nfl

Week 1 : Steelers at Redskins

Week 1 : Faux départ

Pittsburgh Steelers 3816 Washington Redskins

Les Redskins ont pu juger de l’écart qui les séparait encore des top franchises de cette ligue. Les Steelers, l’une des franchises les plus stables de ces dernières années a montré sa supériorité pour s’imposer logiquement et largement face à une équipe de Washington avec beaucoup trop de lacunes. Kirk Cousins a aussi pu découvrir ce qu’était un véritable franchise QB en la personne de Ben Roethlisberger.

Big Ben et Antonio Brown, allégorie.

Big Ben et Antonio Brown, allégorie.

Le début de match pouvait laisser espérer un autre sort à la rencontre puisque les Redskins parvenaient à faire avancer le cuir, contrairement à leurs adversaires. Bashaud Breeland débutait même très bien (et de façon trompeuse) son match avec une interception spectaculaire. Mais Kirk Cousins était top imprécis en attaque pour convertir cela en touchdown, et comme lors de la première percée des joueurs en bordeaux et or, l’équipe devait se contenter de 3 points. Dustin Hopkins restant tout à fait solide dans l’exercice du field goal et permettant de prendre l’avantage (6-0 à l’issue du premier QT).

Même bousculés en début de match, les Steelers n'ont jamais paru impressionnés par ce qu'on avait à montrer.

Même bousculés en début de match, les Steelers n’ont jamais paru impressionnés par ce qu’on avait à montrer.

Mais dès que la machine Steelers s’est mise véritablement en route, les Redskins n’ont pu répondre et se mettre au niveau. La connexion Big Ben – Antonio Brown a fait très mal. Brown qui temrine avec 126 yards et 2 TDs. Il faut dire que la stratégie du staff pour contrer celui qui est sans doute le meilleur receveur de la ligue peut prêter au débat. Josh Norman, la grosse acquisition des Redskins à l’intersaison est toujours resté sur son côté gauche traditionnel. Brown de son côté s’est exilé à l’opposé se retrouvant le plus souvent face à un Bashaud Breeland qui a petit à petit perdu pied dans ce match. Mais jamais le coaching staff n’a ajusté cela en déplaçant Norman qui du coup n’a jamais pu s’exprimer face à Brown. Seulement deux fois en fait, et à chaque fois Norman a eu le dessus, étant même tout près de provoquer un fumble sur l’une des actions. Frustrant.

Joe Barry (ou Jay Gruden ?) face à sa décision de ne pas mettre Norman sur Brown.

Joe Barry (ou Jay Gruden ?) face à sa décision de ne pas mettre Norman sur Brown.

Mais cela est loin de suffire pour expliquer la défaite. La défense contre la course a également été en grosse difficulté. Malgré l’absence de Leveon Bell, Deangelo Williams a livré un match très solide et mis en évidence ce qui reste l’une de nos principales faiblesses.

De notre côté ce jeu au sol, tellement important, a été inexistant. Matt Jones n’a progressé que de 24 yards en 7 portées. Une misère. Chris Thompson a paru un tout petit peu plus efficace et il a scoré le seul touchdown de l’équipe. A ce moment les Redskins revenaient à huit points, mais l’espoir était illusoire et les Steelers ont ensuite repris leurs distances. La ligne offensive n’a pas aidé non plus. Ligne offensive qui s’est aussi distinguée par les nombreuses pénalités concédées. Kory Lichtensteiger a confirmé qu’il était un maillon faible alors que Trent Williams pourtant l’un des meilleurs à son poste dans la ligue, a réalisé une prestation en demi-teinte.

Moi devant la performance de notre jeu au sol.

Moi devant la performance de notre jeu au sol.

