la chance d’être coaché par Joe Gibbs, Hall of Famer qui était sorti de sa retraite pour revenir à l’époque, et ça a été un véritable honneur pour moi. Je passe d’autres des coachs qui m’ont marqué,  coach Lindsey qui était mon coach linebacker, Greg Blache, le coach DLine qui était également marquant. Tous ces coachs m’ont beaucoup marqué pour la suite de ma carrière, j’ai appris énormément avant d’aller en Caroline aux Panthers et puis en CFL aux Alouettes de Montreal. En tant que joueur, les joueurs qui m’on marqué il y en a deux ou trois. Andre Carter, un DLine qui a joué la majeure partie de sa carrière à  San Francisco et qui venait d’arriver aux Redskins quand j’y étais. C’est un gars avec qui j’ai passé énormément de temps. Mark Sellers, le pro-bowler fullback avec qui je m’entendais très bien également. Et puis niveau linebacker il y a Marcus Washington avec qui j’étais un peu plus proche qu’avec les autres.

B&O : De l’effectif actuel, je crois que vous avez dû croiser Kedric Golston et Santana Moss ?

PG : Oui Kedric Golston et Santana Moss je pense qu’aujourd’hui ça ne doit pas être loin des deux seuls rescapés de l’équipe dans laquelle moi je faisais partie.

Philippe Gardent

Philippe Gardent

B&O : Gardez vous un œil particulier sur les Redskins et Panthers du fait de votre passage, ou bien les regardez vous comme n’importe quelle autre franchise ?

PG : Non, c’est évidemment deux équipes que je suis particulièrement de par l’historique que j’ai avec elles. Ce sont des équipes qui m’ont donné ma chance, c’est comme ça que je le vois. Etant donné que ces équipes m’ont fait confiance à un moment, moi ça me donne envie de suivre l’actualité, qui est plus ou moins bonne selon les périodes. Je suis particulièrement ces deux équipes même si je suis en général l’actualité de toutes les équipes.

B&O : Justement, que pensez vous des difficultés actuelles de la franchise de Washington ?

PG : C’est un chaos. C’est un chaos qui va prendre un moment avant d’être réglé, parce qu’il n’ y a pas que des problèmes de quarterback, même si depuis 6h du matin (mercredi 26/11, ndlr) les Redskins ont annoncé qu’ils allaient titulariser Colt McCoy au moins pour une semaine. Il n’y a pas que ça qu’il faut changer. Il y a une véritable sérénité à retrouver, à la fois dans les vestiaires et à la fois dans l’organisation qui passera uniquement par les victoires.

B&O : Pensez vous que Jay Gruden peut ramener la franchise vers le succès à moyen terme ? Et Robert Griffin III a-t-il ce qu’il faut pour être le franchise quarterback attendu depuis environ 20 ans à Washington ?

PG : Très clairement je ne pense pas qu’aujourd’hui RGIII soit capable de rejouer au niveau auquel il a joué sa première année aux Redskins. Je pense que le système de Shanahan, même si il a été critiqué par beaucoup, lui permettait de s’exprimer et d’exprimer ses qualités athlétiques dans la read-option. Ça a été une grande partie de la réussite des Redskins avec un Morris qui était exceptionnel au sol, de par la menace de RGIII. Depuis qu’il s’est blessé c’est moins une menace, et au niveau de sa technique de lancer, ce n’est pas ça. Avant de parler de franchise quarterback, il faudrait déjà parler de quarterback compétitif. Aujourd’hui il ne l’est pas, c’est bien la raison pour laquelle on va le mettre sur le banc, non pas à cause de blessures, mais pour la première fois de sa carrière pour raison de niveau. Donc non je ne pense pas que ce soit la solution du futur. Et même pour lui il va falloir du temps pour digérer ce qu’il vient de se passer avec Jay Gruden qui l’a complètement démonté devant les médias. Pour répondre à la première partie de la question que vous m’avez posé sur Jay Gruden et sa capacité à remettre la franchise sur de bons rails, ce n’est pas impossible, le fait de prendre la décision qu’il prend maintenant pour la suite de la franchise c’est une bonne décision à mon avis mais je pense qu’il en a déjà pris des mauvaises et il va falloir accumuler les bonnes pour pouvoir aller dans le bon sens.

