kirk cousins

Week 5 : Redskins at Ravens

Week 5 : La parole est à la défense

Washington Redskins 1610 Baltimore Ravens

Apres avoir égalisé le bilan de la franchise a deux victoires pour deux défaites, les Washington Redskins se sont déplacés à Baltimore pour affronter les Ravens, pour y disputer le derby du Maryland comptant comme le 5e match de cette saison. Les hommes en Bourgogne et Or avaient à cœur de maintenir leur série de deux victoires consécutives face à une équipe qui s’est retrouvée en difficulté sur plusieurs domaines du jeu la semaine dernière à domicile face aux Raiders.

Les joueurs de la capitale ont réussi à s’accrocher dans un match ou le niveau des deux équipes était relativement proche.
La défense un peu maladroite de la semaine précédente a laissé place à une escouade plus impliquée dans son rôle ce qui a permis de pallier les quelques erreurs de l’attaque.

redskinsravensrecap_1145391_640x360

Le premier quart temps débute et les locaux récupèrent directement le cuir. Les Ravens débutent alors un drive sans fin, petits gains après petits gains, face à une défense encore quelque peu hésitante. Les snaps se rapprochent toujours un peu plus de la zone d’en-but et Joe Flacco saisi l’occasion d’envoyer sa seule passe de touchdown de la soirée vers Crockett Gillmore. Baltimore mène de 7 points.
Au tour désormais de Kirk Cousins de mener son attaque mais le quarterback ne semble pas à l’aise dans poche et ne parvient pas à trouver ses receveurs. Matt Jones le coureur essaye du mieux possible de faire avancer le ballon mais la défense de Baltimore est en réussite aussi bien face à la passe que face à la course.

De retour en attaque les Ravens continuent à bien progresser sur le terrain mais une pénalité va freiner leur avancée et les voilà obligés de punter le cuir. Jamison Crowder se charge de récupérer le ballon et grâce à une belle performance de l’équipe spéciale de Washington, Crowder entame le début d’une course fulgurante de plus de 85 yards pour aller marquer le premier touchdown des Bourgogne et Or du match. (Cette action a valu le titre du meilleur joueur équipe spéciale de la semaine à Jamison Crowder).
Le premier quart s’arrête là avec un avantage d’un seul point pour les locaux, 7-6.

BALTIMORE, MD - OCTOBER 9: Wide receiver Jamison Crowder #80 of the Washington Redskins is tackled by free safety Lardarius Webb #21 of the Baltimore Ravens in the second half at M&T Bank Stadium on October 9, 2016 in Baltimore, Maryland. (Photo by Todd Olszewski/Getty Images)

A partir du second quart temps, la physionomie du match va complètement changer, la défense de Washington se débride complètement et parvient à maîtriser l’attaque de Baltimore. Cette deuxième partie du match ne verra qu’une seule action faisant évoluer le score, un field goal des Ravens pour prendre quatre points d’avance à la mi-temps.

Les joueurs quittent les vestiaires et retournent sur le terrain pour disputer cette deuxième partie de match. La défense des Redskins et toujours aussi efficace et permet de remettre en confiance l’attaque de la capitale.
Kirk enclenche le temps d’un drive le mode Captain et envoie une très belle passe de Touchdown pour Pierre Garçon qui réalise un bon match jusque-là (5 réceptions pour 56 yards et 1 Touchdown)

Quelques minutes plus tard, l’attaque de Flacco rend la possession à celle de Cousins qui débute depuis leur propre ligne d’en-but. Le quarterback envoie une passe directement dans les mains de Mosley, le linebacker adverse va profiter de cette occasion si proche de la zone rouge pour s’offrir un beau « pick six » et l’avantage numérique pour Baltimore, mais le défenseur est plaqué a quelque centimètre de son objectif, il relâche le cuir qui rebondit dans la end zone, le jeu s’arrête, les arbitres se concertent, ce fumble est officiellement un touchback et Washington a réussi a être interceptée pour mieux avancer dans les mêmes 30 secondes.
Les Redskins améliorent leur avantage pour ne plus jamais le perdre, le score 16 à 10 à la fin du troisième quart temps.

i

Le dernier acte du match est tout a l’honneur de la defense de la capitale. Les Ravens monopolisent la possession et se rapprochent dangereusement de la end zone puisque seul un Touchdown leur permettrait de remporter le match. Les deux dernières minutes sont extrêmement tendues, Flacco continue toujours un peu plus à avancer mais le temps va commencer à manquer. Baltimore décide donc d’envoyer la balle dans en-but, par quatre fois, mais celles-ci seront toujours parfaitement défendues, notamment par Josh Norman.
L’attaque des Redskins revient donc sur le terrain seulement pour poser un genou et repartir dans le vestiaire avec une troisième victoire.

