destin bourgogne et or

Destin Bourgogne et Or (4) – Santana Moss

Destin Bourgogne et Or

4 : Santana Moss, Cowboy Killer

 

Quatrième épisode de « Destin Bourgogne et Or », l’occasion de revenir sur la carrière d’un joueur qui a marqué la franchise ces dernières années et qui vient de lui dire adieu. J’ai nommé Santana Moss. malgré ses presque 36 ans il a assuré pouvoir encore jouer une saison, il n’est donc pas encore officiellement retraité mais selon toute vraisemblance les Redskins ne feront pas appel à lui (à moins peut être de blessures en cours de saison). Dans tous les cas Moss est un joueur marquant de la franchise, et en pas moins de 10 saisons à Washington DC, ce joueur passionné aura pu laisser son empreinte dans la capitale.

Né en Floride, à Miami, c’est tout naturellement dans l’université de la ville qu’il fait ses armes, ouvrant la voie à un certain Sean Taylor. Il est un de ces exemples qui confirment que la Floride est la plus grosse terre de Football aux USA et une grosse ressource en talents. Excellent receveur, Moss est également un bon athlète universitaire, performant sur le saut en longueur.

Si il n’avait plus cette image à la fin de sa carrière, c’est comme un joueur avant tout capable de big plays grâce à sa vitesse (4’31 » au 40yds du combine) qu’il débarque dans la ligue en 2001 après avoir été sélectionné par les Jets en 16ème position.

Santana Moss

Santana Moss

Difficile de se faire un prénom en NFL quand on est receveur et qu’on s’appelle Moss au début des des années 2000. Randy Moss surclasse la ligue, mais Santana, si il n’est pas au niveau du précédant cité, reste un receveur très productif. Et après quatre saisons à New York, les Redskins vont le chercher en procédant à un échange. Il arrive dons à Washington pour la saison 2005 et va enchaîner 6 saisons pleines où il s’impose comme un leader de l’équipe.

Sa première saison dans la capitale est la meilleure, il réceptionne pour 1483 yards et 9 touchdowns. C’est tout simplement le plus gros total de yards jamais enregistré par un receveur de la franchise en saison régulière. Malheureusement, les résultats collectifs ne suivent pas forcément durant son séjour chez nous.

Son moment de grâce arrive le 2 décembre 2005 face aux Cowboys lors du Monday Night Miracle. Les Redskins, en grosse difficulté dans la rencontre sont menés 13-0 par Dallas jusque dans les dernières minutes où le quarterback Mark Brunell trouve par deux fois son receveur pour offrir la victoire à son équipe 14-13 dans ce match de rivalité. Tel un Desean Jackson, il prend par deux fois la défense de vitesse et assomme les texans.

A partir de 2011 son rôle est de moins en moins important, il est relégué dans le slot puis encore plus loin dans la hiérarchie.

En plus de sont talent de joueur, Moss est aussi un joueur ultra-passionné, le genre de joueur adulé par les fans, et il l’a prouvé à plusieurs reprises. Ainsi même si son rôle purement sportif n’est plus aussi important il reste un leader essentiel du vestiaire. On se souvient notamment la saison dernière quand il se met complètement hors de lui après qu’un touchdown litigieux soit refusé à RGIII.

Finalement Moss n’aura jamais connu la consécration collective avec les Redskins mais c’est une vraie page qui se tourne, il faisait partie du paysage. Il se retire en étant assurément dans le top 10 historique des receveurs de la franchise.

Publicités

DESTIN BOURGOGNE ET OR (3) – Eddie LeBaron

Destin Bourgogne et Or

3 : Eddie LeBaron, le plus petit Général

Le 1er avril dernier, Eddie LeBaron nous quittait à l’âge de 85 ans. Si il n’est pas le plus célèbre des quarterbacks passés par la franchise, il est par contre un joueur atypique et malgré tout un titulaire solide pendant plusieurs saisons. Difficile de se faire un nom quand on succède au légendaire Sammy Baugh et quand on précède l’excellent Sonny Jurgensen. Pour ce troisième volet de la saga, nous allons donc revenir sur sa carrière.

Edward Wayne LeBaron, deuxième du nom, naît le 7 janvier 1930 à San Rafael, en Californie. A l’échelon universitaire il joue pour le College of the Pacific à Stockton* où il entre en tant que freshman dès 16 ans. Il joue chaque snap. Quarterback en attaque, safety en défense et punter en équipe spéciale. Tiens, ça ne vous rappelle pas un certain Sammy Baugh ? En 1949, lors de la dernière de ses quatre années à la fac, il fait partie de la sélection All American.

Les Redskins le sélectionnent avec le 123ème choix de la draft 1950, mais il part aussitôt accomplir son service militaire dans la guerre de Corée, d’où il revient décoré de la médaille de bronze pour ses actions héroïques. Ce côté courageux se retrouvera dans son jeu, en effet il n’a jamais peur du contact avec les poids lourds de la ligue.

Eddie LeBaron (#14) attend son tour dans la boue

Eddie LeBaron (#14, à gauche) attend son tour dans la boue

Il revient à Washington et réalise sa première saison en 1952, en tant que quarterback et punter. Il a la lourde tâche de remplacer Sammy Baugh, titulaire indiscutable depuis la fin des années 1930 et véritable star de la ligue. Pour porter cette responsabilité, un petit bonhomme d’un mètre soixante dix (5’7″) pour un poids qui tournait autour de 75 kgs. Un véritable poids plume, quand on sait qu’aujourd’hui Russell Wilson, avec dix centimètres de plus, est considéré comme un petit quarterback. LeBaron a d’ailleurs parfois dû mentir sur sa taille, et certains avaient bien du mal à le croire quand il affirmait être quarterback en NFL. Pourtant, LeBaron est loin d’être ridicule, très mobile, il sait éviter les monstres de muscles qui se ruent sur lui, et ses passes sont souvent précises. Assez en tout cas pour garder sa place de titulaire l’année suivante.

En 1954 il décide de suivre son coach universitaire en CFL, accompagné également par Gene Brito. Deux grosses pertes pour les Redskins, mais après une saison avec les Stampeders de Calgary, ils reviennent au bercail en 1955.

LeBaron cesse d’être punter en 1956, mais reste titulaire au poste de quarterback jusqu’en 1959. En tout il aura lancé pour plus de 8000 yards et 59 touchdowns sous l’uniforme bourgogne et or. Il est notamment réputé pour maîtriser à merveille l’arme de la play-action (feinte de course, puis passe). Malheureusement pour lui il s’agit d’une très mauvaise période sportive pour les Redskins qui jamais n’obtiendront de fiche positive avec lui.

Eddie LeBaron

Eddie LeBaron

En 1960 il rejoint les Cowboys avec qui il termine sa carrière en 1963, après quatre nouvelles saisons en tant que titulaire.

Si son jeu comportait beaucoup de déchets (88 interceptions avec les Redskins, dans une période où tout de même les ratios TD/INTs étaient bien moins avantageux que pour les QBs d’aujourd’hui) il a tout de même montré qu’on pouvait s’imposer en NFL en dehors des standards. Il parait cependant difficile d’imaginer tel miracle se reproduire dans la ligue moderne, tant la dimension physique a pris de l’ampleur en quelques décennies.

Toujours est il que celui qu’on a surnommé « le plus petit Général », autant pour sa taille que pour son passé de militaire, reste un joueur important de la franchise, en témoignent ses quatre sélections au pro Bowl (dont trois avec les Redskins : 1955, 57 et 58) et sa sélection parmi les 80 greatest Redskins.

*
tumblr_n65gsi7rNs1rrg2eao5_250