B&O : Dan Snyder n’est pas le propriétaire le plus populaire de NFL, pensez-vous qu’il est un frein à cette franchise ?

PG : Je ne pense pas que Dan Snyder soit un frein à Washington. Je pense qu’il est attaché à des valeurs. C’est un propriétaire et c’est sa franchise. C’est lui qui décide qui il met à la tête. Je pense qu’aujourd’hui il a fait les choix qu’il fallait en donnant l’autorisation à Jay Gruden de faire ce qu’il voulait avec RGIII. C’est bien la preuve qu’aujourd’hui il a donné les  rênes à un entraîneur auquel il laisse les décisions pour le bien de la franchise. Donc non je ne vois pas d’objection à Snyder.

B&O : Parlons de choses plus positives. Keenan Robinson, un linebacker comme vous, réalise une grosse saison après deux ans à galérer avec les blessures. Que pensez vous de lui ?

PG : Keenan Robinson c’est un très bon linebacker qui a un bon instinct. La défense des Redskins elle n’est pas catastrophique, au contraire elle a vraiment de la gueule. Le problème c’est qu’il y a eu beaucoup de turnovers offensifs avec des positions sur le terrain largement favorables à l’adversaire, et c’est ça qui a fait que c’est plus compliqué. Mais pour en revenir à ce joueur là particulièrement, il a de grosses capacités athlétiques, il sent le ballon et c’est important maintenant pour lui de rester en pleine forme, c’est capital.

B&O : Toujours sur le plan défensif, Jim Haslett essuie beaucoup de critiques. Sont elles justifiées ? Il semble capable du meilleur, comme contre les Cowboys, et du pire, comme contre Vikings.

PG : Oui mais contre les Vikings il y a eu combien d’interceptions ? Ça veut dire qu’il y a eu des positions sur le terrain à l’avantage de l’adversaire et quand on défend un terrain court c’est quand même différent que de défendre un terrain long. Donc moi je ne suis pas anti-Haslett. A mon avis c’est un coordinateur qui fait avec ce qu’il a à sa disposition . Et ce qu’il a à sa disposition c’est souvent des situations délicates à gérer.

B&O : Il n’y aura toujours pas de match des Redskins à Londres en 2015. Pensez que cela va venir dans les prochaines années ? La polémique autour du nom contribuerait-elle à empêcher cela ?

PG : C’est vrai qu’il n’y a toujours pas de Redskins. Le nom à mon avis ça ne doit pas bloquer étant donné qu’aujourd’hui les Redskins ont le droit de garder leur nom, il n’est simplement plus protégé. C’est quand même une nuance qui est importante. La volonté de la ligue c’est de promouvoir le plus grand nombre d’équipes possible à travers le logo NFL. Il y a une équipe, les Jacksonville Jaguars, qui était assurée de jouer trois saisons d’affilé, ça a été le cas, et après il y a des équipes qui sont déjà venues et qui reviennent. Pour le coup ça n’a pas encore été le cas des Redskins. De mémoire si il n’y a pas d’équipes volontaires, c’est la ligue qui choisit. la ligue n’a pas encore choisi les Redskins, à mon avis ça ne va pas tarder.

B&O : Pour terminer, un pronostic pour le match contre les Colts ?

PG : Ça va être un dur challenge mais souvent quand il y a un quarterback qui remplace un autre, qui a eu une semaine complète de préparation, qui a la confiance de ses entraîneurs, il peut y avoir des choses sympas qui peuvent arriver. Je pense que ça va être un match serré. Les Colts ne sont pas en pleine bourre, ils ont perdu un gros match contre les Patriots il y a deux semaines. Ils ont gagné contre Jacksonville, mais sans être péjoratif, ça reste les Jaguars. Je pense qu’il y a moyen de les prendre mais il va falloir être très bon sur la défense contre la passe.

Un grand merci à Philippe Gardent pour sa disponibilité et son amabilité.

* Gregg Williams a été suspendu par la ligue 2012 après une affaire de « prime à la blessure » qu’il aurait mis en place avec les New Orleans Saints. Les joueurs auraient toucher des primes si ils parvenaient à blesser un joueur adverse.