Week 7 : Buccaneers @ Redskins

Week 7

Tampa Bay Buccaneers 3031 Washington Redskins

Et bien mes amis, quel match ! Nous sommes passés par toutes les émotions, du cauchemar au rêve, du stress à la délivrance. Difficile de dire qu’il s’agit d’un match référence toutefois vu l’horrible niveau de jeu affiché en début de match. Attaque et défense ont été à la rue pendant presque une mi-temps.

Quand on m'a demandé comment je sentais le match

Quand on m’a demandé comment je sentais le match

Evans, habitué des gros matchs contre les Redskins depuis son arrivée dans la ligue, s’est rapidement mis en évidence. Magistralement servi par le rookie Jameis Winston, il a battu Will Blackmon pour un TD de 40 yards. L’attaque de Washington ne peut répondre et la franchise de Floride ajoute trois nouveaux points par  Barth.

Aucune réaction du côté des joueurs de la capitale, et les Bucs continuent à dérouler leur football. Winston lance son deuxième touchdown, le premier choix de la dernière draft trouve Dye. On en est à 17-0 pour les visiteurs.

Le début de match des Redskins

Le début de match des Redskins

On croit alors pouvoir enfin arrêter l’hémorragie quand les Redskins arrivent enfin à trouver du rythme en attaque. Ça avance bien, et puis c’est le drame. Morgan Moses se fait déborder, Kirk Cousins (33/40, 317 yards, 3TDs) ne sent pas le danger venir, il concède le sack et le fumble, Jones récupère le cuir pour Tampa Bay et file vers la endzone. Personne ne peut le rattraper. 24-0 pour les Buccaneers. Jamais les Redskins n’ont remonté un tel retard dans l’Histoire de la franchise.

Mais l’équipe refuse de s’avouer vaincue. Cousins conclut d’une course de 8 yards un très beau drive. Cela permet aux Redskins de rentrer aux vestiaires avec un léger espoir, sur le score 24-7.

Gruden a tapé du poing sur la table à la MT

Gruden a tapé du poing sur la table à la MT

Le défi est grand, on connait les soucis des Redskins dans le troisième quart-temps, et les Bucs repartent avec la possession. Mais la défense parvient à stopper la progression adverse, et Cousins peut commencer à faire de la magie. Il conclut un beau drive en trouvant un Ryan Grant (3 réceptions, 54 yards, 1TD) complètement seul dans la endzone.

Le momentum est du côté de Washington, et Gruden le sent bien. Pour continuer sur la dynamique l’équipe tente un onside-kick qui surprend les visiteurs et est recouvert par Trenton Robinson ! Les Redskins enchaînent et cette fois c’est Jordan Reed qui est servi dans la endzone. Cousins réussit son troisième touchdown, le deuxième dans les airs. Et voilà qu’en quelques minutes les Redskins sont revenus à trois petits points (24-21) !

Quand Robinson s'est jeté pour récupérer le onside kick

Quand Robinson s’est jeté pour récupérer l’onside kick

La suite redevient plus équilibrée, les deux équipes scorent un field goal. Le score est de 27-24 pour les visiteurs. on en arrive au stress. Les Bucs ont la possession avec 7:29 à jouer. Ils grignotent le chrono et puis Doug Martin s’envole pour 49 yards. First and goal pour les visiteurs, il ne reste que 4 minutes. Autant dire qu’un touchdown annihilerait toute chance pour les locaux. Mais la défense sort le grand jeu et stoppe l’attaque adverse à quelques centimètres de la terre promise. Tampa Bay se contente de 3 points ce qui en fait 6 d’avance.

