draft

Draft. Retour sur les 2 et 3e jours

Après Josh Doctson au premier tour, les Redskins ont continué leur marcher lors de la draft qui s’est tenue le week end dernier. Scot McCloughan a fait parler son expertise. On notera que notre General manager semble beaucoup apprécier la prochaine classe de 2017 puisqu’il a récupéré deux picks pour l’année prochaine suite à des trades. Coup d’oeil sur les 6 joueurs draftés vendredi et samedi soir.

2e tour – 53e choix : Su’a Cravens (S/LB – USC).

La Californien Su’a Cravens est un joueur hybride très intéressant. Gros travailleur, il possède un profil de défenseur ultra-complet et très polyvalent, pouvait occuper un poste linebacker (ILB dans notre système) ou de safety, poste vers lequel il semble se diriger chez nous puisqu’il a acquis le numéro 36 qui n’est pas prévu pour les linebackers. Ce numéro est également le numéro rookie de Sean Taylor dont Cravens est un grand fan, et il lui a été suggéré par les fans de porter celui-ci (le numéro 21 est évidemment retiré aujourd’hui). Ces dernières années la défense a énormément souffert dans la couverture des tight end, c’est un domaine dans lequel Cravens pourrait beaucoup aider. Un fou de la salle de gym, alors si son modèle est Sean Taylor, attention à ne pas devenir Laron Landry.

3e tour – 84e choix : Kendall Fuller (CB – VTech). 

Kendall Fuller a été longtemps considéré parmi les meilleurs cornerbacks du pays. Mais sa valeur a baissé quelque peu en avançant vers la fin de sa carrière, il faut dire que le jeune joueur de Virginia Tech a été blessé. C’est une des raisons pour lesquelles il n’a été choisi qu’au 3e tour. Mais ce n’est pas tout il a aussi quelques points techniques à corriger pour s’imposer au plus haut niveau.  C’était un choix inattendu après la signature de Josh Norman peu avant la draft. Fuller devient favori pour le poste de nickel cornerback. Chris Culliver en a fait les frais puisqu’il vient d’être coupé par la franchise. Sur les extérieurs, Norman et Breeland semblent compliqués à déloger. Ce pick est un pari, on saura dans quelques années si il a été payant.

5e tour – 152e choix : Matt Ioannidis (DL – Temple).

Encore un joueur polyvalent et complet drafté par McCloughan. Le défenseur de Temple est avant-tout un bon joueur contre la course, ce qui nous a fait défaut l’an passé. Il n’est pas non inutile quand il s’agit de pass rush et peut apporter un peu de pression sur le QB adverse même si il a encore évidemment des progrès à faire et de la puissance à gagner.

6e tour – 187e choix : Nate Sudfeld (QB – Indiana).

Scot nous avait dit qu’il était envisageable de drafter un quarterback, il l’a fait ! Je pense qu’on a tous hâte de le voir à l’oeuvre en pré-saison, drafter un joueur à ce poste reste toujorus particulier. De ce que j’ai vu il a une bonne gestion de poche et une bonne mobilité malgré son gabarit imposant, mais il doit encore beaucoup progresser sur sa mécanique de lancer. Wait and see !

7e tour – 232e choix : Steven Daniels (ILB – Boston College).

Comme Matt Ioannidis, Steven Danlies devrait améliorer la défense contre la course des Redskins, un cran derrière. Ou en tout cas si il joue. Dans un premier temps il pourrait essentiellement être utilisé en équipes spéciales, si il fait sa place dans les 53. Membre important de la meilleure défense universitaire de 2015, cela plaide pour lui, à lui de montrer qu’il a ce qu’il faut pour produire à un même niveau à l’échelon supérieur. Il n’est pas très grand, mais London Fletcher ne l’était pas non plus.

 

7e tour – 242e choix : Keith Marshall (RB – Georgia).

Les Redskins ont attendu le dernier tour pour sélectionner un coureur. On peut donc penser que Matt Jones a toute la confiance du coaching staff. Attention tout de même à Keith Marshall, running back ultra rapide, dont la carrière n’a été ralenti que par les blessure. Si il parvient à rester en bonne santé il pourrait bousculer la hiérarchie. Mais c’est une condition importante qui explique le fait fait qu’il ai glissé jusqu’à ce septième tour.

Publicités

Draft. Le receveur Josh Doctson au 1er tour

La nuit dernière a eu lieu le premier tour de la draft NFL 2016. Les Redskins avaient le 21e choix de la draft. Après la grosse signature de Josh Norman, les pronostics donnaient un DT ou S chez les Redskins. Mais Scot a joué une autre carte et c’est un receveur qui a été sélectionné, en la personne de Josh Doctson. Un choix qui a finalement beaucoup de sens quand on y regarde de plus près. En effet Pierre Garçon et Desean Jackson sont dans leur dernière année de contrat. Avec le salaire de Norman, plus des gros contrats à offrir à Jordan Reed et Kirk Cousins, il ne reste plus beaucoup de marge de manoeuvre pour les deux receveurs vétérans qui ont peu de chances de rester dans la capitale. Doctson pourrait donc se retrouver receveur numéro un dès la saison prochaine.

Josh Doctson portera l'uniforme Bourgogne et Or en 2016

Josh Doctson portera l’uniforme Bourgogne et Or en 2016

La fiche de Josh Doctson

Naissance : 3/12/1992 à Mansfield (Texas).

Taille : 1, 88m (6’2″).

Poids : 92 kgs (202lbs)

Université : Texas Christian University. 