Autre gros point noir du match, la performance de Kirk Cousins. Alors qu’en face Roethlisberger a livré une performance digne d’un vrai quarterback élite, le meneur de Washington est passé complètement à côté. Imprécisions et mauvaises décisions pour un match complètement raté. Certes, il a lancé pour 329 yards, mais même cette statistique est trompeuse, la plupart de ces yards étant des check down. Et pour cause, le schéma défensif des visiteurs était au point. Ils ont très peu utilisé le blitz, se contentant d’une couverture efficace en profondeur. La faiblesse de notre jeu au sol leur a permis cela. Si Cousins s’était montré très bon sur les lancés courts toute la saisons dernières, son taux de passes complétés en profondeur était bien moins impressionnant. Lundi soir encore, il a pêché dans ce domaine. D’une manière générale ses décisions ont été mauvaises, sa précision également (et ce à toutes les distances, ce qui est nouveau). Il va falloir vite se réveiller pour ce joueur qui doit décrocher un contrat, ici ou ailleurs, pour la saison prochaine.

La performance de Cousins en trois mots.

La performance de Cousins en trois mots.

Au final une défaite logique face une équipe qui pourrait faire très mal cette saison. Il va falloir rapidement se réveiller et se rassurer ce week end contre nos meilleurs ennemis, les Cowboys de Dallas.

Top 3 : Jackson, Reed, Hopkins.

Flop 3 : Cousins, Breeland, Lichtensteiger.

 

Draft. Retour sur les 2 et 3e jours

Après Josh Doctson au premier tour, les Redskins ont continué leur marcher lors de la draft qui s’est tenue le week end dernier. Scot McCloughan a fait parler son expertise. On notera que notre General manager semble beaucoup apprécier la prochaine classe de 2017 puisqu’il a récupéré deux picks pour l’année prochaine suite à des trades. Coup d’oeil sur les 6 joueurs draftés vendredi et samedi soir.

2e tour – 53e choix : Su’a Cravens (S/LB – USC).

La Californien Su’a Cravens est un joueur hybride très intéressant. Gros travailleur, il possède un profil de défenseur ultra-complet et très polyvalent, pouvait occuper un poste linebacker (ILB dans notre système) ou de safety, poste vers lequel il semble se diriger chez nous puisqu’il a acquis le numéro 36 qui n’est pas prévu pour les linebackers. Ce numéro est également le numéro rookie de Sean Taylor dont Cravens est un grand fan, et il lui a été suggéré par les fans de porter celui-ci (le numéro 21 est évidemment retiré aujourd’hui). Ces dernières années la défense a énormément souffert dans la couverture des tight end, c’est un domaine dans lequel Cravens pourrait beaucoup aider. Un fou de la salle de gym, alors si son modèle est Sean Taylor, attention à ne pas devenir Laron Landry.

3e tour – 84e choix : Kendall Fuller (CB – VTech). 

Kendall Fuller a été longtemps considéré parmi les meilleurs cornerbacks du pays. Mais sa valeur a baissé quelque peu en avançant vers la fin de sa carrière, il faut dire que le jeune joueur de Virginia Tech a été blessé. C’est une des raisons pour lesquelles il n’a été choisi qu’au 3e tour. Mais ce n’est pas tout il a aussi quelques points techniques à corriger pour s’imposer au plus haut niveau.  C’était un choix inattendu après la signature de Josh Norman peu avant la draft. Fuller devient favori pour le poste de nickel cornerback. Chris Culliver en a fait les frais puisqu’il vient d’être coupé par la franchise. Sur les extérieurs, Norman et Breeland semblent compliqués à déloger. Ce pick est un pari, on saura dans quelques années si il a été payant.

5e tour – 152e choix : Matt Ioannidis (DL – Temple).

Encore un joueur polyvalent et complet drafté par McCloughan. Le défenseur de Temple est avant-tout un bon joueur contre la course, ce qui nous a fait défaut l’an passé. Il n’est pas non inutile quand il s’agit de pass rush et peut apporter un peu de pression sur le QB adverse même si il a encore évidemment des progrès à faire et de la puissance à gagner.

6e tour – 187e choix : Nate Sudfeld (QB – Indiana).

Scot nous avait dit qu’il était envisageable de drafter un quarterback, il l’a fait ! Je pense qu’on a tous hâte de le voir à l’oeuvre en pré-saison, drafter un joueur à ce poste reste toujorus particulier. De ce que j’ai vu il a une bonne gestion de poche et une bonne mobilité malgré son gabarit imposant, mais il doit encore beaucoup progresser sur sa mécanique de lancer. Wait and see !

7e tour – 232e choix : Steven Daniels (ILB – Boston College).

