aldrick robinson

Quels receveurs dans les 53 ?

Cette pré-saison offre quelques belles batailles à certains postes. C’est le cas au poste de running back mais également au poste de receveur auquel nous allons nous intéresser ici.

Pierre Garçon et Desean Jackson sont les pièces maîtresses de cette escouade. Sauf blessure ils n’ont pas de soucis à se faire. Andre Roberts non plus, il vient de signer un beau contrat avec la franchise.

Ensuite Ryan Grant a sans doute déjà montré trop de choses pour risquer de le mettre sur la practice squad, il devrait donc faire également partie des 53 heureux élus pour entamer la saison régulière.

Aldrick Robinson

Aldrick Robinson

Derrière ce quatuor, Aldrick Robinson a aussi été très performant jusqu’ici dans cette pré-saison. Son principal soucis réside dans la signature de Desean Jackson qui présente un profil relativement similaire : une grosse menace en profondeur. Ses performances devraient quand même l’aider à assurer sa place. Deux dragsters dans l’équipe, ça peut aussi déstabiliser des défenses, d’autant que les mains de Robinson deviennent plus sûres avec le temps.

Nous arrivons donc à cinq joueurs. On peut penser qu’on va garder six joueurs à ce poste, il ne reste donc (hypothétiquement) qu’une place à attribuer.

Le vétéran Santana Moss semble alors le meilleur joueur disponible. Mais celui qui vient d’avoir 35 ans est loin d’être un choix indiscutable, malgré tout l’amour que je lui porte, et ce qu’il représente pour cette franchise. En effet il n’est plus tout jeune, sa production baisse doucement. Il n’a plus sa vitesse d’autrefois et même ses mains ne sont plus si sûres, en témoigne sa dernière saison. Pourtant il reste le receveur avec le plus de certitudes parmi ceux qui restent.

Autre chose qui pourrait freiner Moss, sa taille. En effet avec le départ de Josh Morgan le groupe de receveur est particulièrement petit, et Jay Gruden pourrait apprécier d’avoir au moins une grande cible disponible, pour les situations en redzone, notamment.

Santana Moss

Santana Moss

Vient alors Leonard Hankerson, qui caresse les 1,90 mètres. Éternel espoir, il a passé une bonne partie du printemps et de l’été à l’infirmerie, après une sérieuse blessure au genou en novembre dernier. Sans cela sa place dans l’effectif ne ferait guère de questions, mais avec cet état physique ce n’est plus la même histoire. Il pourrait également démarrer la saison sur la PUP list, même si lui se dit confiant pour être prêt dès la première journée.

Dans ce registre de gabarit imposant il reste Cody Hoffman, ce free agent rookie en provenance de BYU semble tout de même plutôt se diriger vers la practice squad, à moins qu’il ne brille lors des deux derniers matchs de pré-saison qui devraient davantage le mettre sous le feu des projecteurs.

Les deux derniers larrons sont Nick Williams et Rashad Ross. Ils offrent des solutions en kick et punt return, mais semblent tout de même un peu juste pour prétendre à une place dans les 53. Encore une fois, les deux derniers matchs de pré-saison pourraient faire évoluer la situations de ces deux jeunes joueurs.

Et vous, qu’en pensez vous ?

Redskins 38 Cowboys 31

WEEK 12

WASHINGTON REDSKINS 3831 DALLAS COWBOYS

Deuxième victoire de suite en match de division, et un infime espoir de revoir les playoffs en janvier. Après une correction en première mi-temps, les Redskins se sont fait peur, mais le principal est sauvé.

Les Redskins ont eu du mal à entrer dans le match et ce sont les Cowboys qui ont marqué en premier sur un field goal après que London Fletcher ait sauvé le touchdown (photo ci dessus). Mais dans le deuxième quart temps la machine Redskins se met un route. Une fumble recouvert, une interception et 4 touchdowns plus tard les Redskins mènent 28-3. Le premier touchdown est une bombe de Robert Griffin III (20/28, 311 yards, 4TD, 1INT) pour Aldrick Robinson. Dejon Gomes a recouvert un fumble provoqué  par Josh Wilson qui a conduit à un touchdown de Alfred Morris (24 courses, 113  yards, 1TD). Puis c’est Pierre Garçon qui a trouvé la endzone suite à une magnifique réception et une belle course après cela. DeAngelo Hall a ensuite intercepté Romo et à quelques secondes de la mi-temps, Griffin trouve Santana Moss pour un quatrième touchdown. A la mi-temps, le suspense semble déjà terminé.