Pourquoi Josh Doctson est un choix vraiment trop cool

  • Le receveur de TCU offre une cible de grande taille. Un profil que les Redskins n’avaient pas dans leur escouade (Desean Jackson, Pierre Garçon, Jamison Crowder et Ryan Grant font tous moins d’1,84 m). Il sera très important en redzone et devrait aider Cousins à convertir davantage d’offensives dans le camp adverse en touchdowns.
  • Il est capable d’aller chercher la balle très haut grâce à un excellent jump ce qui le rend très dangereux en un contre un, même quand il ne parvient pas à créer de différence avec son cornerback.
  • Sa mentalité semble faire l’unanimité, pas étonnant quand on sait que Scot McCloughan attache beaucoup d’importance à cela.
  • Si il n’est pas à l’abri de quelques drops, il réussit surtout des catchs très impressionnants en situation compliquée.
  • Il devrait s’adapter assez rapidement à la west coast offense de Jay Gruden et la rendre encore plus agressive.

 

Pourquoi Josh Doctson n’est pas un choix si cool

  • Si il est grand, il est plutôt frêle et pourrait le payer avec la dimension physique de la NFL. Il n’a pour l’instant pas la puissance pour créer quelque chose après le premier contact.
  • Si il n’est pas lent, il ne fait pas partie des receveurs les plus rapides de cette promotion. Heureusement, nous avons d’autres joueurs dans ce registre.
  • A 23 ans, Doctson est un « vieux » de la draft. Né en 1992, il a 3 ans de plus que Treadwell et 2 ans de plus que Coleman, les autres top receveurs de la classe.
  • Le receveur a manqué la fin de la saison de TCU, blessé au bras.
  • Josh Doctson jouait dans une spread offense qui favorise le un contre un et donne beaucoup d’espace. Il n’a pas eu à travailler des routes très variées. Sa productivité pourrait en prendre un coup dans la transition vers la NFL.

En conclusion un choix sûr qui semble avoir les outils pour réussir rapidement à l’échelon supérieur, à condition de gagner en masse musculaire. Il dégage en tout cas une vraie facilité et apporte de la complémentarité dans cette escouade de receveurs. Un choix qui me convient plutôt. Rendez-vous ce vendredi soir pour deux tours qui risquent d’être axés sur la défense (mais tout peut arriver).

Retour sur la Draft

Le week end dernier, la draft 2015 a eu lieu, et les Redskins ont pu sélectionner les nouveaux jeunes joueurs qui vont intégrer leur effectif. Comme il le voulait, Scot McCloughan a réussi à obtenir 10 picks grâce à des trades, les voici.

Round 1, Pick 5 – Brandon Scherff (OL, Iowa)

Scott McCloughan a avoué qu’il aurait préféré descendre dans ce premier tour, mais les seules offres de trade étaient pour acquérir Dante Fowler et il est finalement parti dès le troisième choix. Les Redskins ont donc pris le meilleur joueur disponible à leur goût, et il s’agissait de Brandon Scherff, le lineman d’Iowa. 1,96m pour environ 145 kgs, voici un joueur qui correspond aux promesses de McCloughan de bâtir avec Bill Callahan une ligne offensive impressionnante et puissante, en s’éloignant doucement du système de zone-blocking scheme qui privilégiait des linemen plus mobiles. Cet ancien QB lycéen reste tout même plutôt explosif pour son gabarit. Il devrait logiquement prendre la place de RT, au moins dans un premier temps. Il peut aussi assurer une position de guard. Très complet, il saura défendre notre quarterback et ouvrir des brèches pour Alfred Morris.

Round 2, Pick 38 – Preston Smith (EDGE, Mississippi State)

On s’attendait presque automatiquement à un pass rusher dans les deux premiers tours, il est arrivé au second, en la personne de Preston Smith. Joueur très polyvalent, il devrait essentiellement être utilisé en tant que outside linebacker dans notre système défensif, mais en formation nickel il sera pour revenir au poste de DE. Lui et Trent Murphy seront en concurrence pour un rôle de titulaire.

Round 3, Pick 95 – Matt Jones (RB, Florida)

Choix un peu surprenant pour pas mal de monde, tant on ne s’attendait pas trop à voir ce running back partir dès le deuxième jour. Ceci dit, avec du recul, ce pick ne parait pas si horrible. Matt Jones n’est pas le plus rapide ou le plus félin, mais à l’instar d’Alfred Morris c’est une machine sur laquelle on peut toujours compter pour aller chercher les quelques yards nécessaires. Un gros gabarit pour le poste qui semble aussi avoir de meilleures mains que Morris et qui bloque très bien. Il serait donc utile en de multiples occasions, que ce soit pour faire souffler Morris ou sur les situations de third down.

Round 4, Pick 105 – Jamison Crowder (WR, Duke)

Pour ce début de quatrième tour, le staff a opté pour un receveur, mais pas que ! En effet, Jamison Crowder semble être un très bon spécialiste de retour de punt, ce qui pourrait faire beaucoup de bien à l’équipe et lui permettre de s’assurer une place dans les 53. Il a l’air de quelqu’un de très sérieux, avec un bon tempérament. Il pourrait aussi concurrencer Andre Roberts dans le slot. Je suis tout de même surpris que McCloughan n’ai pas privilégié un receveur de plus grande taille.

Round 4, Pick 112 – Arie Kouandjio (OG, Alabama)

Quelques choix plus tard, c’est le guard Arie Kouandjio qui a été appelé. Ce Camerounais, le frère de Cyrus, sélectionné l’an passé par les Bills, présente quelques inquiétudes physiques, notamment au niveau de ses genoux qui sont fragiles. Il est cependant un très bon joueur quand il s’agit d’ouvrir des brèches pour la course. Si il fait des progrès en protection de passe il pourrait pourquoi pas bousculer la hiérarchie.

Round 5, Pick 141 – Martrell Spaight (LB, Arkansas)

Outside linebacker à Arkansas, Spaight sera replacé ILB dans notre système. Il parait difficile de l’imaginer déloger Riley ou Robinson, il devrait donc jouer sa place de backup en concurrence avec Compton et Hayward. Il menait la SEC en placage la saison dernière, c’est un excellent joueur contre la course, entre les tackles. Il est plus limité quand il faut remplir des tâches plus larges mais présente une vraie passion et un leadership naturel. C’est aussi un fou de la salle de musculation, espérons qu’il ne finisse pas comme Laron Landry.