Ce match a permis de montrer les efforts défensifs réalisés cette semaine suite aux erreurs face a Cleveland. La défense a réellement montré de très belles choses et elle a su se montrer clutch, il y a eu très peu de plaquages ratés et la ligne défensive a réussi à imposer son rythme facilitant le travail de la défense arrière.

Le problème qui a été encore une fois mis à jour pendant la rencontre c’est les difficultés de l’attaque à s’imposer face à une défense correcte. Le jeu de course n’a pas pu se développer correctement (20 tentatives pour seulement 60 yards). La passe étant le seul moyen d’avancer Kirk Cousins a dû beaucoup lancer, 41 fois exactement pour 21 passes complétées.
Toutefois certains joueur a l’image de Jamison Crowder ne sont pas déméritant et permettent d’espérer une attaque plus constante dans ses performances.

Week 4 : Browns at Redskins

Week 4 : Tout est pardonné

Cleveland Browns 2034 Washington Redskins

De retour au FedExField après la week 3 à New York, les Redskins avaient comme ambition rétablir leur bilan à deux victoires et deux défaites en s’imposant pour la première fois de la saison devant son public. Les Cleveland Browns, à la recherche désespérée d’une victoire, souhaitaient s’appuyer sur leur bonne prestation face aux Dolphins et permettre à leur quaterback Cody Kessler de pouvoir montrer ses capacités. En effet c’est bien le rookie qui allait tenir l’attaque des visiteurs, pas de réunion avec Robert Griffin III, blessé. Les hommes de Washington ont tenus leurs promesses en s’appuyant sur un jeu de courses particulièrement performantes et un Kirk Cousins plutôt correct. La défense, quant à elle, a permis à l’attaque de tenir bon sans pour autant délivrer une prestation spectaculaire.

Le coup d’envoi donné, les Redskins s’imposent rapidement pendant le premier quart temps, la ligne offensive répond à l’appel et ouvre des brèches pour le jeu de course avec un premier gros gain accordé par le running back Chris Thompson. Kirk Cousins prend le relais est reste efficace en faisant avancer les chaines jusque dans la redzone, partie du terrain où le quarterback de la capital a le plus de mal depuis le début de la saison. Dimanche, le problème ne s’est pas posé, Captain Kirk trouve sa ReedOption dans l’en-but pour marquer les des premiers touchdowns de cette partie, et Washington mène 14-0 à la fin du premier quart.

Kirk Cousins rentre petit à petit dans sa saison

Kirk Cousins rentre petit à petit dans sa saison

Le deuxième quart est plus difficile pour l’équipe de la capital, le premier drive des Browns semble inarrêtable, et la défense a apparemment complètement oublié les bases du placage puisqu’elle va en manquer plus de 10 sur l’ensemble du match, Isaiah Crowell en profite pour marquer les premiers points de Cleveland en inscrivant un touchdown a la course.
Les Bourgogne et Or s’empressent de repartir à l’attaque pour tenter de faire le break mais Cousin envoie une passe plutôt étrange vers Jamison Crowder qui est interceptée. Les Browns ont dans leurs mains la balle d’égalisation, c’est chose faite par l’intermédiaire de Pryor pourtant défendu par un Josh Norman plutôt transparent pendant cette première mi-temps.

Josh Norman a connu une première mi-temps compliquée, avant de briller en seconde.

Josh Norman a connu une première mi-temps compliquée, avant de briller en seconde.