Cousins a alors un peu plus de deux minutes pour donner la victoire à son  équipe. Il ne panique pas et continue dans sa lancée du jour avec des passes très précises. Jamison Crowder (5 réceptions, 48 yards) réussit une réception clé de 18 yards qui place les Redskins en redzone avec un peu plus de 30 secondes à jouer. Quelques actions plus tard le quarterback des Bourgogne et Or trouve Jordan Reed (11 réceptions, 72 yards, 2TDs) pour la délivrance. Les Redskins passent pour la première fois devant 31-30 à quelques secondes du terme.

Quand on est passés devant les Bucs dans les ultimes secondes

Quand on est passés devant les Bucs dans les ultimes secondes

Les Floridiens tentent une dernière incursion, mais Sims relâche la balle et Chris Baker, qui s’impose comme un leader de cette ligne défensive, récupère le cuir pour valider la victoire des Redskins. une victoire inespérée qui va faire un bien fou avant la bye week puis le défi face aux Patriots.

Finalement...

Finalement…

Il ne faut surtout pas s’enflammer pour autant, il reste beaucoup de sujets d’inquiétude, notamment le jeu au sol qui est en panne depuis plusieurs semaines, ainsi que la défense contre la course qui continue d’être une passoire. Mais pour l’instant on va savourer.

Week 6 : Redskins @ Jets

Week 6

Washington Redskins 2034 New York Jets

Deuxième défaite consécutive. Encore une prestation inquiétante de l’équipe. La défense a gardé le match à portée en première mi-temps, mais dans la seconde partie de la rencontre le naufrage a été collectif.

Le match n’avait pas si mal démarré, Kyshoen Jarrett provoquait un fumble sur Eric Decker et Bashaud Breeland (1INT, 1FF, 2 FR) était là pour récupérer le cuir. Breeland, l’une des rares lumières dans les ténèbres de ce match.

Les supporters des Skins devant la performance de Breeland

Les supporters des Skins devant la performance de Breeland

Grâce à cette action les Redskins ont mené 7-0, Pierre Garçon (5 réceptions, 28 yards, 1TD) étant à la réception d’une passe de Kirk Cousins (25/43, 196 yards, 1TD, 2INTs) dans la endzone.

Côté Jets, Ivory, comme Freeman une semaine plus tôt, s’est baladé dans la défense des Redskins. Une défense contre la course qui avait plutôt bien débuté la saison, mais qui sombre en ce moment. Ivory est celui qui remet les équipes à égalité, avant qu’un field goal ne donne l’avantage à la franchise de New York.

Ensuite, grâce un nouveau fumble recouvert par Breeland, c’est Dustin Hopkins qui réussit un field goal de 54 yards. Lui aussi est l’une des rares satisfactions et continue dans sa régularité, même à longue distance. Après une interception de Breeland, toujours lui, Hopkins donne l’avantage aux siens 13 à 10. C’est le score à la pause. Les Redskins s’en sortent grâce aux turnovers, mais restent en difficulté en attaque.

Le troisième quart-temps est manqué par les Redskins, cela devient une habitude. Cousins est intercepté par Revis, puis Fitzpatrick se charge peu après lui même de courir les 18 yards qui le séparent la endzone. Les Jets repassent devant et ne seront plus jamais inquiétés.

Quand Kirk Cousins se fait intercepter

Quand Kirk Cousins se fait intercepter

Après un nouvel échec de l’attaque des Redskins, les hommes en vert et blanc reprennent la possession. Fitzpatrick trouve Brandon Marshall pour un touchdown et six puis sept nouveaux points. Le score est déjà de 27-13, en clin d’oeil les Redskins ont été éjectés du match.

Cousins est une nouvelle fois intercepté dans la foulée. Cette fois ci Fitzpatrick trouve Decker pour un nouveau touchdown, 34-13 alors qu’on entre tout juste dans le quatrième quart temps. 15 minutes de je cauchemardesques pour les Redskins qui se font marcher dessus.