Comme Matt Ioannidis, Steven Danlies devrait améliorer la défense contre la course des Redskins, un cran derrière. Ou en tout cas si il joue. Dans un premier temps il pourrait essentiellement être utilisé en équipes spéciales, si il fait sa place dans les 53. Membre important de la meilleure défense universitaire de 2015, cela plaide pour lui, à lui de montrer qu’il a ce qu’il faut pour produire à un même niveau à l’échelon supérieur. Il n’est pas très grand, mais London Fletcher ne l’était pas non plus.

 

7e tour – 242e choix : Keith Marshall (RB – Georgia).

Les Redskins ont attendu le dernier tour pour sélectionner un coureur. On peut donc penser que Matt Jones a toute la confiance du coaching staff. Attention tout de même à Keith Marshall, running back ultra rapide, dont la carrière n’a été ralenti que par les blessure. Si il parvient à rester en bonne santé il pourrait bousculer la hiérarchie. Mais c’est une condition importante qui explique le fait fait qu’il ai glissé jusqu’à ce septième tour.

Draft. Le receveur Josh Doctson au 1er tour

La nuit dernière a eu lieu le premier tour de la draft NFL 2016. Les Redskins avaient le 21e choix de la draft. Après la grosse signature de Josh Norman, les pronostics donnaient un DT ou S chez les Redskins. Mais Scot a joué une autre carte et c’est un receveur qui a été sélectionné, en la personne de Josh Doctson. Un choix qui a finalement beaucoup de sens quand on y regarde de plus près. En effet Pierre Garçon et Desean Jackson sont dans leur dernière année de contrat. Avec le salaire de Norman, plus des gros contrats à offrir à Jordan Reed et Kirk Cousins, il ne reste plus beaucoup de marge de manoeuvre pour les deux receveurs vétérans qui ont peu de chances de rester dans la capitale. Doctson pourrait donc se retrouver receveur numéro un dès la saison prochaine.

Josh Doctson portera l'uniforme Bourgogne et Or en 2016

Josh Doctson portera l’uniforme Bourgogne et Or en 2016

La fiche de Josh Doctson

Naissance : 3/12/1992 à Mansfield (Texas).

Taille : 1, 88m (6’2″).

Poids : 92 kgs (202lbs)

Université : Texas Christian University. 


Pourquoi Josh Doctson est un choix vraiment trop cool

  • Le receveur de TCU offre une cible de grande taille. Un profil que les Redskins n’avaient pas dans leur escouade (Desean Jackson, Pierre Garçon, Jamison Crowder et Ryan Grant font tous moins d’1,84 m). Il sera très important en redzone et devrait aider Cousins à convertir davantage d’offensives dans le camp adverse en touchdowns.
  • Il est capable d’aller chercher la balle très haut grâce à un excellent jump ce qui le rend très dangereux en un contre un, même quand il ne parvient pas à créer de différence avec son cornerback.
  • Sa mentalité semble faire l’unanimité, pas étonnant quand on sait que Scot McCloughan attache beaucoup d’importance à cela.
  • Si il n’est pas à l’abri de quelques drops, il réussit surtout des catchs très impressionnants en situation compliquée.
  • Il devrait s’adapter assez rapidement à la west coast offense de Jay Gruden et la rendre encore plus agressive.

 

Pourquoi Josh Doctson n’est pas un choix si cool

  • Si il est grand, il est plutôt frêle et pourrait le payer avec la dimension physique de la NFL. Il n’a pour l’instant pas la puissance pour créer quelque chose après le premier contact.
  • Si il n’est pas lent, il ne fait pas partie des receveurs les plus rapides de cette promotion. Heureusement, nous avons d’autres joueurs dans ce registre.
  • A 23 ans, Doctson est un « vieux » de la draft. Né en 1992, il a 3 ans de plus que Treadwell et 2 ans de plus que Coleman, les autres top receveurs de la classe.
  • Le receveur a manqué la fin de la saison de TCU, blessé au bras.
  • Josh Doctson jouait dans une spread offense qui favorise le un contre un et donne beaucoup d’espace. Il n’a pas eu à travailler des routes très variées. Sa productivité pourrait en prendre un coup dans la transition vers la NFL.