Lorsque l’arbitre siffle la pause, l’égalité est parfaite entre les deux équipes, 17-17
Pendant la mi-temps le coordinateur défensif Joe Barry a surement du hausser le ton quelque peu puisque ce n’est pas la même défense qui revient sur le terrain. Le 3e quart temps n’as pas été spécialement intéressant puisque seulement un field goal est frappé par Cleveland qui prend donc pour la première fois l’ascendant dans le match.
Les dernières 15 minutes du match ont laissé place à un beau spectacle pour les supporters. Washington ne cède pas à la pression, c’est à ce moment que la défense essaye de se rattraper de ses erreurs de première mi-temps, les linebackers vont provoquer un fumble et rendent le cuir a Kirk qui envoie sa troisième passe du match pour Chris Thompson, il faut donc maintenant pour les locaux essayer de gérer au mieux la montre. Josh Norman intercepte une passe dirigée vers Pryor et permet à l’attaque de jouer les derniers instants de ce match dans la moitié de terrain adverse. Matt Jones s’occupe de porter la balle et marque le dernier touchdown du match.

Jordan Reed et Matt Jones ont porté l'attaque de Washington face à Cleveland.

Jordan Reed et Matt Jones ont porté l’attaque de Washington face à Cleveland.

Ce match a permis a Washington de montrer les progrès effectués depuis la première semaine. L’attaque a vraiment été très intéressante, le jeu de course qui est habituellement un point faible a été un des atout offensif, Matt Jones a délivré une excellente prestation ( 22 tentatives pour 117 yards et 1 touchdown). Kirk Cousins a bien montré qu’il pouvait être efficace en redzone avec 3 touchdowns. Il n’a pas réellement cherché la difficultés mais a réussi à utiliser correctement ses armes avec des passes plutôt courtes comme il savait si bien faire l’an passé.
C’est plutôt la défense qui a pu se montrer inquiétante aujourd’hui. Cette dernière a laissé passer beaucoup de conversion sur troisième tentative et a raté beaucoup trop de plaquages. Ces erreurs n’ont pas coûté trop cher face aux Browns mais le calendrier reste chargé et des améliorations sont attendues sur ce plan.
C’est donc une belle victoire qui nous a été les Redskins ce dimanche qui reste sur une série de deux victoires consécutives, le match face aux Ravens promet déjà d’être passionnant.

Week 1 : Steelers at Redskins

Week 1 : Faux départ

Pittsburgh Steelers 3816 Washington Redskins

Les Redskins ont pu juger de l’écart qui les séparait encore des top franchises de cette ligue. Les Steelers, l’une des franchises les plus stables de ces dernières années a montré sa supériorité pour s’imposer logiquement et largement face à une équipe de Washington avec beaucoup trop de lacunes. Kirk Cousins a aussi pu découvrir ce qu’était un véritable franchise QB en la personne de Ben Roethlisberger.

Big Ben et Antonio Brown, allégorie.

Big Ben et Antonio Brown, allégorie.

Le début de match pouvait laisser espérer un autre sort à la rencontre puisque les Redskins parvenaient à faire avancer le cuir, contrairement à leurs adversaires. Bashaud Breeland débutait même très bien (et de façon trompeuse) son match avec une interception spectaculaire. Mais Kirk Cousins était top imprécis en attaque pour convertir cela en touchdown, et comme lors de la première percée des joueurs en bordeaux et or, l’équipe devait se contenter de 3 points. Dustin Hopkins restant tout à fait solide dans l’exercice du field goal et permettant de prendre l’avantage (6-0 à l’issue du premier QT).

Même bousculés en début de match, les Steelers n'ont jamais paru impressionnés par ce qu'on avait à montrer.

Même bousculés en début de match, les Steelers n’ont jamais paru impressionnés par ce qu’on avait à montrer.

Mais dès que la machine Steelers s’est mise véritablement en route, les Redskins n’ont pu répondre et se mettre au niveau. La connexion Big Ben – Antonio Brown a fait très mal. Brown qui temrine avec 126 yards et 2 TDs. Il faut dire que la stratégie du staff pour contrer celui qui est sans doute le meilleur receveur de la ligue peut prêter au débat. Josh Norman, la grosse acquisition des Redskins à l’intersaison est toujours resté sur son côté gauche traditionnel. Brown de son côté s’est exilé à l’opposé se retrouvant le plus souvent face à un Bashaud Breeland qui a petit à petit perdu pied dans ce match. Mais jamais le coaching staff n’a ajusté cela en déplaçant Norman qui du coup n’a jamais pu s’exprimer face à Brown. Seulement deux fois en fait, et à chaque fois Norman a eu le dessus, étant même tout près de provoquer un fumble sur l’une des actions. Frustrant.