Round 6, Pick 181 – Kyshoen Jarrett (S, Virginia Tech)

C’est le prospect qui aura le moins de chemin à faire. Il devrait lutter pour un poste de backup strong safety et ses qualités en équipe spéciale pourraient lui permettre de faire partie des 53.

Round 6, Pick 182 – Tevin Mitchel (CB, Arkansas)

C’est le deuxième joueur en provenance de cette université. Un bon gabarit qui peut gêner pas mal de receveurs. Mais il n’a pas été un titulaire régulier, gêné notamment par des blessures qui l’ont aussi fait chuter dans cette draft. C’est un pari sur un potentiel. Typiquement le genre de joueur qu’on peut s’attendre à voir passer la première année en practice squad. Si il veut une chance d’être dans les 53, il lui faudra être excellent en équipe spéciale.

Round 6, Pick 187 – Evan Spencer (WR, Ohio State)

Tout juste titré avec Les Buckeyes, on espère qu’il amènera ce côté gagneur à l’équipe. Pas le receveur le plus ciblé dans son équipe mais sans doute le meilleur bloqueur à son poste dans toute cette classe. C’était un capitaine de l’équipe et le MVP selon Urban Meyer, excusez du peu. Un vrai leader et un comportement comme on attend dans un vestiaire. Comme Mitchel, si il veut avoir une chance d’être dans les 53 il devra prouver ses capacités en équipe spéciale. Autrement il fera un joueur de choix pou la practice squad. A noter que son frère fait partie de l’équipe des scouts de la franchise, mais McCloughan l’a promis, cela n’a influencé en rien le choix.

Round 7, Pick 222 – Austin Reiter (C, South Florida)

Comme le premier choix, le dernier concerne la ligne offensive. Il s’agit du center Austin Reiter. Grand inconnu de mon côté et je crois que peu de gens imaginaient le voir drafter. Toujours est il qu’il est là, à lui maintenant de prouver qu’il mérite sa place, c’est loin d’être un poste fort de l’équipe.

D’autres joueurs non draftés ont signé ou vont signé avec les Redskins, mais je ferais un récapitulatif complet quand tout sera officiel.

TOP 5 : Les first round picks

La draft arrive, et nous allons avoir un choix de premier tour, ça faisait longtemps ! L’occasion de partager mon deuxième TOP 5. Voici cette fois les cinq meilleurs choix du premier tour des Redskins, depuis la création de la draft, en 1936. On espère que celui qui va être sélectionné cette semaine sera du calibre des cinq ci dessous.

#5

Sean Taylor, le Regretté

Sean Taylor

Sean Taylor

Draft 2004 – Pick 5 (de Miami).

Après une carrière universitaire à Miami remarquée et remarquable, Sean Taylor est sélectionné au premier tour de la draft 2004 par un certain Joe Gibbs. A une position où le talent est rare ces temps-ci, et où il est difficile de trouver des joueurs complets, Sean Taylor surnageait. En plus d’être un athlète rapide, grand et costaud, il avait une excellente lecture et compréhension du jeu. Que ce soit contre la course ou la passe, il excellait. Gibbs a même dit de lui qu’il était le joueur le plus talentueux qu’il ai eu à entraîner, alors que Gibbs à été à la tête de 3 équipes victorieuses du superbowl. Malheureusement, Taylor n’a pas pu exprimer son talent assez longtemps, en novembre 2007 il reçoit une balle dans la jambe suite à un cambriolage, et décède peu après. Mais sa trace est indélébile, non seulement au sein de la franchise, mais également dans toute la ligue. Demandez à n’importe quel safety aujourd’hui qui est son idole, ou modèle de jeu, il y a fort à parier qu’il répondra Sean Taylor.

#4

Charley Taylor, le Converti

91UJV104XML._SL1500_

Charley Taylor

Draft 1964 – Pick 3 (de Arizona State).

Running back star dans sa fac d’Arizona State, il est sélectionné avec le troisième choix de la draft 1964 par les Redskins. Mais à Washington, il va rapidement effectuer la transition vers le poste de receveur avec une réussite exceptionnelle. Il vole progressivement la vedette au receveur Bobby Mitchell. Le plus souvent associé au génial quarterback Sonny Jurgensen, les deux font partie d’un attaque aérienne qui donne bien du mal à toutes les défenses de la ligue. De plus, sa longévité lui permet de battre tous les records et quand il prend finalement sa retraite à l’issu de la saison 1977, il est statistiquement le meilleur receveur de l’Histoire, avec 9110 yards en 649 réceptions, ainsi que 79 touchdowns. Il a aussi été sélectionné pas moins de huit fois au Pro-Bowl et il est évidemment inclus au Hall of Fame de la NFL.

 

#3

Art Monk, le Sacré

Art Monk

Art Monk

Draft 1980 – Pick 18 (de Syracuse).

A Washington, on ne pensait pas revoir un receveur de la trempe de Taylor avant un long moment. Pourtant, seulement trois ans après la retraite de Taylor, les Redskins draftent Art Monk. Le moine succède au converti. Comme son aîné, sa carrière est marquée par une incroyable longévité qui lui permet de briser de nombreux records. Il devient notamment le premier joueur à réceptionner au moins un touchdown pendant 15 saisons consécutives ! Un des meilleurs receveurs de l’Histoire de la NFL, qui constituait avec Gary Clark et Ricky Sanders une triplette de receveurs redoutable du milieu des années 1980 jusqu’au début des années 1990. Monk a fait son entrée au Hall of Fame en 2008, après une carrière qui lui aura permis d’être sacré trois fois champion NFL.

