scot mccloughan

Retour sur la Draft

Le week end dernier, la draft 2015 a eu lieu, et les Redskins ont pu sélectionner les nouveaux jeunes joueurs qui vont intégrer leur effectif. Comme il le voulait, Scot McCloughan a réussi à obtenir 10 picks grâce à des trades, les voici.

Round 1, Pick 5 – Brandon Scherff (OL, Iowa)

Scott McCloughan a avoué qu’il aurait préféré descendre dans ce premier tour, mais les seules offres de trade étaient pour acquérir Dante Fowler et il est finalement parti dès le troisième choix. Les Redskins ont donc pris le meilleur joueur disponible à leur goût, et il s’agissait de Brandon Scherff, le lineman d’Iowa. 1,96m pour environ 145 kgs, voici un joueur qui correspond aux promesses de McCloughan de bâtir avec Bill Callahan une ligne offensive impressionnante et puissante, en s’éloignant doucement du système de zone-blocking scheme qui privilégiait des linemen plus mobiles. Cet ancien QB lycéen reste tout même plutôt explosif pour son gabarit. Il devrait logiquement prendre la place de RT, au moins dans un premier temps. Il peut aussi assurer une position de guard. Très complet, il saura défendre notre quarterback et ouvrir des brèches pour Alfred Morris.

Round 2, Pick 38 – Preston Smith (EDGE, Mississippi State)

On s’attendait presque automatiquement à un pass rusher dans les deux premiers tours, il est arrivé au second, en la personne de Preston Smith. Joueur très polyvalent, il devrait essentiellement être utilisé en tant que outside linebacker dans notre système défensif, mais en formation nickel il sera pour revenir au poste de DE. Lui et Trent Murphy seront en concurrence pour un rôle de titulaire.

Round 3, Pick 95 – Matt Jones (RB, Florida)

Choix un peu surprenant pour pas mal de monde, tant on ne s’attendait pas trop à voir ce running back partir dès le deuxième jour. Ceci dit, avec du recul, ce pick ne parait pas si horrible. Matt Jones n’est pas le plus rapide ou le plus félin, mais à l’instar d’Alfred Morris c’est une machine sur laquelle on peut toujours compter pour aller chercher les quelques yards nécessaires. Un gros gabarit pour le poste qui semble aussi avoir de meilleures mains que Morris et qui bloque très bien. Il serait donc utile en de multiples occasions, que ce soit pour faire souffler Morris ou sur les situations de third down.

Round 4, Pick 105 – Jamison Crowder (WR, Duke)

Pour ce début de quatrième tour, le staff a opté pour un receveur, mais pas que ! En effet, Jamison Crowder semble être un très bon spécialiste de retour de punt, ce qui pourrait faire beaucoup de bien à l’équipe et lui permettre de s’assurer une place dans les 53. Il a l’air de quelqu’un de très sérieux, avec un bon tempérament. Il pourrait aussi concurrencer Andre Roberts dans le slot. Je suis tout de même surpris que McCloughan n’ai pas privilégié un receveur de plus grande taille.

Round 4, Pick 112 – Arie Kouandjio (OG, Alabama)

Quelques choix plus tard, c’est le guard Arie Kouandjio qui a été appelé. Ce Camerounais, le frère de Cyrus, sélectionné l’an passé par les Bills, présente quelques inquiétudes physiques, notamment au niveau de ses genoux qui sont fragiles. Il est cependant un très bon joueur quand il s’agit d’ouvrir des brèches pour la course. Si il fait des progrès en protection de passe il pourrait pourquoi pas bousculer la hiérarchie.

Round 5, Pick 141 – Martrell Spaight (LB, Arkansas)

Outside linebacker à Arkansas, Spaight sera replacé ILB dans notre système. Il parait difficile de l’imaginer déloger Riley ou Robinson, il devrait donc jouer sa place de backup en concurrence avec Compton et Hayward. Il menait la SEC en placage la saison dernière, c’est un excellent joueur contre la course, entre les tackles. Il est plus limité quand il faut remplir des tâches plus larges mais présente une vraie passion et un leadership naturel. C’est aussi un fou de la salle de musculation, espérons qu’il ne finisse pas comme Laron Landry.

Round 6, Pick 181 – Kyshoen Jarrett (S, Virginia Tech)

C’est le prospect qui aura le moins de chemin à faire. Il devrait lutter pour un poste de backup strong safety et ses qualités en équipe spéciale pourraient lui permettre de faire partie des 53.

Round 6, Pick 182 – Tevin Mitchel (CB, Arkansas)

C’est le deuxième joueur en provenance de cette université. Un bon gabarit qui peut gêner pas mal de receveurs. Mais il n’a pas été un titulaire régulier, gêné notamment par des blessures qui l’ont aussi fait chuter dans cette draft. C’est un pari sur un potentiel. Typiquement le genre de joueur qu’on peut s’attendre à voir passer la première année en practice squad. Si il veut une chance d’être dans les 53, il lui faudra être excellent en équipe spéciale.