Joe Barry (ou Jay Gruden ?) face à sa décision de ne pas mettre Norman sur Brown.

Joe Barry (ou Jay Gruden ?) face à sa décision de ne pas mettre Norman sur Brown.

Mais cela est loin de suffire pour expliquer la défaite. La défense contre la course a également été en grosse difficulté. Malgré l’absence de Leveon Bell, Deangelo Williams a livré un match très solide et mis en évidence ce qui reste l’une de nos principales faiblesses.

De notre côté ce jeu au sol, tellement important, a été inexistant. Matt Jones n’a progressé que de 24 yards en 7 portées. Une misère. Chris Thompson a paru un tout petit peu plus efficace et il a scoré le seul touchdown de l’équipe. A ce moment les Redskins revenaient à huit points, mais l’espoir était illusoire et les Steelers ont ensuite repris leurs distances. La ligne offensive n’a pas aidé non plus. Ligne offensive qui s’est aussi distinguée par les nombreuses pénalités concédées. Kory Lichtensteiger a confirmé qu’il était un maillon faible alors que Trent Williams pourtant l’un des meilleurs à son poste dans la ligue, a réalisé une prestation en demi-teinte.

Moi devant la performance de notre jeu au sol.

Moi devant la performance de notre jeu au sol.

Autre gros point noir du match, la performance de Kirk Cousins. Alors qu’en face Roethlisberger a livré une performance digne d’un vrai quarterback élite, le meneur de Washington est passé complètement à côté. Imprécisions et mauvaises décisions pour un match complètement raté. Certes, il a lancé pour 329 yards, mais même cette statistique est trompeuse, la plupart de ces yards étant des check down. Et pour cause, le schéma défensif des visiteurs était au point. Ils ont très peu utilisé le blitz, se contentant d’une couverture efficace en profondeur. La faiblesse de notre jeu au sol leur a permis cela. Si Cousins s’était montré très bon sur les lancés courts toute la saisons dernières, son taux de passes complétés en profondeur était bien moins impressionnant. Lundi soir encore, il a pêché dans ce domaine. D’une manière générale ses décisions ont été mauvaises, sa précision également (et ce à toutes les distances, ce qui est nouveau). Il va falloir vite se réveiller pour ce joueur qui doit décrocher un contrat, ici ou ailleurs, pour la saison prochaine.

La performance de Cousins en trois mots.

La performance de Cousins en trois mots.

Au final une défaite logique face une équipe qui pourrait faire très mal cette saison. Il va falloir rapidement se réveiller et se rassurer ce week end contre nos meilleurs ennemis, les Cowboys de Dallas.

Top 3 : Jackson, Reed, Hopkins.

Flop 3 : Cousins, Breeland, Lichtensteiger.

 

Week 5 : Redskins @ Falcons

Week 5

Washington Redskins 1925 Atlanta Falcons

 

Désolé, pas de résumé complet cette semaine. Rapide retour sur ce résultat frustrant à Atlanta où nous ne sommes pas passés loin de l’exploit. Les Redskins ont souvent été devant, avant de se faire dépasser en fin de match. Un field goal de 52 yards à la dernière seconde de Dustin Hopkins gardait tout de même l’espoir intact en envoyant les deux équipes en prolongation. Mais celle-ci fut courte. Kirk Cousins offrait en effet rapidement le cuir à Robert Alford qui n’en demandait pas temps et s’en allait jusque dans la endzone des joueurs de Washington pour le touchdown de la victoire.

Quelques satisfactions donc, mais aussi beaucoup de déceptions. Pour ce qui est du positif on notera une nouvelle performance solide de notre kicker Hopkins. Une excellente prestation du rookie Jamison Crowder qui s’impose toujours un peu plus. Pour ce qui est du moins bien on regrette évidemment les deux interceptions de Kirk Cousins, mais aussi la défense contre la course, très décevante (Keenan Robinson n’était pas à son niveau par exemple) qui a laissé Freeman s’amuser.

Les statistiques

Kirk Cousins : 21/32, 219 yards, 1TD, 2INTs.

Jamison Crowder : 8 réceptions, 87 yards.

