seattle seahawks

Au tour de Jeron Johnson

Comme je vous le disais, Jeron Johnson était en visite dans la capitale aujourd’hui. Et il n’est pas reparti sans contrat. Scot McCloughan lui en a fait signer un de deux ans, pour quatre millions de dollars. Pas un énorme contrat donc, ceci ressemble à une bonne affaire. Mais il faut dire que l’ancien safety des Seahawks n’a jamais réellement été titulaire à Seattle, étant surtout un joueur de special team. Mais on sait que la concurrence est grosse là bas pour ces postes. Notre nouveau strong safety pourrait donc franchir une étape à Washington, on l’espère en tout cas. A 26 ans, il a encore de beaux jours devant lui.

Jeron Johnson

Jeron Johnson

Ancien coéquipier de Sherman chez les Seahawks, il l’était également au lycée, une longue histoire ! Peu probable cependant qu’ils jouent ensemble à DC…

Publicités

WEEK 5 : Seahawks at Redskins

Seattle Seahawks 2717 Washington Redskins

La dérouillée tant attendue n’a finalement pas eu lieu. Tout le monde s’attendait en effet à un match à sens unique, mais les Redskins ont offert une belle résistance. Jusque dans les dernières minutes, le suspense demeurait.

Pourtant le début de match laissait penser qu’on allait assister à une boucherie. Russell Wilson se baladait tranquillement sur les boulevards laissés par notre triste défense. En tout le quarterback de Seattle a couru pour 122 yards. Dites vous que McCoy et Sproles n’en avait même pas cumulé la moitié à eux deux avec les Eagles. Si bien qu’au milieu du deuxième quart-temps, les Seahawks sont devant par 17-0. Et encore, cela aurait pu être bien pire sans une grosse indiscipline des Seahawks. Percy Harvin se voir refuser deux touchdowns coup sur coup, il en aura même un troisième en seconde mi-temps.

Russel Wilson court au milieu de la défense de Washington

Russel Wilson court au milieu de la défense de Washington

L’attaque des Redskins se réveille alors quelque peu et grâce à un big play l’équipe relance le match peu avant la mi-temps. Kirk Cousins (21/36, 283 yards, 2TDs) trouve Desean Jackson (5 réceptions, 157 yards, 1TD) pour un touchdown de 60 yards. 17-7 donc à la mi-temps, et les Redskins seront les premiers à attaquer en seconde mi-temps.

Le premier drive est très bon, Cousins menant son attaque avec brio, malheureusement l’équipe échoue à convertir un 3rd and 1 en redzone. Field goal donc, et 17-10. Après cela, les deux défenses dominent les attaques respectives qui peinent à produire. Côté Redskins, on notera les lacunes dans le jeu au sol. Alfred Morris (13 courses, 29 yards) est en effet resté très discret sur ce match, ne parvenant pas réellement à peser. Roy Helu (5 réceptions, 59 yards) de son côté a joué son rôle, mais n’a été dangereux que par les airs.

Morgan Moses et sa vision de la protection du QB

Morgan Moses et sa vision de la protection du QB

Après des échanges de punts, les Seahawks se retrouvent en situation de field goal. Mais ils le feintent et parviennent à obtenir le first down puis à scorer un touchdown qui fait passer le score à 24-10. Au milieu du quatrième quart temps, le match semble plié. Cousins relance cependant la machine en réalisant un gros drive conclu par une passe dans la endzone pour Andre Roberts (5 réceptions 29 yards, 1TD) qui a sans sortir de grosses statistiques à su effectuer des catchs importants.

Il reste un peu plus de trois minutes à jouer. Les Redskins doivent vite stopper l’attaque de Seattle. C’est chose… presque faite. Seattle se retrouve en troisième tentative. Wilson est en situation de passe, le blitz de Washington a franchi la ligne et Ryan Kerrigan (5 tackles, 1 sack) est sur le point de sacker le quarterback mais celui-ci s’échappe par miracle et parvient à délivrer une passe à Lynch pour un gros gain qui condamne les Redskins. Seattle mange ensuite le reste du chrono et inscrit un field goal. Il reste moins de 30 secondes à jouer, trop peu pour scorer deux fois. Score final : 27-17.

Wilson esquive le rush puis achève les Redskins

Wilson esquive le rush puis achève les Redskins

Une deuxième mi-temps encourageante donc, même si la défense se perd encore parfois et que l’attaque ne semble pas en mesure de faire trembler les meilleurs défenses de la ligue sur un match complet.

Prochain rendez face aux Cardinals, en mal de quarterback mais qui réalisent un début de saison solide autrement.

