matt jones

Week 4 : Browns at Redskins

Week 4 : Tout est pardonné

Cleveland Browns 2034 Washington Redskins

De retour au FedExField après la week 3 à New York, les Redskins avaient comme ambition rétablir leur bilan à deux victoires et deux défaites en s’imposant pour la première fois de la saison devant son public. Les Cleveland Browns, à la recherche désespérée d’une victoire, souhaitaient s’appuyer sur leur bonne prestation face aux Dolphins et permettre à leur quaterback Cody Kessler de pouvoir montrer ses capacités. En effet c’est bien le rookie qui allait tenir l’attaque des visiteurs, pas de réunion avec Robert Griffin III, blessé. Les hommes de Washington ont tenus leurs promesses en s’appuyant sur un jeu de courses particulièrement performantes et un Kirk Cousins plutôt correct. La défense, quant à elle, a permis à l’attaque de tenir bon sans pour autant délivrer une prestation spectaculaire.

Le coup d’envoi donné, les Redskins s’imposent rapidement pendant le premier quart temps, la ligne offensive répond à l’appel et ouvre des brèches pour le jeu de course avec un premier gros gain accordé par le running back Chris Thompson. Kirk Cousins prend le relais est reste efficace en faisant avancer les chaines jusque dans la redzone, partie du terrain où le quarterback de la capital a le plus de mal depuis le début de la saison. Dimanche, le problème ne s’est pas posé, Captain Kirk trouve sa ReedOption dans l’en-but pour marquer les des premiers touchdowns de cette partie, et Washington mène 14-0 à la fin du premier quart.

Kirk Cousins rentre petit à petit dans sa saison

Kirk Cousins rentre petit à petit dans sa saison

Le deuxième quart est plus difficile pour l’équipe de la capital, le premier drive des Browns semble inarrêtable, et la défense a apparemment complètement oublié les bases du placage puisqu’elle va en manquer plus de 10 sur l’ensemble du match, Isaiah Crowell en profite pour marquer les premiers points de Cleveland en inscrivant un touchdown a la course.
Les Bourgogne et Or s’empressent de repartir à l’attaque pour tenter de faire le break mais Cousin envoie une passe plutôt étrange vers Jamison Crowder qui est interceptée. Les Browns ont dans leurs mains la balle d’égalisation, c’est chose faite par l’intermédiaire de Pryor pourtant défendu par un Josh Norman plutôt transparent pendant cette première mi-temps.

Josh Norman a connu une première mi-temps compliquée, avant de briller en seconde.

Josh Norman a connu une première mi-temps compliquée, avant de briller en seconde.

Lorsque l’arbitre siffle la pause, l’égalité est parfaite entre les deux équipes, 17-17
Pendant la mi-temps le coordinateur défensif Joe Barry a surement du hausser le ton quelque peu puisque ce n’est pas la même défense qui revient sur le terrain. Le 3e quart temps n’as pas été spécialement intéressant puisque seulement un field goal est frappé par Cleveland qui prend donc pour la première fois l’ascendant dans le match.
Les dernières 15 minutes du match ont laissé place à un beau spectacle pour les supporters. Washington ne cède pas à la pression, c’est à ce moment que la défense essaye de se rattraper de ses erreurs de première mi-temps, les linebackers vont provoquer un fumble et rendent le cuir a Kirk qui envoie sa troisième passe du match pour Chris Thompson, il faut donc maintenant pour les locaux essayer de gérer au mieux la montre. Josh Norman intercepte une passe dirigée vers Pryor et permet à l’attaque de jouer les derniers instants de ce match dans la moitié de terrain adverse. Matt Jones s’occupe de porter la balle et marque le dernier touchdown du match.

Jordan Reed et Matt Jones ont porté l'attaque de Washington face à Cleveland.

Jordan Reed et Matt Jones ont porté l’attaque de Washington face à Cleveland.

Ce match a permis a Washington de montrer les progrès effectués depuis la première semaine. L’attaque a vraiment été très intéressante, le jeu de course qui est habituellement un point faible a été un des atout offensif, Matt Jones a délivré une excellente prestation ( 22 tentatives pour 117 yards et 1 touchdown). Kirk Cousins a bien montré qu’il pouvait être efficace en redzone avec 3 touchdowns. Il n’a pas réellement cherché la difficultés mais a réussi à utiliser correctement ses armes avec des passes plutôt courtes comme il savait si bien faire l’an passé.
C’est plutôt la défense qui a pu se montrer inquiétante aujourd’hui. Cette dernière a laissé passer beaucoup de conversion sur troisième tentative et a raté beaucoup trop de plaquages. Ces erreurs n’ont pas coûté trop cher face aux Browns mais le calendrier reste chargé et des améliorations sont attendues sur ce plan.
C’est donc une belle victoire qui nous a été les Redskins ce dimanche qui reste sur une série de deux victoires consécutives, le match face aux Ravens promet déjà d’être passionnant.