Bashaud Breeland : 6 tackles, 1INT.

 

Week 4 : Eagles @ Redskins

Week 4

Philadelphia Eagles 2023 Washington Redskins

Une défaite, une victoire, une défaite, une victoire. Les Redskins ont trouvé leur rythme dans cette saison. Ils ont surtout remporté ce match important contre les rivaux de Pennsylvanie, la première dans cette division plus qu’incertaine.

Dans un FedEx Field bien remonté, les Redskins ont pris le match par le bon bout. La défense a asphyxié l’attaque des Eagles, tandis que l’attaque a bien progressé. Ceci dit, sur les deux premiers drives il n’a pas été possible de trouver la endzone. Mais Dustin Hopkins a continué d’être parfait et a offert deux fois trois points à nos locaux.

Chip Kelly n'est pas le génie qu'on croit.

Chip Kelly n’est pas le génie qu’on croit.

Finalement les Redskins parviennent à pénétrer dans la endzone dans le deuxième quart-temps, non sans mal. Kirk Cousins (31/46, 290 yards, 1TD + 1TD au sol) récupère un snap manqué juste devant la goalline et force son passage jusque dans la zone promise. Pas très académique, mais les Redskins mènent désormais 13 à rien.

Pour les Eagles, le kicker Sturgis à l’occasion de réduire l’écart juste avant la pause, mais son coup de pied est manqué.

Pour Chip, Sturgis n'est pas la réussite attendue

Pour Chip, Sturgis n’est pas la réussite attendue

Et puis comme d’habitude les Redskins vont connaitre un passage à vide. Les joueurs sont restés au vestiaire et l’attaque n’avance plus. La défense quant à elle se fait découper en profondeur par un Bradford qui n’a pas besoin de forcer son talent pour battre un Chris Culliver diminué (blessé au genou, le joueur ne s’était pas entraîné de la semaine, on se demande encore pourquoi les Eagles n’ont pas davantage appuyé là dessus). Malgré un extra point manqué par Sturgis, les Eagles reviennent donc à 13-13.

Quand Chris Culliver un receveur des Eagles le dépasser

Quand Chris Culliver voit un receveur des Eagles le dépasser

Le momentum est pour les visiteurs, et le pessimisme de rigueur chez les supporters de Washington. L’attaque retrouve quand même un peu d’allant et Dustin Hopkins ajoute trois points supplémentaires. Etant donné le score final et la comparaison avec son homologue rival, on peut dire que la performance de Hopkins a été vitale, et elle nous rappelle l’importance d’un bon kicker au sein d’une équipe NFL.

Malgré ce léger regain de forme, la dynamique est toujours du côté de la franchise de Philadelphie. Jordan Reed (5 réceptions, 37 yards), auteur par ailleurs d’un match très solide, échappe le cuir qui est recouvert par Hicks. La défense doit donc revenir sur le terrain et la secondary continue de souffrir. Bradford trouve Miles Austin qui donne l’avantage aux Eagles pour la première fois du match, 20-16.

Pour Morris, les consignes sont simples

Pour Morris, les consignes sont simples

Après cela les attaques patinent et les punts se succèdent. Jusqu’au drive final des Redskins. Avec six minutes à jouer, les locaux ne paniquent pas. Alfred Morris (17 courses, 62 yards), discret jusque là, ouvre la voie puis c’est Pierre Garçon (7 réceptions, 55 yards, 1TD) qui réussit des catchs décisifs. Les Redskins sont aux portes de la endzone, il reste une poignée de secondes à jouer. Sur une passe rapide Cousins trouve Garçon juste au niveau de la ligne d’en-but. Bien que très entourée, Garçon réussit un catch spectaculaire et offre la victoire aux Redskins. FedEx Field exulte.

On notera une nouvelle fois une belle performance de nos jeunes joueurs, tout particulièrement Jamison Crowder (7 réceptions, 65 yards) qui a réalisé une partie impressionnante.

Quand Jay Gruden a appelé Chip Kelly après le match

Quand Jay Gruden a appelé Chip Kelly après le match

Prestation bien moins glorieuse des arbitres qui ont commis bon nombre d’erreurs dans ce match très haché par les flags.