#2

Darrell Green, l’Infatigable

Darrell Green

Darrell Green

Draft 1983 – Pick 28 (Texas A&M–Kingsville)

A la suite de leur titre, les Redskins se retrouvent donc avec le dernier choix du premier tour de la draft 1983, mais ils savent en faire bon usage ! En effet, juste après que les Dolphins ont choisi un certain Dan Marino, Joe Gibbs fait le choix de Darrell Green. Et clairement, le staff avait flairé là un bon coup. Ce cornerback n’avait pas le physique du standard d’aujourd’hui avec les Sherman et compagnie, mais c’était un excellent joueur de football avec notamment une pointe de vitesse légendaire. Si Monk a réussi 15 saisons consécutives avec au moins un touchdown, lui a réussi pas moins de 19 saisons consécutives avec au moins une interception. Record jamais égalé et qui est probablement bien installé. A presque 42 ans, en 2001, il réussit sa dernière interception pour les Redskins, seule franchise pour la quelle il a joué, pendant 20 saisons. C’est également, avec 295 matchs, le joueur défensif qui a joué le plus grand nombre de matchs dans sa carrière. Il est sélectionné pas moins de sept fois au Pro-Bowl, remporte deux Superbowls et entre au Hall of Fame dès 2008.

#1

Sammy Baugh, la Star

Sammy Baugh

Sammy Baugh

Draft 1937 – Pick 6 (de Texas Christian).

Le plus grand joueur des Redskins est né au Texas, c’est un comble. Mais ce natif du de l’Etat à l’étoile unique est rapidement devenu la première et unique star de la ligue. A une époque où le sportif n’était pas encore tant starifié, il fut l’un des pionniers, profitant de la politique de George Preston Marshall et des premières retransmissions télévisées. Mais c’est avant tout grâce à son immense talent qu’il est arrivé à ce statut. Ce quarterback, enfin quand il n’était pas defensive back ou punter, a révolutionné le jeu de passe, grâce également au génie du coach Ray Flaherty. Jusqu’alors une arme désespérée, la passe était eux une véritable arme. Il a remporté deux titres avec la franchise, le premier dès son année rookie, le second en 1942. Il fait partie des premiers joueurs à entrer au Hall of Fame, à la création de celui ci en 1963. Son numéro 33 a été retiré. Énumérer ses records prendrait une éternité, mais il faut savoir qu’il en a établi aux trois positions auxquelles il a joué, ce qui en fait indéniablement un des meilleurs joueurs de tous les temps.

Mentions honorables : Andy Farkas, Dan Bosseler, Mark May. Et pourquoi pas dans quelques années Trent Williams et Ryan Kerrigan.

Draft, la suite

Plus que quelques jours avant le début de la draft (1er tour dans la nuit de jeudi à vendredi, puis vendredi et samedi). Je vous ai déjà présenté quelques choix possibles au premier tour, je vais maintenant m’attarder sur les tours suivants. Encore une fois je ne prétends pas pouvoir vous apporter des analyses précises sur les joueurs, mais simplement mon modeste point de vue et les éventualités de ce qui pourrait se passer. La liste de ces joueurs est bien évidemment non exhaustive.


Pour rappel, puisque je vais souvent y faire allusion dans l’article :

1er jour de draft = 1er tour

2ème jour de draft = 2e et 3e tour

3ème jour de draft = 4e au 7e tour.


Edges Rushers

Il s’agit d’un des plus gros besoins des Redskins, et même si il est probable que la franchise en sélectionne un dès le premier tour, ce n’est pas encore une certitude. Si jamais McCloughan choisit d’attendre le deuxième tour Pour choisir un joueur à ce poste, plusieurs solutions sont possibles. Eli Harold* (Virginia) est ma préférée. Il est peut être un peu léger, raison pour laquelle il est possible de le voir encore disponible au second tour, mais il devrait pouvoir bien s’intégrer dans un schéma de défense 3-4. Très bon poursuiteur, rapide pour son poste, il devra juste gagner en puissance mais pourrait apporter au minimum de la concurrence à Trent Murphy. Owamagbe Odighizuwa (UCLA) est une autre solution à ce moment là. Il apporte un profil plus costaud que Eli Harold. Il est cependant moins bon techniquement en terme de pass rush.

Darielle Hunter (LSU) est un autre joueur attendu pourquoi pas au second tour, mais il me semble plus limité, et notre choix étant tôt dans le tour, cela me parait bien trop haut pour lui. Pourquoi pas plus tard dans la draft. A partir du 3ème tour, Trey Flowers (Arkansas) et Hau’oli Kikaha (Washington) sont des autres individualités, mais à partir de là il est évident que ce ne sont pas des joueurs qui risquent de prendre la place de titulaire, en tout cas pas dès l’entame de la prmeière saison.

Pour ce qui est du troisième jour , il y a un joueur qui m’intéresse, il s’agit du compère de Harold, j’ai nommé Max Valles (Virginia). C’est un athlète impressionnant avec un potentiel dont on ne connait pas la limite mais il lui faut encore beaucoup de travail pour devenir un vrai joueur de football professionnel. Un joueur à développer, au mieux contributeur en équipe spéciale dans sa première sa saison et pass rusher sur certaines situations, ou plus vraisemblablement un joueur à faire évoluer en practice squad.  De division inférieure on peut aussi noter le nom Davis Tull (Chattanooga). Il n’a pas eu de grosses oppositions mais ça peut être un bon pari le troisième jour.

Il y a un joueur que certains annoncent dès le deuxième jour mais qui ne m’inspire pas du tout confiance, c’est Nate Ochard (Utah). Il me parait avoir bien trop de lacunes physiques pour prétendre à un pick si haut. Mais si jamais les Redskins le sélectionnent, j’espère qu’il saura me faire mentir. Pour le troisième jour de draft j’ai également regardé Cedric Reed (Texas) et Markus Golden (Missouri) dont je ne suis pas fan.