Week 2 : Rams @ Redskins

Week 2

Saint Louis Rams 1024 Washington Redskins

Deuxième match, deuxième à domicile, un nouvel échec aurait été embarrassant, heureusement notre équipe a livré une grosse prestation collective. Tous les secteurs du jeu ont été performants, en tout cas pendant trois quart temps sur quatre. En effet il y a eu un inquiétant passage à vide dans le troisième quart temps, mais l’équipe s’est ensuite repris pour terminer le travail.

Gladiator-quotes-2

Les Rams découvrent FedEx Field

Le match a commencé avec un échange de punts, puis sur leur deuxième drive, les Redskins ont fait la différence. Grâce à un jeu au sol ultra performant bien aidé par une ligne offensive surprenante en ce début de saison, après une pré-saison très compliquée. Alfred Morris (18 courses pour 59 yards) sort d’abord une grosse course de 35 yards, puis c’est Matt Jones (19 courses pour 123 yards et 2TDs) qui conclut le travail sur une course de 39 yards jusqu’à la endzone des Rams.

Jay Gruden motive ses troupes avant le match.

Jay Gruden motive ses troupes avant le match

Les Rams ne peuvent réagir, complètement étouffés par la défense des Redskins. Le front-7 a livré une nouvelle grosse prestation mais même la secondary a répondu présent, et ce malgré les absences de Chris Culliver et Duke Ihenacho. Bashaud Breeland a fait un retour propre, et Trenton Robinson a tenu son rôle. Les Rams enchaînent les punts. Les Redskins ajoutent trois points suite à un autre drive solide. Le nouveau kicker Dustin Hopkins ne tremble pas à 46 yards. Il aura également montré sa grosse jambe sur les kickoffs, ce qui nous a bien soulagé et ce qui a coûté sa place à Kai Forbath.

Après un nouveau drive appuyé par de grosses courses, Kirk Cousins (23/27, 203 yards, 1TD) conclut avec une passe de 4 yards pour Pierre Garçon (6 réceptions, 23 yards, 1TD) dans la endzone. Les Redskins rentrent au vestiaire avec un avantage de 17 à 0.

Matt Jones fait le show

Matt Jones fait le show

Au retour des vestiaires, on craint la nouvelle déconvenue. L’attaque n’avance plus, ou quand elle le fait Matt Jones relâche la balle. Les Rams n’en demandaient pas tant. Après avoir déjà inscrit un field goal, Foles trouve Britt sur une play action. 17-10, on tremble.

Mais la défense va rapidement reprendre le dessus sur l’attaque adverse, ne laissant plus rien passer. L’attaque retrouve un peu d’allant dans les dernières minutes. Cousins trouve Chris Thomspon puis Jordan Reed (6 éceptions, 82 yards) pour des third down décisifs. Jones ponctue sa grosse soirée par un nouveau touchdown, derrière un Shawn Lauvao métamorphosé qui lui ouvre l’ultime brèche.

Le public apprécie le spectacle

Le public apprécie le spectacle

Une belle performance collective. Kirk Cousins n’était pas loin de lancer une interception, mais il a autrement été très propre. Les coureurs ont été au rendez-vous, avec un Jones en feu. La ligne continue de surprendre. Après avoir maîtrisé Suh, elle n’a concédé que deux sacks face aux Rams, deux sacks surtout dus à une bonne couverture des receveurs. La défense a été excellente, ne concédant un touchdown que sur l’unique grosse action des Rams, suite à un turnover de notre attaque. Joe Barry me surprend, lui qui avait la pire défense à Detroit, il a désormais la meilleure après deux semaines à Washington. Certes nous n’avons pas affronté des grosses attaques encore, mais ce sont des débuts très encourageants.

La OL maîtrise l’impressionnante DL des Rams

La OL maîtrise l’impressionnante DL des Rams

On regrettera donc simplement ce passage à vide en troisième quart-temps. Encore une fois trop de pénalités en deuxième période également.

Prochain match dès jeudi face aux Giants. Premier match de division, il va falloir une nouvelle prestation de haut niveau.

Retour sur la Draft

Le week end dernier, la draft 2015 a eu lieu, et les Redskins ont pu sélectionner les nouveaux jeunes joueurs qui vont intégrer leur effectif. Comme il le voulait, Scot McCloughan a réussi à obtenir 10 picks grâce à des trades, les voici.

Round 1, Pick 5 – Brandon Scherff (OL, Iowa)

Scott McCloughan a avoué qu’il aurait préféré descendre dans ce premier tour, mais les seules offres de trade étaient pour acquérir Dante Fowler et il est finalement parti dès le troisième choix. Les Redskins ont donc pris le meilleur joueur disponible à leur goût, et il s’agissait de Brandon Scherff, le lineman d’Iowa. 1,96m pour environ 145 kgs, voici un joueur qui correspond aux promesses de McCloughan de bâtir avec Bill Callahan une ligne offensive impressionnante et puissante, en s’éloignant doucement du système de zone-blocking scheme qui privilégiait des linemen plus mobiles. Cet ancien QB lycéen reste tout même plutôt explosif pour son gabarit. Il devrait logiquement prendre la place de RT, au moins dans un premier temps. Il peut aussi assurer une position de guard. Très complet, il saura défendre notre quarterback et ouvrir des brèches pour Alfred Morris.