Prochain rendez-vous face aux Falcons qui ont battu tous leurs adversaires de la NFC East en ce début de saison. A nous donc de stopper cette série.

Week 3 : Redskins @ Giants

Week 3

Washington Redskins 2132 New York Giants

On a l’habitude désormais, rarement les Redskins enchaînent deux bonnes performances. Dans ce premier match de division, les Redskins se sont battus tout seul. Comme contre les Dolphins, il y a ce sentiment de frustration. Frustration car l’adversaire ne fait pas un grand match et laisse une victoire à notre portée mais les erreurs accumulées tout au long du match annihilent toute chance.

On a très vite compris que ça allait être une de ces sales soirées. Tress Way voit son punt bloqué par Jennings, la balle se sauve jusque dans la endzone pour un safety. 0-2. Puis c’est Kirk Cousins (30/49, 316 yards, 1TD, 2INTs) qui lance une interception assez horrible dans les mains de Prince Amukamara. Quelques jeux plus tard Andre Williams rentrait dans la endzone pour porter le score à 9-0. Neuf points offerts, sans que les Giants n’aient réellement à construire de drive.

Quand Cousins explique ses interceptions

Quand Cousins explique ses interceptions

Au premier drive construit, il;s ajoutent 3 nouveaux points. Le score est ainsi porté à 12-0 à la fin du premier quart-temps.  L’attaque est absente et le front-7 pas aussi dominant que contre les Rams. Les Redskins ne vont d’ailleurs réussir aucun sack lors de ce match, ce qui est une grosse contre-performance.

Quand on touche vraiment le fond

Quand on touche vraiment le fond

Ils parviennent toutefois à inscrire leurs premiers points sur un field goal de Dustin Hopkins, encore parfait sur ce match, et rare satisfaction de l’équipe. Cette fin de première mi-temps se termine sur des échanges field goal. Chaque équipe en ajoute un et à la pause les Giants mènent 15 à 6 das un match bien terne.

Ça ne repart pas mieux en seconde mi-temps puisque les Giants marquent les premiers et creusent encore un peu davantage l’écart. 18-6 suite à un nouveau coup de pied à trois points.  18-6.

Quand on explique à RGIII ce que Gruden pense de lui

Quand on explique à RGIII ce que Gruden pense de lui

L’attaque au sol des Redskins n’avancent pas et tout repose sur Cousins, qui envoie une nouvelle interception. La balle, déviée dans un premier temps, atterrit dans les mains de Unga. Huit jeux plus tard, Manning trouve Beckham Junior pour un touchdown de 30 yards. DeAngello Hall était sorti blessé plus tôt, Bashaud Breeland est battu.  A 25-6, le match semble plié.

Quand t'es un supporter de cette génération de Redskins

Quand t’es un supporter de cette génération de Redskins

Les Redskins se rebiffent un peu, mais Matt Jones relâche la balle juste avant d’entrer dans la endzone et la balle file en touchback. La dernière occasion de relancer le match est passée. Les Redskins récupèrent tout de même rapidement la balle et scorent un touchdown par Chris Thompson (2 courses pour 29 yards, 8 réceptions pour 57 yards), très utilisé à la passe. La conversion à deux points est réussie. Un infime espoir subsiste, très rapidement étouffé par ce touchdown plein de réussite de Randle sur une réception de 41 yards, où Breeland passe près de l’interception. 32-14 et trois minutes à jouer, la messe est dite. Le retour de kickoff de Rashad Ross fait plaisir, mais il ne change rien, les Redskins s’inclinent.

Résumé de la conférence d'après match des Redskins

Résumé de la conférence d’après match des Redskins

Malgré une attaque qui a davantage avancé que celle des Giants, les Redskins s’inclinent à cause des turnovers. Trois concédés et aucun provoqués. Il y a encore beaucoup de travail. Les dix jours qui arrivent avant d’affronter les Eagles tombent bien.

Pour ne pas sombrer totalement dans le pessimisme on se dira que tout n’a pas pu disparaître suite à la belle performance contre les Rams. Les jeunes ont notamment montré de belles choses. Keenan Robinson a encore été au rendez-vous, Jordan Reed aussi. Jamison Crowder, Ryan Grant et Rashad Ross ont quant à eux montré que Andre Roberts n’avait plus grand chose à faire chez nous. Ils représentent l’avenir et l’espoir, mais pour ce qui est du présent il ne faut pas attendre des merveilles de cette saison a priori, même si il n’est pas encore question de s’alarmer après trois matchs.