Inside Linebackers

A priori, pas de de nouveau titulaire à installer à ce poste cette année. Keenan Robinson et Perry Riley sont bien installés et Will Compton n’est pas loin derrière. Mais Riley n’est pas non plus indéboulonnable, et il pourrait y avoir des opportunités à aller chercher pour amener de la concurrence.

Le linebacker avec la plus grosse cote de popularité est pour l’instant Eric Kendricks (UCLA). Son frère Mychal joue déjà pour les Eagles. Mais ce n’est pas mon préféré, de mon côté je suis plutôt fan de Benardick McKinney (Mississippi State). Grand, puissant et avec de bons instincts, il est excellent contre le run, et également capable de mettre la pression sur le quarterback. La couverture n’est pas son point fort, mais il reste aussi correct dans ce domaine. Un véritable leader de défense qui « pue » le football. Il y a également un joueur qui pourrait vous rappeler un certain London Fletcher. Il s’agit de Denzel Perryman (Miami), linebacker également qualifié de undersized. Il pourrait être intéressant de voir jusqu’à où il descend, mais c’est un choix envisageable en milieu de draft.

En milieu draft pourrait également être disponible mon deuxième chouchou qui est Jordan Hicks (Texas). Là encore un joueur avec de très bons instincts, qui « sent » le jeu. J’ai un peu plus de mal à trouver des qualités à Stephone Anthony (Clemson) par exemple, que je trouve un peu surcoté. Sinon, Paul Dawson (TCU) est un joueur qui pourrait être sélectionné en deuxième journée alors que Taiwan Jones (MSU) devrait plutôt entendre son nom le dernier jour. Ce sont deux joueurs plutôt sobres mais à qui il semble tout de même manquer quelque chose.

Secondary

J’avoue avoir beaucoup moins étudié les prospects à ces postes (c’est également moins facile compte tenu de leur position sur le terrain), j’ai particulièrement laissé les cornerbacks de côté car on semble déjà bien armés de ce côté. Côté safety, Landon Collins* (Alabama), qui exprimé son envie de jouer pour les Redskins, semble se détacher et a de bonnes chances d’être le premier appelé à ce poste. Mais il n’y aucune chance qu’on le prenne avec le cinquième choix et il n’est pas dit qu’il soit encore disponible au second tour, c’est même improbable. Damarious Randall (Arizona State) devrait également partir assez tôt, lui serait davantage un free safety. Petit gabarit, il compense par ses lectures et sa vitesse qui lui permettent de couvrir beaucoup de terrain. Dans ce rôle Derron Smith* (Fresno State) est à surveiller un peu plus tard dans la draft.

Il y a souvent des joueurs de petits programmes qui partent assez tôt à ce poste, cette année il faudra surveiller Jaquiski Tartt (Samford) qui pourrait bien être sélectionné dès le deuxième jour, même si il semble présenter quelques limites en couverture. Le deuxième jour de draft pour aussi être celui d’Ibraheim Campbell (Northwestern). Je suis beaucoup moins enthousiaste à propos de Kurtis Drummond (MSU) et Gerod Holliman (Louisville). Le premier prend des angles hasardeux contre la course et n’est pas irréprochable en couverture, le second prend beaucoup de risques ce qui lui permet de réaliser quelques interceptions mais surtout de se faire régulièrement piéger.

Offensive Line

Il s’agit là d’un autre gros besoin pour les Redskins. Si Brandon Scherff* (Iowa) semble destiné à être sélectionné dès le premier tour, beaucoup d’incertitudes pour deviner à quel moment les autres vont être appelés. On peut sans doute oublier de voir La’el Collins (LSU) et Andrus Peat (Stanford) descendre jusqu’à notre deuxième choix mais je ne serais pas contre un trade down en milieu de premier tour pour en récupérer un. TJ Clemmings (Pittsburgh), Ereck Flowers* (Miami) et Jake Fisher (Oregon) sont des joueurs qui ont devraient être appelés quelque part entre le milieu du premier et le milieu du deuxième tour. Clemmings aurait le profil pour s’imposer tout de suite en RT. DJ Humphries (Florida) devrait être disponible au second tour. Si ces quatre là étaient disponibles au moment de notre deuxième mon choix, ma préférence irait plutôt à Clemmings que je trouve plus consistant. Ereck Flowers peut être impressionnant mais il a aussi quelques problèmes de mobilité.

Tous les joueurs cités jusqu’ici seraient plutôt des OT (même si certains pourraient effectuer la transition versle poste de Guard), il y a aussi pas mal de guards qui devraient être appelés le deuxième jour. Parmi eux, Tre Jackson (FSU), AJ Cann (South Carolina), Arie Kouandjio (Alabama) et Laken Tomlinson (Duke) en font partie. Parmi ceux là je préfère Kouandjio et Jackson. Tomlinson ne me déplait pas trop non plus, je trouve par contre AJ Cann un peu en dessous. Un autre prospect est assez intriguant, il s’agit de John Miller (Louisville). Un buste imposant et un haut du corps puissant le tout reposé sur des jambes qui ne suivent pas. Si notre Oline continuait de privilégier le zone blocking je dirais qu’il impossible de le voir atterrir chez nous, mais l’arrivée de Bill Callahan pourrait bien changer les choses. A voir donc. Et pour revenir aux programmes universitaires plus modestes, attention à Ali Marpet* (Hobart), qui semble voir sa cote monter en flèche après un pro-day réussi.

Enfin pour ce qui est des centres, je ne laisserai pas passer Cameron Erving (FSU) à notre deuxième choix. Quant à Hroniss Grasu (Oregon), on peut davantage l’imaginer avec notre troisième choix. J’aime assez bien les deux et je n’en ai pas vu beaucoup d’autres.

Running backs

Derrière ces gros monsieurs, il est fort probable qu’on drafte au moins un running back. En effet, le départ de Roy Helu n’a pas été comblé en free agency. Si on attend tous que Chris Thompson se réveille et prenne cette place de third down back / pass catcher back, il est difficile de tout miser sur un joueur si souvent blessé. Silas Redd pourrait également prendre du galon mais c’est un style différent.