Round 2, Pick 38 – Preston Smith (EDGE, Mississippi State)

On s’attendait presque automatiquement à un pass rusher dans les deux premiers tours, il est arrivé au second, en la personne de Preston Smith. Joueur très polyvalent, il devrait essentiellement être utilisé en tant que outside linebacker dans notre système défensif, mais en formation nickel il sera pour revenir au poste de DE. Lui et Trent Murphy seront en concurrence pour un rôle de titulaire.

Round 3, Pick 95 – Matt Jones (RB, Florida)

Choix un peu surprenant pour pas mal de monde, tant on ne s’attendait pas trop à voir ce running back partir dès le deuxième jour. Ceci dit, avec du recul, ce pick ne parait pas si horrible. Matt Jones n’est pas le plus rapide ou le plus félin, mais à l’instar d’Alfred Morris c’est une machine sur laquelle on peut toujours compter pour aller chercher les quelques yards nécessaires. Un gros gabarit pour le poste qui semble aussi avoir de meilleures mains que Morris et qui bloque très bien. Il serait donc utile en de multiples occasions, que ce soit pour faire souffler Morris ou sur les situations de third down.

Round 4, Pick 105 – Jamison Crowder (WR, Duke)

Pour ce début de quatrième tour, le staff a opté pour un receveur, mais pas que ! En effet, Jamison Crowder semble être un très bon spécialiste de retour de punt, ce qui pourrait faire beaucoup de bien à l’équipe et lui permettre de s’assurer une place dans les 53. Il a l’air de quelqu’un de très sérieux, avec un bon tempérament. Il pourrait aussi concurrencer Andre Roberts dans le slot. Je suis tout de même surpris que McCloughan n’ai pas privilégié un receveur de plus grande taille.

Round 4, Pick 112 – Arie Kouandjio (OG, Alabama)

Quelques choix plus tard, c’est le guard Arie Kouandjio qui a été appelé. Ce Camerounais, le frère de Cyrus, sélectionné l’an passé par les Bills, présente quelques inquiétudes physiques, notamment au niveau de ses genoux qui sont fragiles. Il est cependant un très bon joueur quand il s’agit d’ouvrir des brèches pour la course. Si il fait des progrès en protection de passe il pourrait pourquoi pas bousculer la hiérarchie.

Round 5, Pick 141 – Martrell Spaight (LB, Arkansas)

Outside linebacker à Arkansas, Spaight sera replacé ILB dans notre système. Il parait difficile de l’imaginer déloger Riley ou Robinson, il devrait donc jouer sa place de backup en concurrence avec Compton et Hayward. Il menait la SEC en placage la saison dernière, c’est un excellent joueur contre la course, entre les tackles. Il est plus limité quand il faut remplir des tâches plus larges mais présente une vraie passion et un leadership naturel. C’est aussi un fou de la salle de musculation, espérons qu’il ne finisse pas comme Laron Landry.

Round 6, Pick 181 – Kyshoen Jarrett (S, Virginia Tech)

C’est le prospect qui aura le moins de chemin à faire. Il devrait lutter pour un poste de backup strong safety et ses qualités en équipe spéciale pourraient lui permettre de faire partie des 53.

Round 6, Pick 182 – Tevin Mitchel (CB, Arkansas)

C’est le deuxième joueur en provenance de cette université. Un bon gabarit qui peut gêner pas mal de receveurs. Mais il n’a pas été un titulaire régulier, gêné notamment par des blessures qui l’ont aussi fait chuter dans cette draft. C’est un pari sur un potentiel. Typiquement le genre de joueur qu’on peut s’attendre à voir passer la première année en practice squad. Si il veut une chance d’être dans les 53, il lui faudra être excellent en équipe spéciale.

Round 6, Pick 187 – Evan Spencer (WR, Ohio State)

Tout juste titré avec Les Buckeyes, on espère qu’il amènera ce côté gagneur à l’équipe. Pas le receveur le plus ciblé dans son équipe mais sans doute le meilleur bloqueur à son poste dans toute cette classe. C’était un capitaine de l’équipe et le MVP selon Urban Meyer, excusez du peu. Un vrai leader et un comportement comme on attend dans un vestiaire. Comme Mitchel, si il veut avoir une chance d’être dans les 53 il devra prouver ses capacités en équipe spéciale. Autrement il fera un joueur de choix pou la practice squad. A noter que son frère fait partie de l’équipe des scouts de la franchise, mais McCloughan l’a promis, cela n’a influencé en rien le choix.

Round 7, Pick 222 – Austin Reiter (C, South Florida)

Comme le premier choix, le dernier concerne la ligne offensive. Il s’agit du center Austin Reiter. Grand inconnu de mon côté et je crois que peu de gens imaginaient le voir drafter. Toujours est il qu’il est là, à lui maintenant de prouver qu’il mérite sa place, c’est loin d’être un poste fort de l’équipe.

D’autres joueurs non draftés ont signé ou vont signé avec les Redskins, mais je ferais un récapitulatif complet quand tout sera officiel.