Quand Kirk Cousins se fait ENCORE intercepté

Quand Kirk Cousins se fait ENCORE intercepter

La défense se réveille quelque, ou les Jets ralentissent inconsciemment, toujours est-il que l’attaque des jets s’arrêtera là. Celle des Redskins également. Elle échoue aux portes de la endzone dans le quatrième quart-temps. Cousins ne parvient pas à se connecter avec Crowder sur une 4e tentative.

Quand je repense à Rex Grossman

Quand je repense à Rex Grossman

Rashad Ross recouvrera un ballon libre dans la endzone suite à un punt bloqué (action qu’on avait pas vu depuis des années en faveur de notre équipe), mais cela reste anecdotique. C’est une correction.

Il va falloir vite se ressaisir, une défaite contre les Buccaneers ne serait pas acceptable. Les jobs de Jay Gruden et Kirk Cousins sont fragiles.

Et qui est-ce qui est en tête de la division avec ces conneries ?

jets1

Week 5 : Redskins @ Falcons

Week 5

Washington Redskins 1925 Atlanta Falcons

 

Désolé, pas de résumé complet cette semaine. Rapide retour sur ce résultat frustrant à Atlanta où nous ne sommes pas passés loin de l’exploit. Les Redskins ont souvent été devant, avant de se faire dépasser en fin de match. Un field goal de 52 yards à la dernière seconde de Dustin Hopkins gardait tout de même l’espoir intact en envoyant les deux équipes en prolongation. Mais celle-ci fut courte. Kirk Cousins offrait en effet rapidement le cuir à Robert Alford qui n’en demandait pas temps et s’en allait jusque dans la endzone des joueurs de Washington pour le touchdown de la victoire.

Quelques satisfactions donc, mais aussi beaucoup de déceptions. Pour ce qui est du positif on notera une nouvelle performance solide de notre kicker Hopkins. Une excellente prestation du rookie Jamison Crowder qui s’impose toujours un peu plus. Pour ce qui est du moins bien on regrette évidemment les deux interceptions de Kirk Cousins, mais aussi la défense contre la course, très décevante (Keenan Robinson n’était pas à son niveau par exemple) qui a laissé Freeman s’amuser.

Les statistiques

Kirk Cousins : 21/32, 219 yards, 1TD, 2INTs.

Jamison Crowder : 8 réceptions, 87 yards.

Bashaud Breeland : 6 tackles, 1INT.

 

Eastcast : Episode #3

Malgré les soucis techniques et les tentatives de sabotage des fans des Eagles, le podcast de la NFC East, le Eascast, est de retour pour un troisième épisode (le cinquième enregistré !).

Au programme, retour sur le début de saison des équipes concernées et un regard vers les matchs à venir.

Pour cet épisode les Giants étaient représenté par Baptiste de Big Blue Blog, les Cowboys par David de Dallas Cowboys Fr et les Eagles par Loic qui tient le compte twitter @EagleFR.

Bonne écoute, n’hésitez pas à réagir, et à bientôt !

Week 4 : Eagles @ Redskins

Week 4

Philadelphia Eagles 2023 Washington Redskins

Une défaite, une victoire, une défaite, une victoire. Les Redskins ont trouvé leur rythme dans cette saison. Ils ont surtout remporté ce match important contre les rivaux de Pennsylvanie, la première dans cette division plus qu’incertaine.

Dans un FedEx Field bien remonté, les Redskins ont pris le match par le bon bout. La défense a asphyxié l’attaque des Eagles, tandis que l’attaque a bien progressé. Ceci dit, sur les deux premiers drives il n’a pas été possible de trouver la endzone. Mais Dustin Hopkins a continué d’être parfait et a offert deux fois trois points à nos locaux.

Chip Kelly n'est pas le génie qu'on croit.

Chip Kelly n’est pas le génie qu’on croit.

Finalement les Redskins parviennent à pénétrer dans la endzone dans le deuxième quart-temps, non sans mal. Kirk Cousins (31/46, 290 yards, 1TD + 1TD au sol) récupère un snap manqué juste devant la goalline et force son passage jusque dans la zone promise. Pas très académique, mais les Redskins mènent désormais 13 à rien.