Quels joueurs surveiller alors dans cette classe 2015 ? Personnellement je ne suis pas fan d’user un des premiers pick sur un coureur. Todd Gurley (Georgia) et Melvin Gordon (Wisconsin) devraient être les premiers appelés et pas par nous. Ensuite un groupe assez dense se présente et est pressenti pour le deuxième jour. Parmi eux, Jay Ajayi (Boise State), Tevin Coleman (Indiana), Ameer Abdullah (Nebraska) ou encore Duke Johnson (Miami). Ma préférence va à Coleman, une fois lancé c’est une fusée, mais sa rapidité est loin d’être son seul atout. Il a une vision plutôt bonne et gagne souvent des yards après contact, ses jambes travaillent toujours. Ajayi est peut être le plus complet mais il devra davantage protéger le cuir à l’échelon supérieur, il a beaucoup trop échappé la balle. Johnson a des appuis déroutant et est très explosif, même si parfois un peu brouillon. Il pourrait aussi embêter pas mal de défenseurs. Abdullah est celui que je trouve le plus surcoté parmi ces quatre là.

Des autres running sont très proches de ce quatuor. C’est notamment le cas de David Cobb (Minnesota). Ce n’est pas le plus flashy, pas le plus rapide, mais il a de quoi peut être s’imposer chez les pros. Bon en pass protection, ses changements de direction peuvent aussi être impressionnants. A surveiller. TJ Yeldon (Alabama) a aussi des chances d’être appelé dès le deuxième jour. Si on voudrait que son gabarit lui permette de briser davantage de placages, il présente tout de même quelques bonne garanties. Mais c’est forcément plus facile quand on court derrière la ligne offensive d’Alabama. Attention donc à la déception, Trent Richardson devait être une superstar.

Dans le genre de RBs que les Redskins pourraient rechercher et qui savent attraper les ballons, David Johnson (Northern Iowa) est un bon élément. Si on peut regretter sa production limitée derrière sa ligne, il est en revanche redoutable quand il est lancé dans l’espace. Ce pourrait être une option en milieu de draft.

Enfin, si certains apprécient Jeremy Langford (MSU), je le trouve de mon côté bien loin du niveau qu’affichait son aîné, Leveon Bell. En toute fin de draft, pourquoi pas récupérer Karlos Williams (FSU), mais pas avant le septième tour. Il peut constituer un pari car il n’a eu véritablement qu’une saison titulaire à ce poste à Tallahasse après avoir joué deux ans au poste de safety. Cependant, si il est rapide et puissant, son jeu est stéréotypé et sa vision ainsi que ses changements de direction sont médiocres.

Tight Ends

Je trouve qu’on oublie souvent de dire que ce poste est un besoin pour les Redskins. En effet Jordan Reed a de gros problèmes de commotions, et cela va rarement en s’arrangeant. Derrière Niles Paul est un pur tight end receveur, et avant tout notre leader d’équipes spéciales. Quant à Logan Paulsen, si je suis fan du bonhomme, il faut avouer que ses capacités sont limitées.

Pour cette cuvée 2015, il n’y a pas star, pas de joueur du calibre de Eifert ou Kelce comme ces dernières années. Pas même un Jordan Reed. Je n’en vois aucun sélectionnable au premier tour. Deux joueurs se détachent tout de même chez les observateurs, Clive Walford (Miami) et Maxx Williams (Minnesota). De mon côté je préfère le second. Walford est peut être parfois meilleur pour obtenir de la séparation, mais Williams est capable de disputer le ballon au contact et en fait bonne usage ensuite. Je pense qu’il peut être une arme intéressante. Notre choix du deuxième tour me semble quand même encore trop haut pour eux, mais si ils descendent jusqu’au troisième alors ces deux joueurs deviennent une solution à réellement considérer.

Il y a ensuite une nuée de joueurs bien difficiles à classer, et d’ailleurs à ce poste on a souvent de grosses surprises à la draft. Mes deux préférés, qui pourraient être disponibles au quatrième tour, sont Tyler Kroft (Rutgers) et Blake Bell (Oklahoma). Bell est un prospect intéressant car il est arrivé à l’université en tant que quarterback, après deux saisons avec un roll de back up il est passé tight end. Il y a peu e matière à étudier, mais le peu à voir m’a complètement conquis. Je sens un gros potentiel chez ce joueur. Il amènerait un cible de choix en redzone et il a souvent des blocks solides. Je serais ravi de le voir appelé par les Redskins.

Le troisième jour, un garçon comme Wes Saxton (South Alabama) sera sans doute appelé. Si on va le chercher avec un de nos derniers picks je pense qu’il y a aussi quelque chose à en tirer. En ce qui concerne Nick O’Leary je suis partagé. C’est un joueur dont je suis fan, un tight end NCAA génial, avec beaucoup de coeur et de combativité. Mais ce n’est pas un athlète extraordinaire et très dominant. Il faut qu’un coach arrive à lui trouver un rôle spécifique. Pourquoi pas aussi à aller chercher en fin de draft.

Ben Koyack (Notre Dame) et Jeff Heureman (OSU) sont par contre deux joueurs dont je suis moins fan à ce poste. Si ils ont la taille, je trouve qu’ils manquent grandement d’agilité et de body control que j’aime bien voir chez un TE. MyCole Pruitt (Southern Illinois) reçoit aussi beaucoup d’amour, pas le mien. Je ne vois pas de difference maker en lui.

D’autres joueurs peuvent se faire appeler le troisième jour : Jean Siffrin* (Massachusetts), EJ Bibbs (Iowa State), Jesse James (Penn State). A l’instant T Siffrin serait mon préféré dans ce « bottom 3 », mais à ce niveau on drafte surtout au potentiel, tout dépend donc de quel potentiel McCloughan et Gruden voient en eux.