Seahawks 24 – 14 Redskins

DU RÊVE AU CAUCHEMAR

WILD CARD ROUND

SEA_logo-80x90WAS_logo-80x90

SEATTLE SEAHAWKS 2414 WASHINGTON REDSKINS 

La conte de fée s’arrête ici. Malgré un départ canon, les Redskins ont été stoppés par la blessure de Robert Griffin III et une très bonne équipe de Seattle.

tempAP104812597412--nfl_mezz_1280_1024

Le match avait parfaitement débuté, Alfred Morris marchant sur la défense des Seahawks et RGIII se déplaçant sans grande difficulté. Cela faisait 14-0 à la fin du première quart temps, avec deux touchdowns réceptionnés par Logan Paulsen et Evan Royster. Mais sur le deuxième touchdown RGIII aggrave sa blessure au genou et il ne sera plus le même à partir de là. 

La suite, c’est une grosse domination des Seahawks, et malgré une défense souvent héroïque, et une équipe spéciale qui repousse les joueurs de Seattle toujours plus loin, la franchise du nord-ouest finit par faire céder les Redskins et score 24 points sans réponses. RGIII se tord à nouveau le genou en fin de match et ce sera Kirk Cousins qui prendra les derniers snap, mais la messe était dite.

Avec des si on coupe du bois

On pourra toujours refaire l’histoire. Et si RGIII n’avait pas été blessé ? Et si Cousins l’avait remplacé plus tôt ? Mais comme on dit, avec des si on coupe du bois… Alors ne restons pas éternellement sur ce match, l’avenir promet de belles choses à la franchise.

Avant match : Seahawks @ Redskins

Pour faire durer le rêve

Dimanche les Redskins joueront leur premier match de playoffs depuis 2008, le premier à domicile depuis 2000. Et le dernier adversaire des Redskins en playoffs était… Seattle. A l’époque Washington s’était inclinée 35-14. Espérons que les joueurs de la capitale feront meilleure figure cette année.

Redskins_Seahawks_Football_05843

De belles oppositions sont à attendre dans ce match, avec deux équipes qui présentent certaines similitudes. Les deux franchises sont menées par un très bon quarterback rookie. Les deux attaques s’appuient sur un excellent jeu au sol.

Robert Griffin III vs. Russel Wilson

Les deux joueurs présentent une excellente fiche statistique pour leur première saison rookie.

Griffin : 258/393 (65.6%), 3200 yards, 20 TD, 5 INT à la passe. 120 courses pour 815 yards (6.8 yards de moyenne), 7 TD.

Wilson: 252/393 (64.1%), 3118 yards, 26 TD, 10 INT à la passe. 94 courses pour 489 yards (5.2 yards de moyenne), 4 TD.

Ce sont donc des profils relativement similaires. Espérons que ce soir RGIII qui prenne le dessus dimanche.

Alfred Morris vs. Marshawn Lynch

Les deux équipes reposant beaucoup de leur stratégie sur l’efficacité de leur jeu au sol, celui qui remportera ce duel donnera un net avantage à son équipe. Les deux joueurs sortent en tout cas d’une excellente saison régulière.

Morris : 335 courses, 1613 yards (4.8 yards de moyenne), 13 TD.

Lynch: 315 courses, 1510 yards (5 yards de moyenne), 11 TD.

Le match des défenses

Les deux équipes semblant très proches offensivement, la décision  pourrait bien venir des défenses. Et dans ce domaine les Seahawks semblent avoir l’avantage. Les Seahawks n’autorisent en effet en moyenne que 306.2 yards par match (5ème meilleure statistique en NFL) alors que les Redskins sont à 377.7 yards par match (28ème de la ligue). C’est surtout la défense contre la passe qui est problème. Ceci dit, les yards concédés sont compensés par de nombreux turnovers. Il faudra encore savoir en provoquer dimanche pour remporter le match. Wilson et Hall se sont bien améliorés dans la deuxième partie de saison, il faudra qu’ils continuent sur cette dynamique. En face, Sherman, Chancellor et compagnie voudront faire le chaud.

FedEx Field

Les Redskins ont l’avantage de recevoir. Les spectateurs présents devront donc rendre cet avantage effectif en étant le plus bruyant possible. Difficile de faire aussi bien que ce qui se fait à Seattle mais il faudra donner de la voix.

En tout cas moi, je crierai de derrière mon écran !

C’est un match de playoffs, les Seahawks sont favoris mais tout peut se passer. Il faut y croire.

HAIL TO THE REDSKINS !