Le troisième quart temps commence calmement, les Redskins limitant les Cowboys à un field goal dans un premier temps, puis Fletcher intercepte une deuxième fois Romo, mais l’attaque ne parvient pas à ajouter de points au tableau et quand les Cowboys récupèrent la balle Romo trouve Bryant pour un touchdown de 85 yards. Les Redskins repartent de l’avant et commencent le dernier quart-temps avec un touchdown de Niles Paul, laissé complètement libre par la défense texane. On pense que cette fois ci, c’est bon, mais non. Les Cowboys vont marquer un premier touchdown sur le drive suivant, puis un deuxième après une interception de Griffin. Avec la conversion à deux points, l’équipe de Dallas est revenue à 35-28. Mais finalement les Redskins font faire preuve de sans froid en avance bien et en mangeant un maximum le chrono. Au bout du drive Kai Forbath réussit un field goal de 48 yards extrêmement important qui refait le break. Les Cowboys réussiront ensuite seulement un field goal puis Hall recouvre réceptionne l’onside kick, court vers la endzone et… se laisse glisser sur la ligne des 2 yards de Washington. Peu importe, les Redskins remportent ce match qui est l’une des plus grosses rivalité de la ligue.

Un seul mot d’ordre pour dimanche : GO PACKERS. Si ils battent les Giants la division reste à portée.

Redskins 12 Steelers 27

WEEK 8

WASHINGTON REDSKINS 1227 PITTSBURGH STEELERS

Un match cauchemar pour Washington. Une défense absente, un attaque maladroite, de multiples erreurs et au final le plus mauvais match de l’équipe jusqu’ici. A oublier au plus vite !

On aurait dit que les Redskins ne sont jamais entrés dans le match. Débordé d’entrée en défense, l’équipe ne s’est jamais vraiment rétabli (les Steelers ont scoré sur la plupart de leur drive). En attaque, une seule phase a été plutôt correcte, menant au touchdown de Santana Moss. Mais les receveurs ont pendant tous les matchs multiplié les drop, à croire qu’ils avaient du savon sur les gants. En tout c’est 11 passes de Robert Griffin III (16/34, 177 yards, 1 TD) qui ont été relâchées, hallucinant.

Pas grand chose d’autre à dire sinon, les rookies RGIII et Alfred Morris (13 courses, 59 yards) sont sans doute ceux qui ont le moins à se reprocher. Le kicker Kai Forbath a rendu également une copie presque parfaite, à l’exception d’un extra point manqué.

En défense si la faiblesse de la secondary est une habitude, le pass rush lui continue de s’affaiblir, Ben Roethlisberger a eu tout le temps du monde pour ajuster ses passes. En plus de cela la défense contre la course a été anormalement fébrile.

Vous ajoutez à cela quelques bourdes comme un punt de 12 yards de Sav Rocca ou un nouveau pétage de câble de DeAngelo Hall vous mélangez bien (attention aux grumeaux) et vous obtenez le match le plus horrible de 2012 pour les Redskins.

L’absence de Pierre Garçon est plus préjudiciable que prévu car on avait sans doute surestimé des receveurs comme Leonard Hankerson ou Aldrick Robinson.

Le chantier de la reconstruction est loin d’être terminé, il ne va pas falloir manquer la prochaine draft, notamment sur le plan de la défense pour être enfin au niveau des playoffs, car il faut se faire une raison, ce n’est pas encore pour cette année…

Redskins 24 Buccaneers 22

WEEK 4

WASHINGTON REDSKINS 2422 TAMPA BAY BUCCANEERS

Ouf ! On n’est pas passé loin de la catastrophe à Tampa hier soir. Après une première mi-temps parfaitement contrôlée les Redskins se sont effondrés avant de l’emporter sur fil, il s’en est fallu de peu !