Pour les Eagles, le kicker Sturgis à l’occasion de réduire l’écart juste avant la pause, mais son coup de pied est manqué.

Pour Chip, Sturgis n'est pas la réussite attendue

Pour Chip, Sturgis n’est pas la réussite attendue

Et puis comme d’habitude les Redskins vont connaitre un passage à vide. Les joueurs sont restés au vestiaire et l’attaque n’avance plus. La défense quant à elle se fait découper en profondeur par un Bradford qui n’a pas besoin de forcer son talent pour battre un Chris Culliver diminué (blessé au genou, le joueur ne s’était pas entraîné de la semaine, on se demande encore pourquoi les Eagles n’ont pas davantage appuyé là dessus). Malgré un extra point manqué par Sturgis, les Eagles reviennent donc à 13-13.

Quand Chris Culliver un receveur des Eagles le dépasser

Quand Chris Culliver voit un receveur des Eagles le dépasser

Le momentum est pour les visiteurs, et le pessimisme de rigueur chez les supporters de Washington. L’attaque retrouve quand même un peu d’allant et Dustin Hopkins ajoute trois points supplémentaires. Etant donné le score final et la comparaison avec son homologue rival, on peut dire que la performance de Hopkins a été vitale, et elle nous rappelle l’importance d’un bon kicker au sein d’une équipe NFL.

Malgré ce léger regain de forme, la dynamique est toujours du côté de la franchise de Philadelphie. Jordan Reed (5 réceptions, 37 yards), auteur par ailleurs d’un match très solide, échappe le cuir qui est recouvert par Hicks. La défense doit donc revenir sur le terrain et la secondary continue de souffrir. Bradford trouve Miles Austin qui donne l’avantage aux Eagles pour la première fois du match, 20-16.

Pour Morris, les consignes sont simples

Pour Morris, les consignes sont simples

Après cela les attaques patinent et les punts se succèdent. Jusqu’au drive final des Redskins. Avec six minutes à jouer, les locaux ne paniquent pas. Alfred Morris (17 courses, 62 yards), discret jusque là, ouvre la voie puis c’est Pierre Garçon (7 réceptions, 55 yards, 1TD) qui réussit des catchs décisifs. Les Redskins sont aux portes de la endzone, il reste une poignée de secondes à jouer. Sur une passe rapide Cousins trouve Garçon juste au niveau de la ligne d’en-but. Bien que très entourée, Garçon réussit un catch spectaculaire et offre la victoire aux Redskins. FedEx Field exulte.

On notera une nouvelle fois une belle performance de nos jeunes joueurs, tout particulièrement Jamison Crowder (7 réceptions, 65 yards) qui a réalisé une partie impressionnante.

Quand Jay Gruden a appelé Chip Kelly après le match

Quand Jay Gruden a appelé Chip Kelly après le match

Prestation bien moins glorieuse des arbitres qui ont commis bon nombre d’erreurs dans ce match très haché par les flags.

Prochain rendez-vous face aux Falcons qui ont battu tous leurs adversaires de la NFC East en ce début de saison. A nous donc de stopper cette série.

Week 3 : Redskins @ Giants

Week 3

Washington Redskins 2132 New York Giants

On a l’habitude désormais, rarement les Redskins enchaînent deux bonnes performances. Dans ce premier match de division, les Redskins se sont battus tout seul. Comme contre les Dolphins, il y a ce sentiment de frustration. Frustration car l’adversaire ne fait pas un grand match et laisse une victoire à notre portée mais les erreurs accumulées tout au long du match annihilent toute chance.