En conclusion un choix sûr qui semble avoir les outils pour réussir rapidement à l’échelon supérieur, à condition de gagner en masse musculaire. Il dégage en tout cas une vraie facilité et apporte de la complémentarité dans cette escouade de receveurs. Un choix qui me convient plutôt. Rendez-vous ce vendredi soir pour deux tours qui risquent d’être axés sur la défense (mais tout peut arriver).

Week 1 : Dolphins @ Redskins

Week 1

Miami Dolphins 1710 Washington Redskins

Je n’ai pas pu voir ce premier match en intégralité, heureusement, Dan est là pour vous offrir ce résumé de qualité. Pour ceux qui fréquentent le forum de Touchdown Actu, il s’agit de danredskins. Merci à lui pour le coup de main ! 


On y est enfin ! Le premier match pour les Washington Redskins à domicile face aux Miami Dolphins !

Avant ce match, beaucoup d’interrogations entourent les Redskins. A commencer bien sûr par le poste de Quarterback, Kirk Cousins remplaçant RGIII après un des habituels psychodrames maison. Est-ce que Cousins sera capable d’éviter les interceptions qui lui ont été fatales la saison dernière ?

La philosophie d’attaque a également changé lors de l’intersaison. Avec le recrutement du coach de la ligne offensive Bill Callahan en provenance des rivaux des Cowboys, les Redskins ont annoncé le retour de l’historique « Smash Mouth Redskins Football ». C’est une attaque privilégiant les courses physiques qui a ramené 3 Superbowls sous Joe Gibbs. La ligne offensive a pris du poids à droite avec le RG Brandon Scherff (319 lbs/145 kg) et le RT Morgan Moses (318 lbs/144 kg). Que vaudront ces réminiscences  des Hogs face à la redoutable Défense des Dolphins ? Celle-ci a en plus été boostée par la venue du meilleur DT de la NFL, Ndamukong Suh.

Enfin, la Défense des Redskins a également été entièrement remaniée. Exit le coach défensif kamikaze Jim Hasslett. Sous la houlette de Joe Barry, la ligne défensive s’est renforcée avec le NT Terrance « Pot Roast » Knighton (335 lbs/152 kg) et le DE Stephen Paea (300lbs/136 kg) pour suppléer le vétéran Jason Hatcher. Cette nouvelle ligne défensive s’est auto-proclamée « Capital Punishment ». Arrivera-t-elle à appliquer suffisamment de pression défensive, afin que notre ligne secondaire déficiente ne soit pas trop exposée ?

Avec ce match, nous aurons les réponses à nos questions.

Durant les deux premiers quart-temps, les Redskins appliquent leur nouvelle philosophie de jeu à la lettre, en imposant le jeu à la course. Le RB Alfred « Alfmo » Morris mène la charge, alternant avec quelques passes courtes et rapides de Cousins sur le WR Pierre Garcon et le TE Jordan Reed. Pour neutraliser les Probowlers Ndamukong Suh et Cameron Wake, les rookies Scherff et Moses ont utilisé les Cut Blocks. Ce sont des blocks au niveau des genoux. Pas forcément élégant, mais ça reste autorisé tant qu’on ne brise pas les genoux adverses (et ça marchait bien sous Mike Shanahan en 2012).  La défense réussit à contenir le RB des Dolphins Lamar Miller et le QB Ryan Tannehill et force les Dolphins à rendre rapidement le ballon.

Alfred Morris a livré une nouvelle grosse prestation pour les Redskins

Alfred Morris a livré une nouvelle grosse prestation pour les Redskins

Le temps de possession tourne largement en faveur des Redskins qui monopolisent  le ballon. Le K Kai Forbath réussit son Field Goal de 45 yards. Il en ratera un à 46 yards. Plus tard, Kirk Cousins trouve le TE Jordan Reed dans la End zone sur un TD de 4 yards. 0-10 pour les Redskins !