Wide Receivers

 Andre Roberts n’a pas vraiment montré qu’il était un troisième receveur indéboulonnable. Il pourrait être intéressant de voir ce qu’on peut aller pêcher dans cette draft. De la taille serait intéressante à ajouter dans notre escouade. J’ai déjà parlé de Amari Cooper* (Alabama) et Kevin White (WVU). Derrière Devante Parker (Louisville) semble avoir les faveurs, je ne suis pas autant emballé par ce joueur que je ne trouve pas assez dominant pour prétendre à être appelé dans le top 20 comme beaucoup le voient. Il a en tout cas montré qu’il pouvait produire sans Bridgewater. Même chose pour Breshad Perriman (UCF) qui a encore eu une très bonne année malgré le départ de Blake Bortles. Je préfère d’ailleurs Perriman à Parker. Je le vois davantage s’imposer face aux défenseurs de NFL.

Il y a un joueur qui fait débat, il s’agit de Dorial Green-Beckham (Oklahoma). Son talent est indéniable, il a tout, et il est même très près des deux stars receveurs de cette draft, mais il a de gros problèmes en dehors du terrain et vous n’êtes pas sûr de le vouloir dans votre vestiaire. C’est un joueur qui peut vous exploser dans les mains à tout moment. Il n’a d’ailleurs pas jouer après son transfert à Oklahoma.

En provenance de l’ouest et de la PAC-12, on peut nommer Jaelen Strong (ASU) et Nelson Agholor (USC) qui sont projetés en fin de premier tour ou début de second tour. Une possibilité donc pour notre deuxième choix. Strong sait se servir de sa grande taille pour gagner des ballons disputés, alors que Agholor est capable de se démarquer avec une certaine aisance.

Ce deuxième jour est vraiment riche en receveurs. Rashad Greene (FSU) un bon profil de receveur pour le slot au niveau supérieur. C’est une cible sûre qui relâche peu et peut faire son trou dans le trafic. Mais pas certain qu’il corresponde au profil de receveur physique que McCloughan va sans doute vouloir aller chercher. Sammie Coates (Auburn) ne présente qu’un style unidimensionnel sur la vidéo, avec uniquement de la verticalité, mais c’est le système d’Auburn et les qualités de Nick Marshall qui voulaient cela. C’est un joueur du coup assez intriguant. Il faut voir ce qu’il peut réaliser sur des tracés intermédiaires.

Un receveur venu d’une petite université m’a beaucoup impressionné, il s’agit de Tre McBride (William & Mary). Dès le troisième tour ce serait un choix cohérent. certes il jouait face à des défenses de niveau modeste, mais il dominait de la tête et des épaules. Il est vraiment complet.

Justin Hardy (ECU) et Devin Smith (OSU) sont aussi des prospects intéressants à considérer pour ce troisième tour. Devin Funchess (Michigan) pourrait quant à lui opérer la transition vers un poste de TE, à voir si on arrive à le développer à ce poste, je ne suis pas un énorme fan même si évidemment il apporterait de la taille et pourquoi pas une cible de choix dans la endzone.

Le troisième jour il restera du choix. Dezmin Lewis (Central Arkansas) est un joueur assez fan à voir jouer, mais difficile à dire si il sera aussi productif contre des défenses de haut niveau. En fond de draft, j’ai regardé 3 autres joueurs, qui ne présentent pas de grosses garanties sur le moment, mais il faut voir sur la durée. Par ordre de préférence : Darren Waller (Georgia Tech), Tony Lippett (MSU) et Stefon Diggs* (Maryland).

Quant à Philipp Dorsett (Miami) et Tyler Lockett (KSU) ils font office de mobylettes, à l’image d’un Desean Jackson. Mais je ne suis pas fan de prendre ces poids plume haut dans la draft. Et il semblerait également que McCloughan veuille des big guys dans son équipe, il l’a encore répété récemment. La seule chose qui pourrait faire atterrir l’un des deux à Washington, c’est le besoin d’un kick/punt returner. A choisir, je préfère légèrement Dorsett.


Exemple de draft qui me plairait (sans trade) :

1. Dante Fowler (OLB)

2. TJ Clemmings (OT)

3. Arie Kouandjio (OG)

4. Jordan Hicks (ILB)

5. Blake Bell (TE)

6. Dezmin Lewis (WR)

7. Karlos Williams (RB)


* Les noms accompagné d’un astérisque correspondent aux joueurs qui ont passé un entretien et/ou un workout avec la franchise.

Le Triumvirat, Acte 2.

Colt McCoy vient de signer un nouveau contrat d’un an, voilà donc la franchise avec le même trio de quarterbacks qu’en 2014. Chacun n’a qu’un an de contrat à l’heure actuelle, chacun joue donc gros, spécialement Robert Griffin III si il veut prouver qu’il peut faire carrière en NFL, c’est cette année ou jamais.

L’année dernière, entre blessures et contre-performances, les trois lanceurs se sont partagés le temps de jeu presque équitablement. Voici leurs statistiques :

Robert Griffin III : 147/214 (68.7%), 4 TDs – 6 INTs, 33 sacks. 86.9*.

Kirk Cousins : 126/204 (61.8%), 10 TDs – 9 INTs, 8 sacks, 86.4*.

Colt McCoy : 91/128 (71.1%), 4 TDs – 3 INTs, 17 sacks, 96.4*.

* = rating NFL.com 

Que ce soit au niveau de ces statistiques ou de l’impression générale laissée, aucun n’est vraiment sorti du lot, aucun n’a prouvé qu’il pouvait porter l’attaque sur une saison entière.