On a très vite compris que ça allait être une de ces sales soirées. Tress Way voit son punt bloqué par Jennings, la balle se sauve jusque dans la endzone pour un safety. 0-2. Puis c’est Kirk Cousins (30/49, 316 yards, 1TD, 2INTs) qui lance une interception assez horrible dans les mains de Prince Amukamara. Quelques jeux plus tard Andre Williams rentrait dans la endzone pour porter le score à 9-0. Neuf points offerts, sans que les Giants n’aient réellement à construire de drive.

Quand Cousins explique ses interceptions

Quand Cousins explique ses interceptions

Au premier drive construit, il;s ajoutent 3 nouveaux points. Le score est ainsi porté à 12-0 à la fin du premier quart-temps.  L’attaque est absente et le front-7 pas aussi dominant que contre les Rams. Les Redskins ne vont d’ailleurs réussir aucun sack lors de ce match, ce qui est une grosse contre-performance.

Quand on touche vraiment le fond

Quand on touche vraiment le fond

Ils parviennent toutefois à inscrire leurs premiers points sur un field goal de Dustin Hopkins, encore parfait sur ce match, et rare satisfaction de l’équipe. Cette fin de première mi-temps se termine sur des échanges field goal. Chaque équipe en ajoute un et à la pause les Giants mènent 15 à 6 das un match bien terne.

Ça ne repart pas mieux en seconde mi-temps puisque les Giants marquent les premiers et creusent encore un peu davantage l’écart. 18-6 suite à un nouveau coup de pied à trois points.  18-6.

Quand on explique à RGIII ce que Gruden pense de lui

Quand on explique à RGIII ce que Gruden pense de lui

L’attaque au sol des Redskins n’avancent pas et tout repose sur Cousins, qui envoie une nouvelle interception. La balle, déviée dans un premier temps, atterrit dans les mains de Unga. Huit jeux plus tard, Manning trouve Beckham Junior pour un touchdown de 30 yards. DeAngello Hall était sorti blessé plus tôt, Bashaud Breeland est battu.  A 25-6, le match semble plié.

Quand t'es un supporter de cette génération de Redskins

Quand t’es un supporter de cette génération de Redskins

Les Redskins se rebiffent un peu, mais Matt Jones relâche la balle juste avant d’entrer dans la endzone et la balle file en touchback. La dernière occasion de relancer le match est passée. Les Redskins récupèrent tout de même rapidement la balle et scorent un touchdown par Chris Thompson (2 courses pour 29 yards, 8 réceptions pour 57 yards), très utilisé à la passe. La conversion à deux points est réussie. Un infime espoir subsiste, très rapidement étouffé par ce touchdown plein de réussite de Randle sur une réception de 41 yards, où Breeland passe près de l’interception. 32-14 et trois minutes à jouer, la messe est dite. Le retour de kickoff de Rashad Ross fait plaisir, mais il ne change rien, les Redskins s’inclinent.

Résumé de la conférence d'après match des Redskins

Résumé de la conférence d’après match des Redskins

Malgré une attaque qui a davantage avancé que celle des Giants, les Redskins s’inclinent à cause des turnovers. Trois concédés et aucun provoqués. Il y a encore beaucoup de travail. Les dix jours qui arrivent avant d’affronter les Eagles tombent bien.

Pour ne pas sombrer totalement dans le pessimisme on se dira que tout n’a pas pu disparaître suite à la belle performance contre les Rams. Les jeunes ont notamment montré de belles choses. Keenan Robinson a encore été au rendez-vous, Jordan Reed aussi. Jamison Crowder, Ryan Grant et Rashad Ross ont quant à eux montré que Andre Roberts n’avait plus grand chose à faire chez nous. Ils représentent l’avenir et l’espoir, mais pour ce qui est du présent il ne faut pas attendre des merveilles de cette saison a priori, même si il n’est pas encore question de s’alarmer après trois matchs.