Les fans du Fedex Field sont ravis ! « Smash Mouth Redskins Football is back in DC! » … jusqu’à ce qu’arrivent les accidents…

Cela commence par un avertissement sans frais en 2nd Quart-Temps. Les Redskins sont acculés dans leurs 12 yards. 3&18. La ligne offensive ne parvient pas à protéger la Pocket. Kirk Cousins échappe à des tentatives de sacks et tente une passe désespérée vers le TE Jordan Reed. La passe est interceptée par le CB Grimes. Plus tard, la Défense des Redskins parvient quand même  à préserver la End-Zone grâce à un plaquage du LOLB Ryan Kerrigan sur un 4&1.

Les choses ont commencé à dérailler plus sérieusement lorsque les blessures se sont accumulées. D’abord avec la blessure du WR Desean Jackson, qui paie sans doute son manque de préparation en intersaison. Cela enlève la menace en profondeur pour les Redskins avec les Play Actions. Mais c’est surtout avec les sorties du FS Duke Ihenacho (fracture du poignet) et du CB DeAngelo Hall (Côtes) que les choses ont commencé à se gâter. Alors que l’attaque des Dolphins était complètement asphyxiée, le QB Ryan Tannehill a retrouvé de l’air en visant les WR surveillés par le CB remplaçant David Amerson. 5 passes réussies sur 7 sur un drive de 80 yards conclu par un TD de 3 yards du WR Rishard Matthews. De quoi redonner confiance à l’équipe visiteuse avec ce 7-10 assez flatteur juste avant la pause.

En 3ème Quart-Temps, le doute s’installe chez les Redskins. C’est le lot des équipes en manque de confiance. Nerveux, les Redskins multiplient les pénalités. On a droit à toute la panoplie: Moses False Start, Cousins Delay of Game, Reed Offensive Pass Interference, Nsehke Holding. Au lieu d’avancer, les Redskins reculent. Ce qui permet aux Dolphins d’égaliser sur un Field Goal de 22 yards du K Franks au début du 4ème Quart-Temps (10-10).

Puis vient l’habituelle boulette de la Special Team des Redskins. Sur un Punt, le P Tress Way redonne la balle aux Dolphins. Son punt est long mais pas assez haut. Le hangtime est trop court et ne permet pas aux défenseurs des Redskins d’intercepter le Kick Returner des Dolphins Jarvis Landry qui file au Touchdown. 17-10. Les Dolphins reprennent l’avantage.

Jarvis Landry échappe à la couverture des Redskins

Jarvis Landry échappe à la couverture des Redskins

En fin de match, les Redskins tenteront d’égaliser mais Cousins se fait intercepter à nouveau sur une passe vers le WR Pierre Garcon. Cette interception est à mettre au crédit du CB Bryce McCain. Plus tard, en toute fin de match, Kirk Cousins aura une dernière occasion d’égaliser. A 20 yards dans le camp des Dolphins, à 4&7, les Redskins n’ont pas d’autre choix que de passer. La Défense des Dolphins opte pour un aggressif Cover Zero. C’est blitz party pour empêcher Cousins de lancer la balle. La ligne offensive tient suffisamment mais le TE Jordan Reed se trompe de route. Il part tout droit au lieu de croiser. Pass incomplete. Game Over.

Key Stats

QB Kirk Cousins : 21/31 – 196 yards – 1 TD – 2 INT

RB Alfred Morris: 25 ATT – 121 Yards

WR Pierre Garcon: 6 REC – 74 Yards

TE Jordan Reed: 7 REC – 63 Yards – 1TD

 

Attaque

349 Yards – Rush 161 Yards (37 downs) – Pass 188 (31 downs) – 1 Sack concédé

 

Defense

256 Yards – Rush 74 Yards – Pass 182 Yards – 3 Sacks

 

Time of Possession

37:56 à 22:06 pour les Redskins

Retour sur la Draft

Le week end dernier, la draft 2015 a eu lieu, et les Redskins ont pu sélectionner les nouveaux jeunes joueurs qui vont intégrer leur effectif. Comme il le voulait, Scot McCloughan a réussi à obtenir 10 picks grâce à des trades, les voici.