On peut aussi tenter de berner les officiels en alignant les 3 en même temps mais c'est plus compliqué

On peut aussi tenter de berner les officiels en alignant les 3 en même temps mais c’est plus compliqué

A mes yeux, Kirk Cousins a le plus gros potentiel, peut réussir des passes très compliquées mais il reste très irrégulier et fragile mentalement, capable de complètement craquer dans un match, comme il l’a montré à quelques reprises. En presque autant de snaps joués que RGIII il lancé 6 TDs de plus, mais également 3 INTs de plus. De plus, Kirk Cousins n’est pas encore à l’abri d’un échange.

Robert Griffin III part favori pour la place de titulaire, mais davantage grâce à ce que la franchise a sacrifié pour lui qu’à ses performances. La grande question est de savoir si il saura un jour être performant en quarterback de poche, et j’ai de plus en plus de mal à y croire. Mais il faut être réaliste également et comprendre qu’il ne sera jamais plus le RGIII rookie d’avant blessure. Il faut donc trouver le juste milieu, bon courage Jay Gruden.

Enfin Colt McCoy est, je trouve, celui qui laissait l’impression la plus rassurante la saison dernière, comme le montrent ses statistiques, propres sans être exceptionnelles. Il dégageait une certaine sérénité (au moins comparé à ses deux collègues). Il était le seul au dessus de 70% de passes complétées. Cependant on doute qu’il ai encore une grosse marge de progression et il ne laisse pas l’impression de pouvoir débloquer des situations difficiles seul. Il parait très peu probable que Gruden en fasse un titulaire alors que Griffin et Cousins ont besoin de temps de jeu pour progresser.

On en saura plus dans un an, après cette saison et ces contrats terminés. Il est certain qu’ils ne seront plus tous les trois ensembles à Washington.

Reste également l’hypothèse (un peu farfelue ?) de drafter un quarterback, mais avec cette signature de McCoy cela semble peu probable, même si tout peut arriver. Si Winston ou Mariota venaient à tomber jusqu’à notre pick, qui sait ?

Mais pour bien évaluer ces quarterbacks, il faudrait aussi renforcer la ligne offensive. On espère que l’arrivée de Bill Callahan aidera, mais il n’a toujours pas de sang neuf à sa disposition, et on ne peut pas dire que la protection du quarterback était un point fort en 2014.

Et tout ça ne nous rendra pas Rex Grossman.

Draft : Choix des tours 4 à 7

Sous le signe des Seminoles

La draft est à présent terminé. Les quatre derniers tours ont eu lieu, les Redskins y avaient 5 choix, voici un récapitulatif :

Chris Thompson

Chris Thompson

Pick #119 : Phillip Thomas (S – Fresno State)

Je pense que ce joueur était le safety de la draft le plus surestimé  pour vous donner une idée de mon sentiment par rapport à ce choix. Certes, il n’a pas peur du contact, on ne peut pas lui retirer ça, mais il a tendance à faire de mauvaises anticipation, notamment contre la course, laissant des boulevards au running backs. Il également perfectible en couverture. Mike Shanahan a en tout cas assuré que sa transition vers les pros serait facilité par le fait que le système des Redskins est proche de celui de Fresno State. Un autre bon point pour lui : Il est fan des Redskins depuis toujours.

Pick #154 : Chris Thompson (RB – Florida State)

Sans doute mon pick préféré de la draft ! Je suis déjà fan de cette fac, et encore plus particulièrement de Thompson. Running back au petit gabarit mais ultra actif, des changements de directions qui vont casser quelques paires de reins. Une fois qu’il a trouvé l’ouverture vous ne le revoyez jamais. Il peut en plus être très utile en réception, à l’image d’un Darren Sproles. Il y a même possibilité de l’aligner en WR sur certaines situations, dans le slot. Ajoutez à cela une bonne production en retour de coup de pieds et vous avez un joueur fantastique. Alors pourquoi est il tombé au cinquième tour me direz vous ? Et bien c’est à cause d’une méchante blessure au genou (ligaments touchés) qui l’a privé d’une bonne partie de la dernière saison des Redskins. Un pari donc, mais s’il revient à 100%, il va faire des ravages. Un parfait complément à Alfred Morris, dans un style opposé.

Baccari Rambo

Baccari Rambo

Pick #162 : Brandon Jenkins (OLB – Florida State)

Encore un joueur de mon université préféré, et encore un pari sur un joueur qui revient de la même blessure que Thompson. Je suis juste un peu moins enthousiaste à son sujet car même si il revient en pleine forme, il reste simplement un joueur correct. Carradine et Werner m’impressionnaient beaucoup chez les Seminoles de Florida State. Il n’a pas autant d’impact qu’eux dans le pass rush notamment. Un autre gros pari donc, mais avec un gain moins élevé, c’est du moins ce que je pense.

Pick #191 : Baccari Rambo (S – Georgia)

Très bon pick à ce niveau à mon goût. Dans mon article sur les safeties j’avais dit qu’il était envisageable dès le trois ou quatrième tour. Le récupérer au sixième me semble donc une aubaine. Si il doit s’améliorer dans certains domaines c’est en tout cas une machine à turnover qui aime chercher l’interception. Il doit être plus discipliné mais il y a vraiment quelque chose à faire avec lui. Il pourrait jouer aussi bien strong safety que free safety.

Pick #228 : Jawan Jamison (RB – Rutgers)

Enfin, et de façon assez surprenante, les Redskins sont allez chercher un nouveau running back dans le fond de la draft. Ceci devient réellement une spécialité de Mike Shanahan. Jamison ressemble à un running back de third down. Il serait peut être utlisé un peu de la façon don Evan Royster l’était jusqu’à présent. Il y aurait donc concurrence entre les deux au training camp. Il n’est pas aussi rapide que Thompson mais possède tout de même de très bon appuis et est assez explosif. De toute façon je n’oserai pas mettre en doute un choix du mettre en la matière, surtout après le succès d’Alfred Morris.

Voilà, je vous laisse avec les highlights de chacun pour découvrir ces nouveaux peaux rouges, si ce n’est pas déjà fait.