Round 6, Pick 187 – Evan Spencer (WR, Ohio State)

Tout juste titré avec Les Buckeyes, on espère qu’il amènera ce côté gagneur à l’équipe. Pas le receveur le plus ciblé dans son équipe mais sans doute le meilleur bloqueur à son poste dans toute cette classe. C’était un capitaine de l’équipe et le MVP selon Urban Meyer, excusez du peu. Un vrai leader et un comportement comme on attend dans un vestiaire. Comme Mitchel, si il veut avoir une chance d’être dans les 53 il devra prouver ses capacités en équipe spéciale. Autrement il fera un joueur de choix pou la practice squad. A noter que son frère fait partie de l’équipe des scouts de la franchise, mais McCloughan l’a promis, cela n’a influencé en rien le choix.

Round 7, Pick 222 – Austin Reiter (C, South Florida)

Comme le premier choix, le dernier concerne la ligne offensive. Il s’agit du center Austin Reiter. Grand inconnu de mon côté et je crois que peu de gens imaginaient le voir drafter. Toujours est il qu’il est là, à lui maintenant de prouver qu’il mérite sa place, c’est loin d’être un poste fort de l’équipe.

D’autres joueurs non draftés ont signé ou vont signé avec les Redskins, mais je ferais un récapitulatif complet quand tout sera officiel.

Publicités

Dashon Goldson arrive à Washington

Nouvelle recrue défensive pour les Redskins, avec l’arrivée du free safety Dashon Goldson. Il s’agissait d’un réel besoin, Jeron Johnson semblant plutôt destiné à jouer strong safety, finalement ces deux là pourraient faire la paire. Encore faut il que Goldson retrouve son niveau. Si il avait été très performant lors de ses années à San Francisco, il est complètement passé au travers de ses deux années à Tampa Bay. Cette arrivée se fait sous forme de trade, les deux franchises échangeront des tours de draft tardifs en 2016. Pour être précis, Tampa Bay récupère notre sixième tour de draft et nous leur septième. Autrement le coût est quasi nul à ce niveau là.

Dans mes bras Washington !

Dans mes bras Washington !

Pour ce qui est du salaire, Goldson doit toucher 8 millions en 2015. Les Buccaneers ont dû lui en payer 4 sous forme de bonus, ce qui en laisse autant aux Redskins. Cela reste un gros salaire vu ses dernières performances, mais moins important que ça aurait pu l’être.

Cela signifie également qu’il y a peu de chances de revoir Brandon Meriweather, ce qui n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. Même si malheureusement Goldson a également eu des suspensions pour des hits jugés illicites par la ligue.

Il faut rappeler que c’est Scot McCloughan qui l’avait drafté en 2007, au quatrième tour, quand il opérait encore pour les 49ers. Son physique n’est pas sans rappeler un certain Sean Taylor, et comme de nombreux joueurs à cette position il s’en sert d’exemple.

Voici ce qu’il a déclaré sur les réseaux sociaux :

« A ma nouvelle équipe, les Washington Redskins. Je veux que vous sachiez à quel point ma famille et moi sommes heureux de faire partie de cette solide organisation. J’ai été un fan de l’équipe pendant un moment. Un de mes joueurs favoris (Sean Taylor) a donné le ton à cette position pendant des années ici. Je ne suis pas Sean mais je serais heureux de fouler le même terrain que lui. Aux fans, ce sera une aventure fun et excitante. Notre objectif en tant qu’équipe sera simplement de botter des fesses et gagner des matchs. Pour ceux qui en savent peu sur moi, sachez que j’adore pratiquer ce sport. Il est certain que j’amènerai du caractère à cette défense. Avec l’expérience et le savoir que j’ai accumulé, je ferai tout pour rendre meilleurs ceux qui m’entourent. Mon objectif pour nous sera de se mettre sur la même longueur d’onde en tant qu’équipe et plus spécialement en tant que défense, car c’est là que tout commence. Cela étant dit, HTTR. »

Si cette recrue de 30 ans n’est évidemment pas une solution pour le long terme, il s’agit toutefois d’un réponse à un besoin urgent de joueur à ce poste. Un vrai pari, on saura à la fin de la saison si c’était un bon choix ou non, mais les risques restent relativement limités.

On peut déjà imaginer à 11 de départ se dégager en défense, avant que peut être la draft renforce cela.

                                  Goldson – Johnson

Breeland (Hall)                                          Culliver

                                   Riley – Robinson

Murphy                                                       Kerrigan

                         Paea – Knighton – Hatcher (Jean-François)

Au tour de Jeron Johnson

Comme je vous le disais, Jeron Johnson était en visite dans la capitale aujourd’hui. Et il n’est pas reparti sans contrat. Scot McCloughan lui en a fait signer un de deux ans, pour quatre millions de dollars. Pas un énorme contrat donc, ceci ressemble à une bonne affaire. Mais il faut dire que l’ancien safety des Seahawks n’a jamais réellement été titulaire à Seattle, étant surtout un joueur de special team. Mais on sait que la concurrence est grosse là bas pour ces postes. Notre nouveau strong safety pourrait donc franchir une étape à Washington, on l’espère en tout cas. A 26 ans, il a encore de beaux jours devant lui.

Jeron Johnson

Jeron Johnson

Ancien coéquipier de Sherman chez les Seahawks, il l’était également au lycée, une longue histoire ! Peu probable cependant qu’ils jouent ensemble à DC…