Round 1, Pick 5 – Brandon Scherff (OL, Iowa)

Scott McCloughan a avoué qu’il aurait préféré descendre dans ce premier tour, mais les seules offres de trade étaient pour acquérir Dante Fowler et il est finalement parti dès le troisième choix. Les Redskins ont donc pris le meilleur joueur disponible à leur goût, et il s’agissait de Brandon Scherff, le lineman d’Iowa. 1,96m pour environ 145 kgs, voici un joueur qui correspond aux promesses de McCloughan de bâtir avec Bill Callahan une ligne offensive impressionnante et puissante, en s’éloignant doucement du système de zone-blocking scheme qui privilégiait des linemen plus mobiles. Cet ancien QB lycéen reste tout même plutôt explosif pour son gabarit. Il devrait logiquement prendre la place de RT, au moins dans un premier temps. Il peut aussi assurer une position de guard. Très complet, il saura défendre notre quarterback et ouvrir des brèches pour Alfred Morris.

Round 2, Pick 38 – Preston Smith (EDGE, Mississippi State)

On s’attendait presque automatiquement à un pass rusher dans les deux premiers tours, il est arrivé au second, en la personne de Preston Smith. Joueur très polyvalent, il devrait essentiellement être utilisé en tant que outside linebacker dans notre système défensif, mais en formation nickel il sera pour revenir au poste de DE. Lui et Trent Murphy seront en concurrence pour un rôle de titulaire.

Round 3, Pick 95 – Matt Jones (RB, Florida)

Choix un peu surprenant pour pas mal de monde, tant on ne s’attendait pas trop à voir ce running back partir dès le deuxième jour. Ceci dit, avec du recul, ce pick ne parait pas si horrible. Matt Jones n’est pas le plus rapide ou le plus félin, mais à l’instar d’Alfred Morris c’est une machine sur laquelle on peut toujours compter pour aller chercher les quelques yards nécessaires. Un gros gabarit pour le poste qui semble aussi avoir de meilleures mains que Morris et qui bloque très bien. Il serait donc utile en de multiples occasions, que ce soit pour faire souffler Morris ou sur les situations de third down.

Round 4, Pick 105 – Jamison Crowder (WR, Duke)

Pour ce début de quatrième tour, le staff a opté pour un receveur, mais pas que ! En effet, Jamison Crowder semble être un très bon spécialiste de retour de punt, ce qui pourrait faire beaucoup de bien à l’équipe et lui permettre de s’assurer une place dans les 53. Il a l’air de quelqu’un de très sérieux, avec un bon tempérament. Il pourrait aussi concurrencer Andre Roberts dans le slot. Je suis tout de même surpris que McCloughan n’ai pas privilégié un receveur de plus grande taille.

Round 4, Pick 112 – Arie Kouandjio (OG, Alabama)

Quelques choix plus tard, c’est le guard Arie Kouandjio qui a été appelé. Ce Camerounais, le frère de Cyrus, sélectionné l’an passé par les Bills, présente quelques inquiétudes physiques, notamment au niveau de ses genoux qui sont fragiles. Il est cependant un très bon joueur quand il s’agit d’ouvrir des brèches pour la course. Si il fait des progrès en protection de passe il pourrait pourquoi pas bousculer la hiérarchie.

Round 5, Pick 141 – Martrell Spaight (LB, Arkansas)

Outside linebacker à Arkansas, Spaight sera replacé ILB dans notre système. Il parait difficile de l’imaginer déloger Riley ou Robinson, il devrait donc jouer sa place de backup en concurrence avec Compton et Hayward. Il menait la SEC en placage la saison dernière, c’est un excellent joueur contre la course, entre les tackles. Il est plus limité quand il faut remplir des tâches plus larges mais présente une vraie passion et un leadership naturel. C’est aussi un fou de la salle de musculation, espérons qu’il ne finisse pas comme Laron Landry.

Round 6, Pick 181 – Kyshoen Jarrett (S, Virginia Tech)

C’est le prospect qui aura le moins de chemin à faire. Il devrait lutter pour un poste de backup strong safety et ses qualités en équipe spéciale pourraient lui permettre de faire partie des 53.

Round 6, Pick 182 – Tevin Mitchel (CB, Arkansas)

C’est le deuxième joueur en provenance de cette université. Un bon gabarit qui peut gêner pas mal de receveurs. Mais il n’a pas été un titulaire régulier, gêné notamment par des blessures qui l’ont aussi fait chuter dans cette draft. C’est un pari sur un potentiel. Typiquement le genre de joueur qu’on peut s’attendre à voir passer la première année en practice squad. Si il veut une chance d’être dans les 53, il lui faudra être excellent en équipe spéciale.