Les deux rookies offensifs ont encore étés très bons

Le match avait très bien commencé pour les Redskins. Le premier touchdown des bordeaux et or arrivait après une course de Robert Griffin III qui lâche le ballon recouvert dans la endzone par Pierre Garçon.  Décidément RGIII sait vraiment tout faire ! Il vient inscrire un deuxième touchdown à la course puis c’est Alfred Morris qui réalise une très belle course de 39 yards jusqu’à la endzone. Le rookie running back a encore sorti une prestation très solide avec 113 yards à la clé. Les Redskins ont désormais la meilleure attaque au sol de la ligue en terme de yards.

En défense, les Redskins limitaient les Buccaneers à 6 points à la pause, avec notamment un excellent Ryan Kerrigan qui s’impose comme un des patrons de la défense, et qui voit ses performances encore plus en lumière depuis la blessure de Brian Orakpo.

Mais après la pause Freeman s’est réveillé, les Redskins ont regressé et Billy Cundiff a loupé des Field Goal a priori faciles. C’est ainsi qu’à moins de deux minutes de la fin du match les Redskins se retrouvaient menés 21-22 avec un seul timeout. Les Redskins repartent de leurs 20 yards après un touchback et ces dernières années on se serait dit que c’est fini, impossible de remonter tout le terrain. Oui mais voilà, cette année un certain RGIII a rejoint les rangs de la capitale. Et le rookie a parfaitement et calmement remonté tout le terrain, tout ça avec un problème d’oreillette (il a dû appeler lui même certains jeux) jusqu’à mettre en position Billy Cundiff qui passe de justesse le Field Goal de la victoire et se rachète de ses loupés précédents.

Cundiff félicité par ses coéquipiers

RGIII a montré qu’il était impecable sous la pression. C’est une bonne chose pour la suite. La secondary, bien que moins catastrophique que lors des deux derniers matchs, a montré encore quelques difficultés. Ça pourrait être une faiblesse qui va nous ruiner quelques matchs…

Petite anecdote : Juste avant le match Brandon Merriweather et Aldrick Robinson se sont heurtés durant l’échauffement. Rien de grave a priori mais ils ont quand même loupé le match. Vraiment stupide, heureusement qu’il n’y a pas eu de grave conséquence.

Redskins 40 Saints 32

WEEK 1

 

 

 

WASHINGTON REDSKINS 4032 NEW ORLEANS SAINTS

 

Premier match de saison régulière et première sensation pour les Redskins. Une fois encore les joueurs de Washington ont remporté leur premier match, et cette fois c’était dans le Superdome des Saints, rien que ça !

La défense a su mettre la pression sur Brees

Comme je l’avais dit, le pass rush devait être efficace pour mettre la pression sur Brees et limiter l’excellente attaque des Saints. Cela a été très bien fait, le bon front-7 des Redskins étant en plus aidé par une attaque de New Orleans en petite forme, notamment la ligne offensive.  Brees a ainsi terminé avec deux interceptions. Jim Haslett, ancien coach des Saints a bien su comment freiner l’attaque de son ancienne équipe. Quelque big plays ont été concédés, ils sont surtout à mettre sur le talent de l’attaque aérienne des Saints, et la faiblesse de la secondary des Redskins.

Robert Griffin III a très bien mené son équipe

Du côté de l’attaque, Robert Griffin III a été éblouissant en première mi-temps et puis a contrôlé sans faire d’erreur en seconde. Un match presque parfait pour le quarterback rookie. Il a complété 19 passes sur 26 tentées pour 320 yards et deux touchdown. Il n’a en plus concédé aucun turnover. Pierre Garçon s’est illustré par une très belle réception conclue par une longue course et un touchdown. Malheureusement il s’est aussi blessé et n’a pas pu finir le match. Il pourrait cependant être de retour dès la semaine prochaine. Aldrick Robinson est l’autre receveur qui s’est illustré, avec 4 réceptions et un touchdown.

La ligne offensive s’est mieux comportée que prévu, même si cela n’est toujours pas le point fort de l’équipe, elle a montré qu’elle pouvait tout de même avoir un niveau correct. Côté course, c’est Alfred Morris qui a été le running back le plus utilisé. Avec 96 yards et deux touchdown, lui aussi a réussi ses débuts en NFL.

On ne va pas s’enflammer, ce n’était qu’un premier match mais c’est réellement encourageant.