Week 2 : Rams @ Redskins

Week 2

Saint Louis Rams 1024 Washington Redskins

Deuxième match, deuxième à domicile, un nouvel échec aurait été embarrassant, heureusement notre équipe a livré une grosse prestation collective. Tous les secteurs du jeu ont été performants, en tout cas pendant trois quart temps sur quatre. En effet il y a eu un inquiétant passage à vide dans le troisième quart temps, mais l’équipe s’est ensuite repris pour terminer le travail.

Gladiator-quotes-2

Les Rams découvrent FedEx Field

Le match a commencé avec un échange de punts, puis sur leur deuxième drive, les Redskins ont fait la différence. Grâce à un jeu au sol ultra performant bien aidé par une ligne offensive surprenante en ce début de saison, après une pré-saison très compliquée. Alfred Morris (18 courses pour 59 yards) sort d’abord une grosse course de 35 yards, puis c’est Matt Jones (19 courses pour 123 yards et 2TDs) qui conclut le travail sur une course de 39 yards jusqu’à la endzone des Rams.

Jay Gruden motive ses troupes avant le match.

Jay Gruden motive ses troupes avant le match

Les Rams ne peuvent réagir, complètement étouffés par la défense des Redskins. Le front-7 a livré une nouvelle grosse prestation mais même la secondary a répondu présent, et ce malgré les absences de Chris Culliver et Duke Ihenacho. Bashaud Breeland a fait un retour propre, et Trenton Robinson a tenu son rôle. Les Rams enchaînent les punts. Les Redskins ajoutent trois points suite à un autre drive solide. Le nouveau kicker Dustin Hopkins ne tremble pas à 46 yards. Il aura également montré sa grosse jambe sur les kickoffs, ce qui nous a bien soulagé et ce qui a coûté sa place à Kai Forbath.

Après un nouveau drive appuyé par de grosses courses, Kirk Cousins (23/27, 203 yards, 1TD) conclut avec une passe de 4 yards pour Pierre Garçon (6 réceptions, 23 yards, 1TD) dans la endzone. Les Redskins rentrent au vestiaire avec un avantage de 17 à 0.

Matt Jones fait le show

Matt Jones fait le show

Au retour des vestiaires, on craint la nouvelle déconvenue. L’attaque n’avance plus, ou quand elle le fait Matt Jones relâche la balle. Les Rams n’en demandaient pas tant. Après avoir déjà inscrit un field goal, Foles trouve Britt sur une play action. 17-10, on tremble.

Mais la défense va rapidement reprendre le dessus sur l’attaque adverse, ne laissant plus rien passer. L’attaque retrouve un peu d’allant dans les dernières minutes. Cousins trouve Chris Thomspon puis Jordan Reed (6 éceptions, 82 yards) pour des third down décisifs. Jones ponctue sa grosse soirée par un nouveau touchdown, derrière un Shawn Lauvao métamorphosé qui lui ouvre l’ultime brèche.

Le public apprécie le spectacle

Le public apprécie le spectacle

Une belle performance collective. Kirk Cousins n’était pas loin de lancer une interception, mais il a autrement été très propre. Les coureurs ont été au rendez-vous, avec un Jones en feu. La ligne continue de surprendre. Après avoir maîtrisé Suh, elle n’a concédé que deux sacks face aux Rams, deux sacks surtout dus à une bonne couverture des receveurs. La défense a été excellente, ne concédant un touchdown que sur l’unique grosse action des Rams, suite à un turnover de notre attaque. Joe Barry me surprend, lui qui avait la pire défense à Detroit, il a désormais la meilleure après deux semaines à Washington. Certes nous n’avons pas affronté des grosses attaques encore, mais ce sont des débuts très encourageants.

La OL maîtrise l’impressionnante DL des Rams

La OL maîtrise l’impressionnante DL des Rams

On regrettera donc simplement ce passage à vide en troisième quart-temps. Encore une fois trop de pénalités en deuxième période également.

Prochain match dès jeudi face aux Giants. Premier match de division, il va falloir une nouvelle prestation de haut niveau.