Round 6, Pick 187 – Evan Spencer (WR, Ohio State)

Tout juste titré avec Les Buckeyes, on espère qu’il amènera ce côté gagneur à l’équipe. Pas le receveur le plus ciblé dans son équipe mais sans doute le meilleur bloqueur à son poste dans toute cette classe. C’était un capitaine de l’équipe et le MVP selon Urban Meyer, excusez du peu. Un vrai leader et un comportement comme on attend dans un vestiaire. Comme Mitchel, si il veut avoir une chance d’être dans les 53 il devra prouver ses capacités en équipe spéciale. Autrement il fera un joueur de choix pou la practice squad. A noter que son frère fait partie de l’équipe des scouts de la franchise, mais McCloughan l’a promis, cela n’a influencé en rien le choix.

Round 7, Pick 222 – Austin Reiter (C, South Florida)

Comme le premier choix, le dernier concerne la ligne offensive. Il s’agit du center Austin Reiter. Grand inconnu de mon côté et je crois que peu de gens imaginaient le voir drafter. Toujours est il qu’il est là, à lui maintenant de prouver qu’il mérite sa place, c’est loin d’être un poste fort de l’équipe.

D’autres joueurs non draftés ont signé ou vont signé avec les Redskins, mais je ferais un récapitulatif complet quand tout sera officiel.

Jenkins suspendu, K.Robinson blessé

ccamp061374786671

 

Deux mauvaises nouvelles ces derniers jours. La première c’est la blessure de Keenan Robinson. le linebacker qui entrait dans sa seconde année chez les pros s’est à nouveau blessé au pectoral. C’est cette même blessure qui l’avait contraint à arrêter prématurément la saison précédente. Il est d’ores et déjà forfait pour toute la saison 2013. Ces blessures à répétition tôt dans sa carrière pourraient être un gros frein à sa carrière.

Un autre joueur va manquer aux Redskins pendant un moment, il s’agit du defensive end Jarvis Jenkins, contrôlé positif à une substance interdite. Il est ainsi suspendu pour les quatre premiers matchs de la saison. Sachant qu’Adam Carriker est encore juste, la franchise est dans une situation bien délicate à ce poste, avec très peu de profondeur. Le nose tackle Chris Baker a ainsi été testé au poste de defensive end. Certains internautes ayant le sens de la dérision ont même demandé à Robert Griffin III si il était capable de jouer en ligne défensive sur les réseaux sociaux !

RGIII à l’entrainement, Cooley à la radio

USATSI_7299635-1024x712

 

Tout d’abord je tiens à m’excuser pour le manque de mise à jour ces derniers temps, il ne s’agit pas d’un manque de motivation mais d’un cruel manque de temps.

Mais je reviens avec les bonnes nouvelles, Robert Griffin III a été déclaré apte à l’entrainement par les médecins et il est donc de la partie pour le training camp de l’été qui débute cette semaine à Richmond. Néanmoins, mais ce n’est pas une surprise, il ne devrait pas jouer les matchs de pré-saison, le staff voulant lui éviter au maximum les chocs. Espérons qu’il soit tout de même suffisamment dans le rythme pour le premier match de la saison contre les Eagles, car il va bien devoir rentrer dedans à un moment ou un autre… En tout cas on ne peut que se réjouir de la rapidité  de son rétablissement.

Autre nouvelle, c’est sans surprise que Chris Cooley a pris sa retraite sportive. Drafté en 2004 par les Redskins, il n’a joué que pour la franchise de la capitale en NFL. Celui qu’on surnomme Captain Chaos était d’ailleurs le chouchou du public, le joueur le plus apprécié par les fans. Ses deux dernières années ont été freinées par des pépins physiques il n’a jamais pu retrouver la forme de ses grandes années. Cooley ne s’en va pas bien loin puisqu’il sera consultant à la radio pour les matchs des Redskins. On lui souhaite toute la réussite possible dans ce nouveau projet.

Pas grand chose à signaler autrement, le mois de juillet est calme, comme souvent !