Week 2 : Rams @ Redskins

Week 2

Saint Louis Rams 1024 Washington Redskins

Deuxième match, deuxième à domicile, un nouvel échec aurait été embarrassant, heureusement notre équipe a livré une grosse prestation collective. Tous les secteurs du jeu ont été performants, en tout cas pendant trois quart temps sur quatre. En effet il y a eu un inquiétant passage à vide dans le troisième quart temps, mais l’équipe s’est ensuite repris pour terminer le travail.

Gladiator-quotes-2

Les Rams découvrent FedEx Field

Le match a commencé avec un échange de punts, puis sur leur deuxième drive, les Redskins ont fait la différence. Grâce à un jeu au sol ultra performant bien aidé par une ligne offensive surprenante en ce début de saison, après une pré-saison très compliquée. Alfred Morris (18 courses pour 59 yards) sort d’abord une grosse course de 35 yards, puis c’est Matt Jones (19 courses pour 123 yards et 2TDs) qui conclut le travail sur une course de 39 yards jusqu’à la endzone des Rams.

Jay Gruden motive ses troupes avant le match.

Jay Gruden motive ses troupes avant le match

Les Rams ne peuvent réagir, complètement étouffés par la défense des Redskins. Le front-7 a livré une nouvelle grosse prestation mais même la secondary a répondu présent, et ce malgré les absences de Chris Culliver et Duke Ihenacho. Bashaud Breeland a fait un retour propre, et Trenton Robinson a tenu son rôle. Les Rams enchaînent les punts. Les Redskins ajoutent trois points suite à un autre drive solide. Le nouveau kicker Dustin Hopkins ne tremble pas à 46 yards. Il aura également montré sa grosse jambe sur les kickoffs, ce qui nous a bien soulagé et ce qui a coûté sa place à Kai Forbath.

Après un nouveau drive appuyé par de grosses courses, Kirk Cousins (23/27, 203 yards, 1TD) conclut avec une passe de 4 yards pour Pierre Garçon (6 réceptions, 23 yards, 1TD) dans la endzone. Les Redskins rentrent au vestiaire avec un avantage de 17 à 0.

Matt Jones fait le show

Matt Jones fait le show

Au retour des vestiaires, on craint la nouvelle déconvenue. L’attaque n’avance plus, ou quand elle le fait Matt Jones relâche la balle. Les Rams n’en demandaient pas tant. Après avoir déjà inscrit un field goal, Foles trouve Britt sur une play action. 17-10, on tremble.

Mais la défense va rapidement reprendre le dessus sur l’attaque adverse, ne laissant plus rien passer. L’attaque retrouve un peu d’allant dans les dernières minutes. Cousins trouve Chris Thomspon puis Jordan Reed (6 éceptions, 82 yards) pour des third down décisifs. Jones ponctue sa grosse soirée par un nouveau touchdown, derrière un Shawn Lauvao métamorphosé qui lui ouvre l’ultime brèche.

Le public apprécie le spectacle

Le public apprécie le spectacle

Une belle performance collective. Kirk Cousins n’était pas loin de lancer une interception, mais il a autrement été très propre. Les coureurs ont été au rendez-vous, avec un Jones en feu. La ligne continue de surprendre. Après avoir maîtrisé Suh, elle n’a concédé que deux sacks face aux Rams, deux sacks surtout dus à une bonne couverture des receveurs. La défense a été excellente, ne concédant un touchdown que sur l’unique grosse action des Rams, suite à un turnover de notre attaque. Joe Barry me surprend, lui qui avait la pire défense à Detroit, il a désormais la meilleure après deux semaines à Washington. Certes nous n’avons pas affronté des grosses attaques encore, mais ce sont des débuts très encourageants.

La OL maîtrise l’impressionnante DL des Rams

La OL maîtrise l’impressionnante DL des Rams

On regrettera donc simplement ce passage à vide en troisième quart-temps. Encore une fois trop de pénalités en deuxième période également.

Prochain match dès jeudi face aux Giants. Premier match de division, il va falloir une nouvelle prestation de haut niveau.